L'Onde Septimus : Les critiques


Scénario : Jean DUFAUX
Dessin : Antoine AUBIN et Etienne SCHREDER

Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 5081

Inscription: Lun 30 Aoû 2010 08:37

Message Dim 2 Nov 2014 08:57

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Nestor a écrit: ..../...

Oui, le sujet des reprises est très délicat.
Mais pour ma part je n'achète pas les Blake et Mortimer simplement par esprit de collectionneur mais bien parce qu'en dépit des défauts des reprises, je les trouve tout de même globalement de qualité.

Quand je vois de quelle manière a tourné Lucky Luke ou encore Lefranc (en général, je ne parle pas de "Noël noir"), je trouve finalement que Blake et Mortimer est plutôt bien loti.
Certaines BD déclinent d'ailleurs sans repreneur : quand je repense à l'album d'Astérix "Le ciel lui tombe sur la tête"...
Je respecte ton point de vue même si je ne le partage pas .
Quant à moi , je pense qu'il y a une lente détérioration dans les reprises ,qui à tendance à s'accélérer .
Les reprises ne sont plus le travail d'une seule équipe ;Il n'y a même pas quelqu'un de valeur chez l'éditeur pour coordonner tout cela correctement .
Puis qu'on est ici dans le sujet de l'Onde Septimus . Tu ne vas pas me dire que tu n'as pas noté une détérioration des dessins sur la fin .
Sans doute parce qu'on trouvait que cela n'allait pas assez vite pour une sortie de l'album pour Noël et qu 'on a fait venir Schrédrer pour accélérer le mouvement .

On est pas loin du sabotage des Lefranc . , que je n'achète que lorsque je les trouve à bas prix.. :p
Et souvent j'hésite après les avoir feuilleté . Je ne les ai pas tous ! ;)
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.

Membre du MLC
Membre du MLC

Messages: 660

Inscription: Sam 30 Juin 2012 12:33

Message Dim 2 Nov 2014 12:05

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

En gros on pourrait classer les reprises en 3 catégories :

1) les bonnes : l'Affaire Francis Blake, l'Etrange Rendez-vous, la Machination Voronov
2) les mauvaises : le Sanctuaire du Gondwana, l'Onde Septimus, le Bâton de Plutarque
3) les passables : tout le reste

Ce qui est remarquable, c'est que les bonnes sont justement les plus anciennes, et 2 des 3 mauvaises sont les plus récentes, ce qui donne une indication fiable sur le sens des événements : il suffit d'extrapoler et on voit où on va !
Si on tient compte de toutes les reprises, on peut dire que la "moyenne" est encore meilleure que les reprises de certaines autres séries, mais ça risque fort de ne pas durer : si la qualité continue à descendre en chute libre, la moyenne va suivre avec un léger retard.
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 5081

Inscription: Lun 30 Aoû 2010 08:37

Message Dim 2 Nov 2014 13:29

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

mokenamoke a écrit:En gros on pourrait classer les reprises en 3 catégories :

1) les bonnes : l'Affaire Francis Blake, l'Etrange Rendez-vous, la Machination Voronov
2) les mauvaises : le Sanctuaire du Gondwana, l'Onde Septimus, le Bâton de Plutarque
3) les passables : tout le reste

Ce qui est remarquable, c'est que les bonnes sont justement les plus anciennes, et 2 des 3 mauvaises sont les plus récentes, ce qui donne une indication fiable sur le sens des événements : il suffit d'extrapoler et on voit où on va !
Si on tient compte de toutes les reprises, on peut dire que la "moyenne" est encore meilleure que les reprises de certaines autres séries, mais ça risque fort de ne pas durer : si la qualité continue à descendre en chute libre, la moyenne va suivre avec un léger retard.
J'ajourerais les 30 deniers dans les pires! :D
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar de l’utilisateur

Membre du MLC
Membre du MLC

Messages: 594

Inscription: Ven 1 Oct 2010 17:43

Message Dim 2 Nov 2014 18:20

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Longtarin a écrit:
gadjo a écrit:Mais, sur certains plans (la construction du récit notamment) et certains plans seulement, Dufaux tente quelque chose d'un peu différent pour la série.
Ce n'est pas du tout le cas dans Le secret des 5 lords ou le Bâton de Plutarque par exemple, où là, le scénariste se contente justement d'empiler


Interessant! Peux tu developper ? je suis incapable d'analyser un livre ou une BD! Pour moi une BD est bonne parce qu'elle ...me plait (La Palice?! :mrgreen: ) le scénario est intéressant et les dessins à mon gout...


Nestor a écrit:Le problème est que j'ai un gros doute sur le fait que Dufaux ait tourné son récit de la manière que tu présentes dans l'intérêt du récit.
J'ai surtout l'impression que le récit "est ouvert à l'interprétation" car il y avait un nombre de pages limités et car il était + vendeur et + facile de présenter de belles images que de présenter des pages d'explication tenant plus ou moins debout.
Je me trompe peut être.


je vais essayer de répondre et développer donc, pardon par avance pour la longueur du message :oops:
attention, je ne dis pas que j'ai raison, je propose juste une manière de considérer l'album et d'essayer de le comprendre

-----

Comme je l'ai dit dans mon message précédent en réponse à Nestor, la forme du récit ne suit pas une trame réellement linéaire mais procède par juxtapositions de scènes parallèles apparemment
sans lien réel et qui donnent des indices épars, parcellaires et des explications + ou moins obscures sur le sens global de l'histoire.
On s'éloigne un peu de la narration "classique" au 1er degré (poursuite autour d'un objet ou recherche du "méchant", résolution d'une énigme policière, etc.) pour un récit au sens beaucoup moins évident.
Or je pense vraiment que la forme n'est pas gratuite mais sert le propos (folie, confusion) en laissant une part libre d'interprétation au lecteur.
Pour résumer (grossièrement sans doute), on est plus proche d'Andreas que de Hergé dans le fond et la forme (du moins le découpage du récit, le dessin restant au contraire très classique)

À la première lecture, si on aborde logiquement ce récit comme une histoire de B&M classique (puisque c'est un album de la série B&M), l'enchaînement des séquences et l'ensemble du récit ne fait
guère de sens. je crois qu'on est tous d'accord. On a l'impression que les scènes se suivent sans vraiment de rapports entre elles, que tout ça est gratuit, foutraque, abscons, illogique même, bien
que certains passages soient parfois très beaux grâce au dessin d'Aubin. Bref, ça donne la nette impression que ça ne tient pas debout.

Difficile tout de même de croire que Dufaux n'ait pas voulu faire autre chose qu'empiler au petit bonheur des scènes juste pour qu'Aubin nous gratifie de beaux dessins et encaisser son chèque.
Ce serait trop réducteur. J'ai beau contrairement à d'autres ne pas considérer Dufaux comme un grand scénariste, il a quand même des années de métier et a réalisé des projets ambitieux et assez
bien construits dans l'ensemble. Un assez bon faiseur d'histoires tout au moins. ça mérite donc qu'on se penche un peu plus sur cet album pour essayer de voir où il a voulu en venir.

1ère constatation :
là où la caractérisation des personnages est limpide chez Jacobs (héros, bons, méchants, traitres), tout le monde a ici un rôle assez peu clair

- l'alien peut être considéré comme une victime coincée dans son vaisseau et essayant juste de communiquer mais incapable d'y parvenir, ce qui fait de lui une menace pour l'humanité même si c'est
+ ou moins involontaire Il rend fous les humains avec qui il entre en contact (Blanks et ses soldats) ou "grillent" ceux qu'il essaie de contrôler à distance, vraisemblablement parce qu'ils ne supportent
sans doute pas les ondes qu'il leur envoie. Mais rien ne prouve que ce soit volontaire, il peut lui aussi avoir des soucis à contrôler cette onde, comme Mortimer et Evangely.
je le vois un peu comme le "Starman" de la chanson de Bowie :D : "he'd like to come and meet us, but he thinks he'd blow our minds"
C'est un thème assez classique de la SF et de la littérature fantastique d'ailleurs (déjà chez Lovecraft par exemple)
On peut constater par exemple que l'alien n'attaque pas Blake, le Septimus présent lui demande de partir, c'est tout, puis l'ignore totalement ensuite.
Sa position "souterraine" n'est pas anodine non plus

- la (les) réincarnation(s) de Septimus, qui n'est qu'une réminiscence plus ou moins ratée du Dr Jonathan Septimus, agit comme un robot à la Guinea-pig obsédé par une seule idée
alors que c'est lui qui dirigeait les opérations dans La marque jaune (il est symptomatique que Septimus dise "le maître" planche 62 alors que le maître, c'était lui pour Guinea-pig)

- les scientifiques :
Mortimer joue aux apprentis sorciers en offrant à l'alien la possibilité de s'incarner dans une version abâtardie de Septimus, ce qui va créer plus de problème qu'autre chose d'ailleurs pour tout le monde.
On est assez proche de Jacobs sur ce point, même si le fait que Mortimer suive cette pente jusqu'à l'obsession (voir son air exalté lors de sa discussion avec Blake) est assez curieuse et peu rationnelle,
surtout après sa lutte contre Septimus chez Jacobs. Nasir et Blake le mettent d'ailleurs en garde.

Scaramian aussi n'est pas exempt de tout reproche puisqu'il laisse cette menace tranquille (son étude ne semble pas l'accaparer beaucoup quand même, il a juste mis une porte blindée devant
et on n'en parle plus, un peu comme l'arche d'alliance à la fin d'Indiana Jones) et il compte la folie de Blanks et de ses hommes pour négligeable, ce qui en fait un personnage fat, assez peu sympathique
et cynique qui semble surtout obsédé par sa position de conseiller scientifique du premier ministre qu'autre chose.

- Evangely et consorts, présentés au départ comme les "méchants" sont somme toute assez minables et eux aussi rapidement débordés par les événements. Ils n'assument donc pas vraiment
non plus leur statut auto-proclamé au début de l'album. Leur ambition d'aller "Plus loin plus haut, plus fort" que Septimus, on attend encore. tout se termine par une débandade assez grotesque,
loin de la fin spectaculaire de Septimus.

- Lily Sing et les chinois disparaissent assez brutalement eux aussi. On ne peut pas dire qu'ils aient servis à grand chose sinon comme symboles vis-à-vis d'Olrik...(voir + bas)

- Olrik, LE méchant par excellence d'habitude, est ici en pleine crise existentielle (la référence au "désespéré" de Courbet) obligé de se droguer pour ne pas cauchemarder.
Il n'initie rien, il est juste celui que tout le monde veut utiliser et autour de qui tout tourne. Il redevient un cobaye.
Sauf à la fin où il agit enfin mais de façon assez étrange puisqu'il devient presque un héros qui se sacrifie pour annihiler la menace et sauver l'humanité

Quant à Blake il essaie d'agir de son côté mais il subit souvent + qu'autre chose au moment décisif. L'homme d'action qu'il est reste paralysé, ce qui ne lui ressemble guère. Il "découvre" l'alien certes
et il est un des rares à rester lucide et à ne pas suivre uniquement son petit but personnel (quoique... il part obstinément sur son idée que l'alien doit être détruit et ne va pas plus loin. Il agit comme
la caricature traditionnelle du militaire bas du front :roll: ). Mais il se retrouve incapable d'agir.
il est sauvé par l'éclair provoqué par Evangely la première fois et c'est Olrik qui détruit la menace.

Il y a donc en + de la construction à première vue assez incohérente du récit une confusion voire un renversement plus ou moins important des rôles traditionnels de chacun.
Et il n'y pas de responsable précis à tout ce foutoir finalement. Tous semblent davantage subir à des degrés divers les événements plus qu'autre chose en suivant aveuglément leurs buts respectifs et égoïstes
sans se rendre compte et/ou contrôler de ce qu'ils déclenchent autour d'eux. Et le récit a priori confus répond parfaitement dans la forme à cette confusion des personnages et des rôles qu'ils occupent ainsi qu'à
la confusion créée par les actions des différents protagonistes qui s'entremêlent (alien, onde septimus, expériences d'Evangely et Mortimer).
Et le dénouement (la fin de la crise) est obtenu par l'intervention non pas des héros mais du méchant, déjà en proie à des problèmes psychologiques et qui en perd complètement la raison, ce qui est paradoxal
et contraire aux fins traditionnelles chez Jacobs.

Tout ça pour dire que selon moi, ce n'est pas juste gratuit et mal foutu mais bel et bien volontaire de la part de Dufaux (la forme répondant au fond).
Chacun poursuit son but/son obsession dans une plus ou moins grande confusion mentale sans essayer d'avoir une vision d'ensemble et par conséquent, le récit fait de même en nous présentant des séquences
qui semblent à première vue ne pas avoir de réel lien entre elles mais qui peuvent s'expliquer et devenir cohérentes par ce biais et forment bien un tout

2e constatation :
Quantité pour ne pas dire quasi toutes les séquences voire même plusieurs cases précises renvoient directement à la marque jaune.
Mais là encore et comme le titre de l'album l'indique déjà, à une vision déformée, inversée voire confuse de l'histoire originale.
On peut presque prendre chaque scène et trouver son équivalent dans la marque jaune. Seulement, là où Jacobs narrait une aventure palpitante et teintée de fantastique mais de forme assez classique
(méchant mystérieux, énigme policière, poursuites, etc) avec un enchainement très logique et une histoire basés sur l'action et le suspense, Dufaux déconstruit le récit de La marque jaune "façon puzzle"
et recase presque tout dans le désordre pour obtenir un récit surréaliste et introspectif (les scènes d'action se terminent souvent très vite et brutalement car ce n'est pas le propos)
Là encore, il est difficile de croire que c'est un hasard tant c'est systématique

NB : On a d'ailleurs là un autre degré de lecture éventuel et une autre forme de jeu avec le lecteur, selon qu'on ait lu (et connaisse plus ou moins bien) la marque jaune

Mais plus qu'une simple "fidélité fétichiste" à l’œuvre de Jacobs dont abusent d'autres repreneurs, pour reprendre les termes de Park Lane, et même si Dufaux tombe parfois dans ce travers, ces références
constantes complètent la relative déstructuration du récit et servent eux aussi son propos : tout est (re)vu à travers le prisme de la confusion psychologique (voir la folie) des personnages

Tout ce jeu de miroirs et de faux-semblants ("counterfeiters" comme l'indique une enseigne et "Forgery" sur le triporteur planche 18, la scène de théâtre, le British Museum, la projection de l'appartement de Septimus,
etc., etc), toute cette confusion dans le récit, tous ces personnages plus ou moins détournés du rôle qu'on peut attendre dans un Blake et Mortimer pousse à considérer l'histoire sous un nouvel angle de lecture
(qui est le vrai propos de l'histoire à mon avis) : la folie, la schizophrénie, la quête d'identité, la perte des repères clairs et traditionnels dans le récit et la caractérisation des personnages
+ qu'une suite à proprement parler, tout est un jeu en référence à La marque jaune mais dans une version abâtardie et dégénérée.

Si on adopte ce point de vue, la forme fragmentaire et le fond commencent alors à prendre sens, ce qui semble incohérent au premier abord acquiert une logique interne. Une logique assez folle évidemment puisque
c'est le propos, mais une logique, depuis les atermoiements d'Olrik en début d'album (son trauma vis-à-vis de Septimus que tentent de guérir les "jaunes", symboles de son passé glorieux d'homme d'action sûr de lui
loin de l'introspection) au comportement de l'alien en passant par les délires psychotiques et monomaniaques de Septimus et sa multiplication schizophrénique ou encore les tentatives foireuses de Mortimer et Evangely
(selon la formule célèbre : "science sans conscience n'est que ruine de l'âme")

Tout est donc construit dans cette optique psychologique de mise en abyme, références croisées et déformées à La marque jaune, trompe-l’œil et faux-semblants et peut se résumer comme je l'ai déjà dit dans
le leitmotiv ambigu et à double-sens : "Asile !" qui émaille l'album et qui conclue la préface de Dufaux et l'histoire. Ce n'est pas gratuit ni involontaire.

Tout n'est pas expliqué noir sur blanc, certaines choses sont laissées libres d'être interprétées par le lecteur, ce qui là encore est "logique" et classique pour un récit sur la folie et les troubles de la personnalité.
2 exemples :
- l'accident de voiture planche 15 par exemple : simple coïncidence et référence à l'accident de Guinea Pig ou tentative ratée d'approche de Mortimer (qui tripatouille les ondes) de la part de l'alien ?
- Olrik se sacrifie-t-il en endossant le rôle du héros dans une sorte de rédemption ou cherche-t-il juste à se libérer égoïstement de ses problèmes existentiels ?

Je sais bien qu'on a souvent tendance depuis quelques années à exagérer l'analyse psychologique voire psychanalytique de la BD (voir les pseudos-analyses freudiennes de la personnalité de Tintin, la prétendue
homosexualité de Spirou et Fantasio ou de Blake et Mortimer et autres absurdités plus ou moins importantes du même acabit).
Je n'apprécie que très très rarement tout ça, mais je pense qu'on ne peut pas y échapper dans le cas présent puisque c'est Dufaux qui construit volontairement tout son récit autour de ce thème et nous entraine
dans cette voie. En tout cas, il est très difficile à mon humble avis d'envisager d'essayer de comprendre cette histoire autrement que sous cet angle, qu'on apprécie ou pas la démarche et le résultat.

J'espère avoir été + clair. Vous pouvez évidemment ne pas du tout être d'accord avec moi mais j'espère vous offrir des pistes de réflexion et de lecture ;)

-----

Pour finir ce nouveau très long message (pardon encore), je tiens à préciser que si je donne l'impression peut-être de défendre cet album et si je reconnais dans une certaine mesure les intentions assez
ambitieuses de Dufaux, je considère que le résultat est raté.
Pourquoi ?
Parce qu'il singe trop souvent La marque jaune sans finalement apporter grand chose de neuf, parce que son prédicat d'Onde Septimus et d'extra-terrestre ne tient pas debout, parce que son scénario
tourne un peu trop à l'exercice de style systématique et au maniérisme vide à mon goût, qu'il le rend obscur à dessein sans que cela ne se justifie forcément et parce qu'il ne parvient souvent pas à éviter le
piège de la facilité. Bref, parce qu'il a créé un récit typique d'une certaine idée de la BD moderne qui se veut profonde en jouant sur la narration, les codes et les personnages, en essayant de leur donner une
"épaisseur psychologique" mais tout cela reste assez vain.
Autrement dit, c'est une histoire qui se regarde le nombril, intéressante à essayer d'analyser à défaut d'être intéressante à lire.
Si on ajoute à ça tous les défauts déjà évoqués ailleurs (la fin bâclée notamment), ça donne un album bancal et dispensable qui n'atteint que très partiellement le but qu'il s'était fixé.

:p

Agent du MI-5
Agent du MI-5

Messages: 143

Inscription: Mer 18 Aoû 2010 20:49

Message Dim 2 Nov 2014 18:44

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

archibald a écrit:
mokenamoke a écrit:En gros on pourrait classer les reprises en 3 catégories :

1) les bonnes : l'Affaire Francis Blake, l'Etrange Rendez-vous, la Machination Voronov
2) les mauvaises : le Sanctuaire du Gondwana, l'Onde Septimus, le Bâton de Plutarque
3) les passables : tout le reste

Ce qui est remarquable, c'est que les bonnes sont justement les plus anciennes, et 2 des 3 mauvaises sont les plus récentes, ce qui donne une indication fiable sur le sens des événements : il suffit d'extrapoler et on voit où on va !
Si on tient compte de toutes les reprises, on peut dire que la "moyenne" est encore meilleure que les reprises de certaines autres séries, mais ça risque fort de ne pas durer : si la qualité continue à descendre en chute libre, la moyenne va suivre avec un léger retard.
J'ajourerais les 30 deniers dans les pires! :D


1) excellente : l' affaire Francis Blake (une de mes BD de chevet)
2) bonnes : la machination Voronov, l'étrange rendez-vous (relectures toujours plaisantes)
3) assez bonne : le serment des 5 lords (un peu plus faible que les 2 précédentes, relectures plaisantes)
4) passables : les sarcophages du 6ème continent tomes 1 et 2, le sanctuaire du Gondwana.
5) mauvaises : les trente deniers de Judas tomes 1 et 2 (d'autant plus décevants que Van Hamme était de la partie) , l'onde Septimus, le bâton de Plutarque

Agent du MI-5
Agent du MI-5

Messages: 143

Inscription: Mer 18 Aoû 2010 20:49

Message Dim 2 Nov 2014 18:51

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

L'onde Septimus et le bâton de Plutarque ont en commun de se vouloir suite ou début de 2 aventures originales. Est-ce une demande de l'éditeur ? Cela lui a permis de vendre un coffret (onde Septimus/marque jaune), je ne sais pas si le bâton de Plutarque et le secret de l'espadon seront proposés en coffret dans quelques semaines.

L'étrange rendez-vous n'avait pas été vendu comme une "suite" au secret de l'Espadon.

L'avenir de la reprise de Blake et Mortimer va se jouer sur le prochain album : s'il est du niveau des mauvais (ou pire encore !!!), s'en sera terminé.

Membre du MLC
Membre du MLC

Messages: 660

Inscription: Sam 30 Juin 2012 12:33

Message Dim 2 Nov 2014 19:10

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Le jour où une reprise se vendra mal, soit ils laisseront tomber, soit ils feront un effort pour relever le niveau de la suivante, mais ce n'est pas demain la veille qu'une reprise se vendra mal, le reflexe du collectionneur est un puissant levier. Et tant que ça se vend bien, ils ne risquent pas de se fatiguer . . .
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 2147

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 02:03

Localisation: Paris

Message Dim 2 Nov 2014 21:03

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Pour prolonger le débat :
- J'avais tenté d'établir sur ce sujet un listing des questions laissées sans réponse au sujet de l'onde Méga dans L'Onde Septimus.
- 2 sondages sur les reprises : Quelle est votre préférée ? Quelle est celle que vous aimez le moins ?
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar de l’utilisateur

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 25

Inscription: Mar 21 Oct 2014 16:42

Message Ven 7 Nov 2014 20:11

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

archibald a écrit:
Nestor a écrit: ..../...

Oui, le sujet des reprises est très délicat.
Mais pour ma part je n'achète pas les Blake et Mortimer simplement par esprit de collectionneur mais bien parce qu'en dépit des défauts des reprises, je les trouve tout de même globalement de qualité.

Quand je vois de quelle manière a tourné Lucky Luke ou encore Lefranc (en général, je ne parle pas de "Noël noir"), je trouve finalement que Blake et Mortimer est plutôt bien loti.
Certaines BD déclinent d'ailleurs sans repreneur : quand je repense à l'album d'Astérix "Le ciel lui tombe sur la tête"...
Je respecte ton point de vue même si je ne le partage pas .
Quant à moi , je pense qu'il y a une lente détérioration dans les reprises ,qui à tendance à s'accélérer .
Les reprises ne sont plus le travail d'une seule équipe ;Il n'y a même pas quelqu'un de valeur chez l'éditeur pour coordonner tout cela correctement .
Puis qu'on est ici dans le sujet de l'Onde Septimus . Tu ne vas pas me dire que tu n'as pas noté une détérioration des dessins sur la fin .
Sans doute parce qu'on trouvait que cela n'allait pas assez vite pour une sortie de l'album pour Noël et qu 'on a fait venir Schrédrer pour accélérer le mouvement .

On est pas loin du sabotage des Lefranc . , que je n'achète que lorsque je les trouve à bas prix.. :p
Et souvent j'hésite après les avoir feuilleté . Je ne les ai pas tous ! ;)


Oui, j'ai noté une dégradation des dessins dans l'onde Septimus, ça m'a sauté aux yeux même !
Mais je ne suis pas convaincu par le fait qu'il y ait une lente et inéluctable dégradation des reprises, car celles-ci sont assez différentes les unes des autres.
L'onde Septimus a beaucoup de défauts mais a également une vraie ambition rafraîchissante.
J'ai peu apprécié le serment des 5 Lords, mais on est vraiment à l'opposé de l'onde Septimus, donc il est difficile pour moi d'être affirmatif sur l'évolution de la série, ne serait-ce que parce que différents auteurs y travaillent.

Après, je ne te cache pas que je commence à avoir un regard de plus en plus critique sur les nouveaux albums. Mais je ne suis pas encore affirmatif sur le déclin des reprises. ;)
Avatar de l’utilisateur

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 25

Inscription: Mar 21 Oct 2014 16:42

Message Ven 7 Nov 2014 20:16

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Merci à gadjo pour ton message, qui ouvre effectivement des pistes de réflexion.
Même si au final, que Dufaux ait fait exprès ou pas ne change pas le fait que la forme du récit est trop éloignée à mon goût de ce que doit être un "Blake et Mortimer".

Mais je dirais au final être assez d'accord avec toi sur l'album quand tu dis :

Pour finir ce nouveau très long message (pardon encore), je tiens à préciser que si je donne l'impression peut-être de défendre cet album et si je reconnais dans une certaine mesure les intentions assez
ambitieuses de Dufaux, je considère que le résultat est raté.
Pourquoi ?
Parce qu'il singe trop souvent La marque jaune sans finalement apporter grand chose de neuf, parce que son prédicat d'Onde Septimus et d'extra-terrestre ne tient pas debout, parce que son scénario
tourne un peu trop à l'exercice de style systématique et au maniérisme vide à mon goût, qu'il le rend obscur à dessein sans que cela ne se justifie forcément et parce qu'il ne parvient souvent pas à éviter le
piège de la facilité. Bref, parce qu'il a créé un récit typique d'une certaine idée de la BD moderne qui se veut profonde en jouant sur la narration, les codes et les personnages, en essayant de leur donner une
"épaisseur psychologique" mais tout cela reste assez vain.
Autrement dit, c'est une histoire qui se regarde le nombril, intéressante à essayer d'analyser à défaut d'être intéressante à lire.
Si on ajoute à ça tous les défauts déjà évoqués ailleurs (la fin bâclée notamment), ça donne un album bancal et dispensable qui n'atteint que très partiellement le but qu'il s'était fixé.


A le différence près que j'essaie probablement moins de l'analyser et que je l'apprécie un peu plus, mais simplement pour ce qu'il est. :)
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 2498

Inscription: Jeu 5 Aoû 2010 12:10

Message Lun 10 Nov 2014 20:21

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

mokenamoke a écrit:Le jour où une reprise se vendra mal, soit ils laisseront tomber, soit ils feront un effort pour relever le niveau de la suivante, mais ce n'est pas demain la veille qu'une reprise se vendra mal, le reflexe du collectionneur est un puissant levier. Et tant que ça se vend bien, ils ne risquent pas de se fatiguer . . .

Les reprises se vendent déjà très mal car les retours et passage au pilon sont très nombreux. Source avérée.
D'autre part, pour rebondir sur le sujet des "bons" ou "pas bons", il faut savoir que, selon une source n$=bien informée, sente ne serait pas l'auteur du scénario de Voronov et que l'histoire que l'on nous sert sur son envoi anonyme serait du pur bidon...
Je ne fais que ré^péter ce que prétend cette source assez bien informée, je dois dire, sur certains sujets "brûlants"...
Alors, que penser lorsqu'on voit la médiocrité affichée des aventures suivantes...?!

Membre du MLC
Membre du MLC

Messages: 660

Inscription: Sam 30 Juin 2012 12:33

Message Lun 10 Nov 2014 21:21

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Merci pour les infos, c'est vraiment très étonnant, je croyais que les reprises se vendaient comme des petits pains.
Puisque ce n'est pas le cas, on peut se demander alors pourquoi les éditeurs sont si pressés d'en sortir une presque chaque année. Ils feraient mieux de ralentir et de laisser aux auteurs le temps de faire quelque chose de convenable.

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 28

Inscription: Jeu 18 Déc 2014 00:08

Message Sam 20 Déc 2014 14:12

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Bonjour,
Tout à été dit sur l'OS, je crois que fondamentalement le style scénaristique de Dufaux ne colle pas a la série .
Dufaux est un petit maître de la bd qui a quelques belles réussites à son actif (Murena, complainte des landes perdues, premier cycle de Djinn).

Bien souvent j'ai remarqué que Sa marque de fabrique, un peu comme Lellouch au cinéma est de laisser flotter ses histoires et se personnages ils evitent de ce fait le piège du manichéisme mais manquent de contour.
Il applique cette méthode dans l'OS : Mortimer devient donc un apprenti sorcier, Olrik une victime qui accepte pour un temps de s'associer à Mortimer, les comploteurs de la scène inaugurale ne sont pas si dangereux que cela...
La fin n'en est pas vraiment une...

À l'arrivée ( indépendamment du scandaleux dynamitage graphique des 10 dernières pages) cela donne une histoire ou on ne reconnaît plus les personnages.
Je trouve légitime que les repreneurs apportent leur patte personnelle à la série ( c'est même primordial) mais dans le cas present cela ne fonctionne pas, il n'arrive pas in fine à emmener B&M ailleurs .

Dans l'AFB je trouve que Benoît et Van Hamme avaient tente de redéfinir le lien d'amitié qui unit les deux personnages et c'était nouveau et intéressant ( le graphisme et l'intrigue étant également de vrais réussites).
Je ne sais pas si une suite est prévue à cet album mais elle est dispensable...

Momie de Grossgrabenstein
Momie de Grossgrabenstein

Messages: 8

Inscription: Sam 5 Fév 2011 19:27

Message Sam 27 Aoû 2016 04:19

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

personnellement, je n'ai pas du tout aimé l'onde, je l'ai relu récemment et c'est vraiment sans intérêt. la disparition de l'agent est la première d'une longue série... vraiment ?

Membre du MLC
Membre du MLC

Messages: 660

Inscription: Sam 30 Juin 2012 12:33

Message Sam 27 Aoû 2016 13:23

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Léon DIDIER a écrit:personnellement, je n'ai pas du tout aimé l'onde, je l'ai relu récemment et c'est vraiment sans intérêt. la disparition de l'agent est la première d'une longue série... vraiment ?


Bien d'accord avec vous, mais vous avez plus de courage que moi, je n'ai pas encore eu le courage de le lire une 2ème fois, c'est tout dire . . .
Avatar de l’utilisateur

Gardien de la base d'Ormuz
Gardien de la base d'Ormuz

Messages: 1009

Inscription: Jeu 27 Déc 2012 11:24

Localisation: Espagne

Message Dim 28 Aoû 2016 11:53

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

mokenamoke a écrit:
Léon DIDIER a écrit:personnellement, je n'ai pas du tout aimé l'onde, je l'ai relu récemment et c'est vraiment sans intérêt. la disparition de l'agent est la première d'une longue série... vraiment ?


Bien d'accord avec vous, mais vous avez plus de courage que moi, je n'ai pas encore eu le courage de le lire une 2ème fois, c'est tout dire . . .


Moi non plus, mais je dois avouer qu'au moins les premières pages de l'album avaient une mise en scène fabuleuse, bien jacobsienne: avec plein d'ombres et des cadres narratifs intrigants, les premières planches qui ont lieu chez Miss Lilly Sing sont parmi les meilleures des reprises récentes, à mon avis.
Commandant au bord du porte-avions The Intrepid, blogueur de BD, grand admirateur de l'oeuvre d'Edgar P. Jacobs et de celle de ses repreneurs dans la série Blake et Mortimer.

Membre du MLC
Membre du MLC

Messages: 660

Inscription: Sam 30 Juin 2012 12:33

Message Dim 28 Aoû 2016 14:18

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

C'est vrai, il faut reconnaître que les quelques premières pages sont belles, mais après quelle dégringolade . . .
Avatar de l’utilisateur

Momie de Grossgrabenstein
Momie de Grossgrabenstein

Messages: 9

Inscription: Mar 10 Jan 2017 02:41

Message Lun 6 Mar 2017 18:23

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

J'aimerais réhabiliter l'Onde Septimus qui n'est pas si mauvais à mon sens ; on y retrouve une ambiance un peu fantastique, voir fantasmagorique qui est très rare dans les reprises (hèlas) alors que c'était vraiment une particularité de plusieurs albums de Jacobs. Le scénario est un peu foutraque mais il ne manque pas d'ambition je trouve : introduire une armée de clones dans un Blake et mortimer est assez osé et c'est exactement ce genre de prise de risque que j'attends d'un blake et mortimer, dommage qu'on ne sache pas ce quelle devienne...
La plus grosse erreur niveau scénar est d'avoir installer une entraide un peu trop appuyée entre Olrik et Mortimer, ce n'est pas acceptable, ils s'envoient carrément des amabilités dans cette album. Il y avait pourtant moyen de les allier avec plus de crédibilité en changeant seulement quelques lignes de dialogue
Au niveau du dessin c'est parfait, Aubin possède un trait fantastique et reprend avec maestria le style de jacobs avec des postures de personnages, des "flashs", une bonne texture pour la pierre dans les sous sols... : On sent le passionné de blake et mortimer.
Certains notent une dégradation du dessin vers la fin de l'album : j'avoue que je suis dubitatif, j'ai trouvé le dessin très bon presque jusqu'à la fin (les dessins a la fin dans l'antre de septimus sont magnifiques franchement), tout au plus ai-je noter un blake qui est raté dans les 2 dernières pages seulement, je dis bien dans les 2 dernières pages seulement... c'est franchement peu... Et quand on compare au trait parfois approximatif d'un juillard... Voila quoi, pas vraiment de quoi crier au scandale
ah j'oubliais les couleurs sont parfaites, je veux le même coloriste pour le prochain album de Antoine Aubin
Pour conclure je dirais que j'attends et j'espère que la suite de cette album se fasse, le thème présence des extraterrestre parmi nous façon "guerre des mondes" me plait bien pour un Blake et mortimer même si certain trouverons que c'est classique pour de la SF
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 5081

Inscription: Lun 30 Aoû 2010 08:37

Message Mar 7 Mar 2017 09:24

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Kobalann a écrit:J'aimerais réhabiliter l'Onde Septimus qui n'est pas si mauvais à mon sens ..../...

Le principal problème c'est que la fin est un peu bricolée pour nous vendre cette aventure en un histoire en un seul tome , alors que dans l'esprit de Dufaux c'était en plusieurs.
Notre opinion n'aurait surement pas été la même si on avait su dés le départ qu'un deuxième tome suivrait .... :roll:
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Précédente

Retourner vers L'Onde Septimus

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron