L'élégance dans Blake & Mortimer


Avatar de l’utilisateur

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 26

Inscription: Sam 26 Aoû 2017 20:28

Message Dim 17 Déc 2017 04:52

L'élégance dans Blake & Mortimer

Bonjour à tous, 



Il existe peu voire pas d’études chez B&M sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur, l’élégance masculine.
L’œuvre de Jacob est pourtant assez souvent louée pour sa vision de l’élégance et son atmosphère si particulière. 
J’ai donc décidé de me lancer dans la rédaction de ce dossier.
J’ai bien conscience qu’il ne va pas nécessairement susciter beaucoup d’intérêt dans la mesure où l’élégance masculine est un sujet qui n’est pas exactement contemporain.
Il suffit pour s’en convaincre de mettre un pieds dehors voire pire, d’aller dans un magasin de « prêt à porter ».



Avant de commencer je pense qu’il est nécessaire d’apporter quelques précisions. 



Tout d’abord, l’élégance n’est en rien un sujet élitiste. 
Il suffit pour s’en convaincre de jeter un œil à cette photo de fermiers dans les années 1950:

Image

Ces deux hommes sont objectivement plus élégants que 95% des gens qu’il m’est donné de croiser dans la rue au quotidien.
L’élégance n’est pas une question d’argent, mais une question d’attitude. Privilégier la durabilité à l’éphémère, la profondeur à la vacuité, la discrétion à l’exubérance…. Il s’agit donc d’un état d’esprit.


Par ailleurs, j’ai eu envie d’attaquer ce dossier sous un angle qui, je l’espère, sera original et plaisant.
En effet, je n’ai pas eu la chance de connaitre les éditions originales de B&M. Pendant longtemps j’ai donc été limité aux albums post recolorisation.
Il y a quelques années je me suis intéressé de près à Tintin et j’ai découvert le fantastique site bellier.org Ce dernier m’a donné accès aux albums de B&M en version journal de Tintin, et cela a été une révélation.
Du point de vue vestimentaire, la recolorisation a été assez destructrice et je vais m’attacher à démontrer pourquoi.

Ensuite, il est nécessaire de savoir que l’élégance vestimentaire est guidée par des règles.
On considère souvent qu’un homme qui désire être élégant doit connaitre ces règles par cœur avant de pouvoir s’oser à les briser. C’est ce qui fait tout le charme de l’élégance masculine.
Néanmoins certaines règles, notamment celles qui commandent les couleurs et les proportions ont tendances à être pratiquement immuables.
La théorie des couleurs est un vaste sujet et il est possible de théoriser dessus pendant des pages et des pages. Pour faire simple, nous allons parler de ce qui est élémentaire.
En matière de couleur et de contraste, nous pouvons isoler trois grandes catégories de personnes.
Il existe en effet des gens qui présentent un contraste fort (cheveux foncés, peau claire), un contraste moyen (cheveux foncés, peau foncée) et enfin un contraste faible (cheveux clairs, peau claire).
Il est de bon ton de faire correspondre son propre taux de contraste avec celui de ses vêtements.
Une personne qui présente un fort taux de contraste doit donc choisir des vêtements qui vont avoir un fort taux de contraste entre eux.


Il est possible d’aller plus en profondeur, mais dans un soucis de clarté nous allons nous arrêter là, je recommande de consulter le travail d’Alan Flusser sur la question pour les plus curieux.

Enfin, en guise de conclusion à cette longue introduction je vous propose un exemple pratique.
Voici une photo d’un homme à fort contraste (cheveux foncés/peau claire).
À votre avis, quelle photo est la plus attirante? 


Image



Si vous avez sélectionné, celle de droite bravo.
La tenue à fort contraste est effectivement un meilleur choix que celle à faible contraste.
Si vous avez sélectionné celle de gauche, il n’est pas trop tard pour tenter d’en apprendre plus sur comment fonctionnent les couleurs. 




J’ai utilisé pour mes comparaisons les planches que l’on peut trouver sur le site de bellier.org pour ce qui concerne la prépublication dans le journal de Tintin.
Pour les albums recolorisés, j’ai simplement utilisés les PDFs qu’on peut trouver sur internet, en sélectionnant toujours les versions publiées par les éditions B&M.
Je m’excuse d’avance si la qualité de ces scans n’est pas parfaite, c’est tout ce que j’avais à ma disposition.



I) Le Secret de l'Espadon



Après avoir soigneusement passé à la loupe les 3 tomes de l’Espadon ainsi que sa prépublication j’ai préféré ignorer cette histoire pour ce dossier.
En effet, le Secret de l’Espadon raconte une guerre. Il offre surtout l’occasion d’admirer des uniformes et des tenues orientales.
Il ne s’agit pas vraiment de mon domaine de compétence et bien qu’il est possible d’y repérer certains principes qui vont animer l’esprit des recolorisations, les différences du point de vue vestimentaire ne sont pas suffisantes pour justifier une analyse détaillée. 

Le seul élément que j’avais envie de partager se trouve dans cette vignette de la prépublication.

Image

Le professeur Mortimer porte une blouse de laboratoire et un nœud papillon, témoignage d’une époque où un scientifique pouvait être élégant même au travail.
Blake n’est pas un reste avec sa superbe paire de bottes et sa culotte en cavalry twill.

II) Le Mystère de la Grande Pyramide

J’ai envie de commencer cette analyse par le superbe gentleman que l’on peut voit à l’arrière plan.

ImageImage

Il porte un imperméable beige claire à manches raglan avec un Fedora légèrement plus foncé. Sous son imper il porte un complet bleu et une cravate orangée. Il tient un duffel bag en tissu dans sa main gauche. À première vue il donne l’impression d’être Américain.
Lors de la recolorisation ont peut voir qu’il s’assombrit considérablement (cette tendance semble se confirmer dans les albums suivants). Son imperméable et son Fedora prennent une couleur brune très foncée. Le complet passe du bleu ciel au bleu foncé. Et le duffel bag passe du tissu au cuir. Seule la cravate et la chemise restent la même. Il est intéressant de constater que si dans de la version du journal de Tintin notre personnage est parfaitement raccord avec son environnement, lors de la recolorisation il semble être un peu perdu. En effet, l’Egypte est un pays chaud, les couleurs sombres ne sont pas un choix très judicieux. L’adoption de couleurs sombres a aussi tendance à réduire le coté Américain de notre personnage.


Dans l’avion le professeur et Nasir discutent tranquillement.

ImageImage

Mortimer porte une veste de sport à grand carreaux d’une couleur olive pâle avec une chemise blanc cassé. Son ensemble dépareillé est très décontracté et semble parfait pour un voyage en avion. On notera le sempiternel nœud papillon. La marque des universitaires, des docteurs…
Dans l’album des éditions B&M le professeur va perdre en élégance ce qu’il va gagner en sérieux. Son costume devient gris clair, sa chemise blanche (ce qui a pour conséquence de créer un rappel avec la pochette qui était existant dans la prépublication du journal de Tintin). Dans la mesure où la couleur de cheveux de Mortimer s'assombrit aussi la règle du contraste est respectée, mais il est très dommage que le tenue du professeur qui était parfaite pour un pays chaud deviennent aussi triste.


Lors de la rencontre avec le professeur Ahmed il est possible de remarquer immédiatement que nos deux personnages ne font pas dans le même degré de formalisme.

ImageImage

En effet, le professeur porte une veste de sport avec poches plaquées, probablement en lin, peut être en mohair. Il a dans sa main un Fedora et il porte encore une fois un nœud papillon d’un très beau rouge. Ahmed Rassim Bey porte un costume croisé 6 boutons avec cran aigu. Sans oublier le traditionnel fez. Sa tenue est beaucoup plus formelle que celle de Mortimer, il est en effet le conservateur du musée et doit s’habiller en accord les responsabilités liées à sa position. Encore une fois dans l’album les tenues s’assombrissent. Il est vrai qu’il n’y a pas de changement brutal dans les couleurs mais la tenue décontractée de Mortimer devient tout à coup beaucoup plus sérieuse et en apparait presque ridicule. Un ensemble sport dans un gris aussi sombre avec un nœud papillon noir est en soit proche du non sens. Probablement l’influence des années 80.

Après avoir été au restaurant avec son ami Mortimer retourne au musée.

ImageImage

On peut voir ici son superbe polo coat qui était à l’origine de couleur brune/or. Il faut savoir que le polo coat est un manteau fait de poil de chameau, un tissu qui est à la fois léger, doux et qui isole parfaitement du froid comme du chaud. En dessous on distingue sa dinner jacket. Il s’agit d’un modèle à boutonnage croisé avec revers à pointe ce qui démontre une influence plus américaine que britannique. Un élément capital apparait dans la version album: le polo coat vert. Il semble en effet que ce soit lors de la recolorisation que le polo coat de Mortimer soit passé de sa couleur originelle à un vert probablement jugé plus « britannique ». Ce choix est en soit très intéressant puisqu’il s’agit maintenant d’un élément caractéristique de notre héros. Il n’en reste pas moins assez amusant de voir un polo coat de couleur verte. J’ai d’ailleurs entendu mon tailleur me dire que certains clients veulent un manteau « à la Mortimer ». Comme quoi un choix maladroit peut aussi être le début d’une tendance. En parlant de maladresse, la dinner Jacket de Mortimer (comme celle d’Ahmed d’ailleurs) passe d’un beau blanc crème à un blanc plus proche d’une blouse de laboratoire. Dommage. 




Intéressons nous maintenant à Olrik, ce dernier est beaucoup plus proche d’un dandy que n’importe quel autre personnage dans les albums canoniques. Et cela était encore plus vrai lors de la prépublication. (Il y est assez drôle de reconnaitre Jacobs dans les premières planches où Olrik apparait, notamment lorsqu'il porte son trench coat beige).

ImageImage

Le colonel porte une veste de sport d’un gris clair légèrement bleuté qui accompagne très bon son nœud papillon jaune. Son fume-cigarette est une autre indication de son dandysme. À l’arrière plan Sharkey n’est pas en reste. Veste de sport brune et nœud papillon vert. Sa pochette jetée à la va-vite complémente sa couleur de cheveux, un détail qui témoigne d’un (trop) grand soin du détail. En revanche il n’utilise pas de fume-cigarette. Il est amusant de noter que lors de la recolorisation c’est pochette blanche pour tout le monde. On note encore une fois que les couleurs s’assombrissent là encore sans tenir compte du principe même de ce qu’est une tenue dite décontractée.

Un autre rapide exemple des ravages causés par « grey washing  » avec ces deux vignettes:

ImageImage

Lors de la prépublication l’homme qui demande du feu possède la parfaite panoplie de l’Américain en vacance dans un pays chaud. Panama visé sur la tête, un costume en lin ou en mohair beige, une chemise d’un bleu très clair et une superbe cravate à motifs comme seuls les américains osent en porter. Le policer de dos n’est pas en reste avec une veste qui semble en lin d’une couleur corail/orangée. Une fois notre américain est passé en gris, il est difficile de dire si la scène se passe en Égypte ou à Barbès.


Sans vouloir faire de conclusion hâtive, je pense que Jacobs maitrisait du moins inconsciemment les règles de l'élégance. Il reproduisait aussi probablement ce qu'il voyait autours de lui mais globalement les tenues qu'il dessine font sens. Ceux qui participent à la recolorisation n'ont pas cette connaissance et reproduisent probablement ce qui leur est contemporain. Du moins en partie. Nous verrons cela plus en détails avec le prochain article consacré à la marque jaune. Je ne sais pas quand ce dernier sera en ligne, dans la mesure où je ne dispose que de très peu de temps libre.
Dernière édition par renard le Dim 17 Déc 2017 17:14, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 5433

Inscription: Lun 30 Aoû 2010 08:37

Message Dim 17 Déc 2017 10:46

Bravo pour cette analyse que je vais suivre avec intérêt.
L'élégance n'est pas ma spécialité. On me dit souvent que je suis habillé comme l'as de pique .
Pourtant il fut un temps où j'étais plutôt dandy . 8-)
Bref , tout cela pour dire que je reconnais quand même l'élégance (masculine ou féminine ) quand je la vois et il est indéniable que Jacobs , tout comme Hergé d'ailleurs , se souciait beaucoup de son apparence.

renard a écrit:..../....
Sans vouloir faire de conclusion hâtive, je pense que Jacobs maitrisait du moins inconsciemment les règles de l'élégance. Il reproduisait aussi probablement ce qu'il voyait autours de lui mais globalement les tenues qu'il dessine font sens...../...

Jacobs a pendant quelque temps travaillé comme dessinateur pour les catalogues de mode.
C'était un travail alimentaire, disait-il , mais je ne doute pas qu'il l'ait fait consciencieusement.
Par contre, ses connaissances au niveau tissus étaient inexistantes.
Je cite un extrait de ses mémoire. Cela se situe à son retour du service militaire, la direction des grands magasins de la bourse ayant décidé de le transférer comme vendeur au rayon tissu :
Comme j'étais incapable de distinguer un "peigné" d'un "fil à fil" ou un "tweed" d'un "prince de Galles , l'astuce devenait limpide. Bien décidée à me débarquer dans me payer les trois mois de préavis, prévus,la direction avait imaginé ce petit scénario afin de pouvoir me virer pour "incapacités" donc sans dédit.
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 235

Inscription: Mar 8 Juil 2014 09:55

Localisation: Haute-Savoie

Message Dim 17 Déc 2017 11:55

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

Merci Renard pour ce dossier très intéressant. Il m'a permis de mettre le doigt sur les raisons de ma préférence à lire les pré-publications sur le site Bellier : Jacob a vraisemblablement travaillé "le soin du détail" comme tu le dis dans ton article. Les coloristes suivant en "modernisant" les albums ont perdu ce travail... Dommage. Jacobs était-il d'accord pour ces modifications ?

Tes comparaisons montrent nombres de détails amusants : dans l'aéroport, l'assombrissement des couleurs fait perdre la grasse des couture sur le costume de l'hôtesse ; dans l'avion et au musée, le visage de Mortimer est plus allongé dans la pré-publication (peut-être une coiffure plus haute) ; dans le laboratoire, la couleur crème de la dinner-jacket devient la couleur du mur du laboratoire dans la version 2

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 16

Inscription: Lun 8 Juin 2015 21:14

Message Dim 17 Déc 2017 14:42

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

Très intéressant dossier! Bravo et merci!

Image

Vous connaissez j'imagines, l'ouvrage l'Eternel Masculin de Bernhard Roetzel. Il fût pour moi, une aide précieuse pour comprendre certains points vestimentaire dans les B&M.

Bon dimanche

Membre du MLC
Membre du MLC

Messages: 677

Inscription: Sam 30 Juin 2012 12:33

Message Dim 17 Déc 2017 16:45

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

Merci pour cet article, qui me rappelle que j'ai toujours déploré la recolorisation, depuis des années, et pas seulement en ce qui concerne les vêtements. C'est pourquoi je conserve mes vieux albums. Mais au fait je n'ai jamais compris pour quelles raisons ils ont fait toutes ces recolorisations qui ne servent à rien d'autre qu'à enlaidir les images. Il aurait été plus simple de laisser les couleurs telles quelles.
Avatar de l’utilisateur

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 26

Inscription: Sam 26 Aoû 2017 20:28

Message Dim 17 Déc 2017 21:18

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

Merci beaucoup à tous pour vos réactions. J'avais peur que le sujet soit un peu trop spécifique pour capter l'attention.
Je viens de réaliser que j'avais inversé la droite et la gauche sous la photo de "test" pour expliquer la notion de contraste et de teint. :oops: Enfin, c'est corrigé.

Un autre détail qui vient seulement de me frapper, Jacobs accorde beaucoup d'importance aux revers des vestes, mais il néglige pratiquement toujours les cols de chemises. Il ne dessine même pas ces derniers les 3/4 du temps. je viens de relire la Marque Jaune et il semble que cela s'améliore par la suite. Mais c'est un élément assez... surprenant.

archibald a écrit:Par contre, ses connaissances au niveau tissus étaient inexistantes.
Je cite un extrait de ses mémoire. Cela se situe à son retour du service militaire, la direction des grands magasins de la bourse ayant décidé de le transférer comme vendeur au rayon tissu :
Comme j'étais incapable de distinguer un "peigné" d'un "fil à fil" ou un "tweed" d'un "prince de Galles , l'astuce devenait limpide. Bien décidée à me débarquer dans me payer les trois mois de préavis, prévus,la direction avait imaginé ce petit scénario afin de pouvoir me virer pour "incapacités" donc sans dédit.

Merci pour le lien vers ses dessins de mode, je savais qu'il avait travaillé un peu dans le milieu et je suis certain que ça l'a influencé pour son style personnel et celui de ses personnages.
J'ai envie de dire que dans une certaine mesure pour ce qui est des tissus, c'est visible dans ses dessins, du moins pour cet album. Il ne texturise pas beaucoup les tissus et on devine la matière de certaines pièces parfois plus à cause de leur couleur que du grain. Il faut aussi dire que les scans ne permettent pas d'être catégorique et que même Hergé ne s’embarrassait pas trop avec les tissus par exemple.

Alhellas a écrit:Merci Renard pour ce dossier très intéressant. Il m'a permis de mettre le doigt sur les raisons de ma préférence à lire les pré-publications sur le site Bellier : Jacob a vraisemblablement travaillé "le soin du détail" comme tu le dis dans ton article. Les coloristes suivant en "modernisant" les albums ont perdu ce travail... Dommage. Jacobs était-il d'accord pour ces modifications ?

Ce topic traite un peu du sujet des recolorisations et il semble que la leçon à en tirer est que Jacobs suivait ça de loin voire même de très loin. De ce que je sais, Jacobs était déjà très fatigué et avait d'autres problèmes, autrement plus importants, à traiter. En ce qui concerne les vêtements il y a un autre élément à prendre en considération. Dans les années 80, le monde de l'élégance commence littéralement à s'effondrer notamment à cause de l'invasion du prêt à porter. Les coloristes en "modernisant" les albums reflètent cette tendance assez bien avec une palette de couleur vestimentaire qui devient très "années 80". Il est probable qu'ils aient réussi à convaincre Jacobs que cela avait l'air plus moderne, que B&M avaient un style un peu suranné et que cette nouvelle colorisation réactualisait le style des personnages. Sans réaliser que l'élégance est intemporelle, et qu'en voulant rendre les albums "plus modernes", ils les ont ancrés dans une période encore plus réduite. Mais encore une fois, cela n'est qu'une hypothèse, j'attends d'avoir comparé l'intégralité des albums de la série canonique pour avoir un avis plus définitif.

DLPRR a écrit:Très intéressant dossier! Bravo et merci!
Vous connaissez j'imagines, l'ouvrage l'Eternel Masculin de Bernhard Roetzel. Il fût pour moi, une aide précieuse pour comprendre certains points vestimentaire dans les B&M.

Bon dimanche

Merci pour le compliment !
Oui je connais la version anglaise de ce livre, il s'agit d'un ouvrage de référence. Les travaux de Bernhard Roetzel sont passionnants comme ceux de Bruce Boyer et Alan Flusser (bien que ce dernier soit sur une pente descendante en ce qui concerne son style personnel).
Avatar de l’utilisateur

Administrateur du site
Administrateur du site

Messages: 6653

Inscription: Mer 4 Aoû 2010 22:18

Localisation: Paris

Message Dim 17 Déc 2017 22:50

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

Et bien, merci renard.
Je n'avais jamais prêté attention aux effets vestimentaires.

Je pense relire ton article sous peu.
Image

Pour me joindre taper : fred.centaurclub(a)gmail.com.
centaur club sur facebook
twitter

Membre du MLC
Membre du MLC

Messages: 677

Inscription: Sam 30 Juin 2012 12:33

Message Lun 18 Déc 2017 13:32

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

Donc si je comprends bien les recolorisations étaient destinées à "moderniser" les albums ! Alors là je trouve que c'est encore plus idiot. Quand une histoire se passe dans les années 50 il y a tout intérêt à laisser les couleurs des années 50. Pendant que les repreneurs se décarcassent pour donner à leurs personnages un aspect retro, d'autres s'occupent de "moderniser" ceux qui étaient retro par nature.
Avatar de l’utilisateur

Membre du MLC
Membre du MLC

Messages: 532

Inscription: Ven 30 Déc 2016 22:04

Localisation: A la station 001

Message Lun 18 Déc 2017 19:31

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

mokenamoke a écrit:Donc si je comprends bien les recolorisations étaient destinées à "moderniser" les albums ! Alors là je trouve que c'est encore plus idiot. Quand une histoire se passe dans les années 50 il y a tout intérêt à laisser les couleurs des années 50. Pendant que les repreneurs se décarcassent pour donner à leurs personnages un aspect retro, d'autres s'occupent de "moderniser" ceux qui étaient retro par nature.


Il est vraiment très intéressant pour moi de lire vos avis sur la nouvelle colorisation parce que pour moi, j'ai les nouvelles éditions donc du coup, comme j'ai vécu avec, j'aime ces couleurs parce que, pour moi, elles sont caractéristiques de l'album qu'est Le Mystère de la Grande Pyramide.
Well...c'est paradoxal... :x
Eh oui, mon cher professeur ! Alors que vous n'en êtes qu'à l'iodure d'argent et à la neige carbonique, ou encore à crever les nuages à coup de canon, nous sommes capables, nous, de reproduire la plupart des phénomènes météorologiques !

Membre du MLC
Membre du MLC

Messages: 677

Inscription: Sam 30 Juin 2012 12:33

Message Ven 29 Déc 2017 13:03

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

Je suis impatient de lire la suite de ce post. En attendant, comme je ne connais pas grand chose de la mode, je me suis un peu recyclé sur le net.
http://www.people-looks.com/10494/Mode- ... 1-24#10494
Non, sans blague, j'attends vraiment la suite.
Avatar de l’utilisateur

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 26

Inscription: Sam 26 Aoû 2017 20:28

Message Dim 31 Déc 2017 08:14

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

Nous arrivons maintenant à la troisième aventure de nos héros. L’emblématique Marque Jaune. Personnellement, il s’agit de mon album préféré de B&M. J’aime avant tout son atmosphère très sombre et pesante qui me rappelle un peu celle des 7 boules de cristal chez Hergé, album qui doit aussi énormément à Jacobs comme chacun le sait.

Nous commençons par la gare de King's Cross. Les gares sont toujours d’excellents endroits pour observer ses contemporains. Elles sont souvent l’occasion de croiser beaucoup de gens, de milieux et d’origines différents.

ImageImage

On peut remarquer plusieurs choses sur ces deux vignettes. Tout d’abord, les gens savaient s’habiller pour voyager. Ensuite, les couleurs ne changent pas tellement entre la version du journal de Tintin et la recolorisation. Elles sont un peu plus sombres, plus lisses mais il n’y a rien de radical. Exception faite du gentleman blond au centre de la vignette. Ce dernier porte un costume brun qui vire presque au noir et un manteau blanc cassé qui passe à une couleur plus crème.

Mortimer se rend au Centaur Club.

ImageImage

Là encore, le professeur est le premier à subir les affres de la recolorisation. Dans la version originale sa tenue offrait une très beau dégradé de vert entre son célèbre polo coat et sa superbe veste qui semble être en tweed peigné. Son nœud papillon bleu complète parfaitement l’ensemble. Sa chemise semble être d’un jaune très très pâle. L’ensemble est vraiment une très bonne représentation de l’élégance britannique des années 50. 
Lors de la recolorisation le professeur perd encore une fois en élégance et adopte une tenue à mon sens plus marquée par une palette de couleur très années 70/80. Un brun peu inspiré doublé d’une chemise jaune. Il ne s’agit peut être que d’une impression, mais j’ai également la sensation que les nouvelles couleurs grossissent un peu notre héros. 

Il est important de noter que lors de la prépublication, Mortimer a une couleur de peau assez rouge, qui contraste peu avec sa couleur de cheveux rousse. Cela explique pourquoi sa tenue suit le même schéma et offre le même degré de contraste entre le manteau, la veste, la chemise…
Lors de la recolorisation notre personnage retrouve une couleur de peau beaucoup plus pâle. Ce qui conduit à créer un vibrant contraste entre son teint de peau et sa couleur de cheveux. Contraste que l’on retrouve dans la tenue, même si cette dernière n’est pas des plus heureuses.

Voilà que Mortimer est rejoint par son ami Blake.

ImageImage

Cette vignette me pose beaucoup de problèmes. 
Tout d’abord je suis consterné par le choix des souliers bruns. Il existe une règle d’or dans l’élégance, « no brown after six ». Le principe est simple, si possible, il faut éviter de porter des souliers bruns le soir, après 18 heures donc.
Il est étonnant que deux gentlemen éduqués, qui se rendent dans un club privé portent des souliers bruns qui sont en général destinés à la campagne ou à une tenue plus « décontractée ». Il existe plusieurs explications à cette entorse. La première, Jacobs ne connait pas cette règle. Ce qui est possible. Je ne connais pas son niveau personnel d’élégance. Il a un sens certain du détail, de l’assemblage des couleurs et de la précision. Que ce soit pour ses personnages comme pour lui. Mais de là à connaitre les codes et règles de l’élégance, il y a un pas. Après tout il est possible que son style très réaliste et très aiguisé quant il s’agit des vêtements vient surtout de son expérience de dessinateur de catalogue de mode. Mais dès lors, comment expliquer que Septimus et les autres membres du club portent tous des ensembles de type « black tie » avec des souliers noirs. Si Jacobs ne connaissait pas la règle, pourquoi ne pas mettre des souliers marrons à l’intégralité de ses personnages? La seconde explication est que Jacobs connait bien la règle et décide de faire de ses héros des personnes à part. La dernière explication est que Blake et Mortimer n’ont pas eu le temps de se changer, tout simplement.

Autre problème posé par cette vignette, la poche de poitrine du professeur Mortimer me semble étrangement basse. Cette dernière heurte un peu mon sens des proportions et je me demande si il y a une raison à ce choix.

Nous avançons dans l’histoire et Kendall veille sur le juge Calvin.
ImageImage

Kendall porte un superbe costume bleu pétrole, j’ai du mal à déterminer la nature du tissu utilisé, mais ce dernier offre une belle texture et fait penser à une flanelle. Lors de la recolorisation l’inspecteur échange son superbe complet pour quelque chose de beaucoup plus… banal et triste. On peut aussi noter que Garrison porte un superbe croisé bleu clair et une cravate (en grenadine de soie?). Lors de la recolorisation, la texture de la cravate disparait et la couleur de la veste croisée est la même que celle du nouveau costume de Kendall ce qui est d’une tristesse.

Vient le moment ou Blake se préparer à confronter la Marque Jaune.

ImageImage

En voyant cette vignette, je me demande comment on peut accuser les couleurs originales d’être fades. J’ai vu que plusieurs personnes émettaient cette critique et je dois avouer que je ne la comprend pas. Le professeur échange une belle veste de tweed peigné de couleur pistache pour une autre de couleur beaucoup plus conventionnelle, élevant de la fantaisie au personnage. Noter le sens du détail Jacobs a été jusqu’à colorier la boucle de ceinture d’une couleur différente qui tend à l’or/bronze. Ceux chargés de la recololorisation ne se sont pas embarrassés avec ce détail. La tenue de Blake ne change pas radicalement mais à mon sens, elle perd en panache ce qu’elle gagne en fadeur. Le brun/orangé de son pardessus devient un marron tout ce qu’il y a de plus classique. Et son écharpe qui tend sur un vert émeraude devient bleu/grise. On perd également tout sens des textures avec la nouvelle colorisation ce qui à mon sens est assez regrettable.

Pour conclure j’ai envie de terminer sur cette belle vignette.

ImageImage

Que d’élégance. Le gentleman à gauche porte un Fedora bleu pétrole avec des gants en pécari d’un jaune clair et un pardessus brun. Ses gants vont devenir gris, car la fantaisie en matière de gants est à bannir, c’est bien connu…. En revanche son écharpe va devenir d’une jaune pétant qui attire immédiatement l’œil. Il s’agit d’un très bon exemple de ce qu’il ne faut absolument pas faire en matière d’association des couleurs. Dans la vignette originale, les couleurs entourent le visage du gentleman et attirent l’œil sur son visage et sa belle moustache blanche. Lors de la recolorisation, on ne voit que l’écharpe, cette dernière est tellement vive qu’elle agresse l’oeil et on ne remarque que cette dernière…

Il n’est pas évident de le voir ici puisque j’ai volontairement sélectionné des vignettes qui montraient une grande différence entre la version du journal de Tintin et la recolorisation, mais cette dernière n’est pas aussi dramatique que celle de la Grande Pyramide. En effet, globalement les couleurs restent assez souvent les mêmes. Elles deviennent parfois plus foncées, plus tristes, mais elles ne changent pas toujours de façon aussi radicale que dans l’album précédent.
Je me demande si cette tendance va se confirmer pour les albums à venir. Je me demande aussi pourquoi ce changement? Est ce que Jacobs est intervenu? Bien qu’il semble que ce dernier ne se soit pas vraiment occupé de la recolorisation est ce que qu’il a eu son mot à dire sur cet aspect? Il est possible qu’il ait constaté avec déception que les nouvelles couleurs (en matière de vêtement) de la Grande Pyramide enlevaient totalement l’aspect exotique de l’histoire. En adoptant une palette de couleur hivernale pour un pays aussi chaud, les coloristes s’étaient en effet complètement fourvoyés. Il faut dire que dans les années 40/50 le vêtement s’adapte au climat d’une façon différente à ce que l’on fait des les années 70/80. On porte des tissus légers qui isolent bien, des couleurs claires. Dans les années 80, on adopte déjà le short et le tshirt. De quoi faire oublier à quelqu’un de peu porté sur les détails l’importance des couleurs. 
Autre élément intéressant, Jacobs commence à dessiner les cols des chemises à partir de la Marque Jaune. Ces derniers sont encore sommaires, mais ils étaient pratiquement absents de la Grande Pyramide. Il est intéressant de voir l’évolution de son dessin et la plus grande apportante qu’il attache aux détails.
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 5433

Inscription: Lun 30 Aoû 2010 08:37

Message Dim 31 Déc 2017 09:06

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

Tés intéressante cette relecture vu ou un autre angle. Comme je l'ai dit avant le domaine de l'élégance, n'est certes pas le mien , et j'en découvre les règles, comme cette histoire de chaussure noires.
renard a écrit:.../.... La dernière explication est que Blake et Mortimer n’ont pas eu le temps de se changer, tout simplement. .../...

Ben oui , Mortimer arrive tout droit de la gare et Blake du Home Office avec un peu de retard. :roll: :p
Belle analyse , renard. Si tu peux me dire ce qu'il faut éviter de porter ce soir au réveillon ? ;)
En tout cas il est 8:00 gentlemen ...C'est un peu tôt pour le faire , mais je vais vous souhaiter une bonne fin d'année à toutes et à tous. 8-)
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.

Membre du MLC
Membre du MLC

Messages: 677

Inscription: Sam 30 Juin 2012 12:33

Message Dim 31 Déc 2017 13:49

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

Merci pour tous ces commentaires. Concernant les chaussures brunes de Blake, je suppose qu'elles font partie de son uniforme ? Dans ce cas il n'avait pas vraiment le choix.
Quant à Mortimer, il débarque tout juste du train qui le ramènait de la cambrousse.
Et le gentleman qui lit son journal à la gare, personne n'a l'air de s'inquiéter que sa moustache soit subitement devenue bleue ? Une moustache bleue, c'est tout de même beaucoup plus choquant qu'une écharpe jaune.

Membre du MLC
Membre du MLC

Messages: 677

Inscription: Sam 30 Juin 2012 12:33

Message Dim 31 Déc 2017 13:57

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

Et les feux de signalisation sur la dernière vignette ? Le feu orange a disparu et il y a maintenant 2 feux rouges.
Ils avaient pas un peu trop bu ceux qui ont mis ces couleurs ?
Avatar de l’utilisateur

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 26

Inscription: Sam 26 Aoû 2017 20:28

Message Dim 31 Déc 2017 21:06

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

archibald a écrit:Tés intéressante cette relecture vu ou un autre angle. Comme je l'ai dit avant le domaine de l'élégance, n'est certes pas le mien , et j'en découvre les règles, comme cette histoire de chaussure noires.
renard a écrit:.../.... La dernière explication est que Blake et Mortimer n’ont pas eu le temps de se changer, tout simplement. .../...

Ben oui , Mortimer arrive tout droit de la gare et Blake du Home Office avec un peu de retard. :roll: :p


Et pourtant, cette explication ne parvient toujours pas à me satisfaire. Car au delà des souliers que j'ai mentionné surtout car c'était là l’occasion d'expliquer une petite règle d'élégance, c'est la tenue de nos deux héros qui ne va pas.

Le professeur n'est pas membre du Club, il est invité par Blake et il me semble étrange que ce dernier ne lui indique pas le dress code à suivre. Sachant qu'il allait dîner au Centaur Club, Mortimer avait tout le loisir d'emporter une tenue de soirée avec lui. Il pouvait même faire un rapide crochet par son appartement pour se changer. Mais en admettant, peut être que le club n'impose pas son dress code aux invités. Chaque club est différent et dans les années 50 les règles sont peut être un peu moins strictes qu'à la fin des années 1800/début des années 1900, période de l'apogée du système des Clubs. (Bien que les codes ne se relaxent vraiment qu'à partir des années 70, période où les clubs commencent à accepter les femmes).

Je ne m'explique en revanche vraiment pas la tenue de Blake. Certes il est en retard et est donc pressé, mais les Clubs sont l'équivalent d'une seconde maison pour les gentlemen. Il est possible d'y boire, manger, jouer, dormir... Pour beaucoup il s'agit d'une base arrière où se ressourcer. Je ne comprends pas comment Blake n'ait pas pensé à laisser une tenue au Club pour pouvoir se changer dès qu'il arrive. Il n'a pas à être en uniforme quand il n'est pas en service et il savait qu'il allait dîner au club ce soir là.

J'ai l'impression que ce choix des tenues est délibéré de la part de Jacobs. Il connait l'existence des dress codes car les autres membres portent tous un ensemble de type black tie. C'est donc que ce détail à son importance. Il fait partie de la narration. Jacobs tente peut être de nous faire remarquer quelque chose. Que ce soit sur le caractère de ses personnages, leur place, leur rôle. Il tente aussi peut être de les différencier du reste des protagonistes, voire même de nous habituer à leur apparence. Beaucoup d'hypothèse, peu de réponses.
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 5433

Inscription: Lun 30 Aoû 2010 08:37

Message Lun 1 Jan 2018 14:21

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

renard a écrit:..../...
J'ai l'impression que ce choix des tenues est délibéré de la part de Jacobs. Il connait l'existence des dress codes car les autres membres portent tous un ensemble de type black tie. C'est donc que ce détail à son importance. Il fait partie de la narration. Jacobs tente peut être de nous faire remarquer quelque chose. Que ce soit sur le caractère de ses personnages, leur place, leur rôle. Il tente aussi peut être de les différencier du reste des protagonistes, voire même de nous habituer à leur apparence. ..../....
Il n'aurait pas dû se montrer aussi subtile. Je viens de revoir la scène qui se passe au Centaur club dans la Machination Voronov et c'est une vraie catastrophe . Seul le juge Calvin et le docteur Vernay sont en Black Tie. Blake toujours en retard est en uniforme . Les autres , y compris Macomber sont en tenue de ville. :roll:
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar de l’utilisateur

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 26

Inscription: Sam 26 Aoû 2017 20:28

Message Lun 1 Jan 2018 19:41

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

archibald a écrit:
renard a écrit:..../...
J'ai l'impression que ce choix des tenues est délibéré de la part de Jacobs. Il connait l'existence des dress codes car les autres membres portent tous un ensemble de type black tie. C'est donc que ce détail à son importance. Il fait partie de la narration. Jacobs tente peut être de nous faire remarquer quelque chose. Que ce soit sur le caractère de ses personnages, leur place, leur rôle. Il tente aussi peut être de les différencier du reste des protagonistes, voire même de nous habituer à leur apparence. ..../....
Il n'aurait pas dû se montrer aussi subtile. Je viens de revoir la scène qui se passe au Centaur club dans la Machination Voronov et c'est une vraie catastrophe . Seul le juge Calvin et le docteur Vernay sont en Black Tie. Blake toujours en retard est en uniforme . Les autres , y compris Macomber sont en tenue de ville. :roll:


C'est la raison pour laquelle je ne m'intéresse qu'à la série canonique. Les albums de la reprise sont beaucoup moins intéressants sur le plan vestimentaire.
En ce qui concerne les gentlemen's club, j'ai deux anecdotes à ce sujet. La première concerne le dress code. Ce dernier était assez souvent utilisé pour restreindre l'accès aux clubs. En effet, un membre en plus de devoir payer une cotisation (en général assez élevée) devait aussi avoir le porte monnaie assez large pour pouvoir satisfaire au dress code du club dont il voulait être membre. Plus le dress code était élitiste plus la liste des prétendants diminuait. La second anecdote est liée à ma propre expérience. Quand j'ai emménagé aux US je voulais rejoindre un gentlemen's club puisqu'il en existe aussi quelques uns de ce coté de l'Atlantique et que j'ai toujours eu cette envie (même si les clubs d'aujourd'hui n'ont plus grand chose de commun avec ceux de la grande époque). J'ai découverts qu'aux États-Unis un gentlemen's club est une chose très différente de ce qui existe chez nos amis Britaniques. En effet, il s'agit de clubs de striptease....
Si on veut rejoindre un club "normal" on l'appelle simplement un "private club" ou un "men's clubs".
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 5433

Inscription: Lun 30 Aoû 2010 08:37

Message Lun 1 Jan 2018 23:07

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

renard a écrit:..../...J'ai découverts qu'aux États-Unis un gentlemen's club est une chose très différente de ce qui existe chez nos amis Britaniques. En effet, il s'agit de clubs de striptease....
..../...
Y a -t-il un dress code dans les clubs de striptease ? :lol:
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar de l’utilisateur

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 26

Inscription: Sam 26 Aoû 2017 20:28

Message Ven 5 Jan 2018 04:22

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

archibald a écrit:
renard a écrit:..../...J'ai découverts qu'aux États-Unis un gentlemen's club est une chose très différente de ce qui existe chez nos amis Britaniques. En effet, il s'agit de clubs de striptease....
..../...
Y a -t-il un dress code dans les clubs de striptease ? :lol:


Je dois bien reconnaitre que je n'ai pas eu envie de vérifier :lol:
Avatar de l’utilisateur

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 30

Inscription: Mer 22 Nov 2017 17:24

Message Mar 30 Jan 2018 00:37

Re: L'élégance dans Blake & Mortimer

archibald a écrit:
renard a écrit:..../...J'ai découverts qu'aux États-Unis un gentlemen's club est une chose très différente de ce qui existe chez nos amis Britaniques. En effet, il s'agit de clubs de striptease....
..../...
Y a -t-il un dress code dans les clubs de striptease ? :lol:


pour les clients ou pour les danseurs? ;)

Au fait, super article! je pensais que les nouvelles couleurs seraient de maintenir un «modèle» des couleurs des vêtements des personnages: Mortimer porterait toujours du jaune / vert et Blake aurait toujours tons de terre.
Suivante

Retourner vers Les dossiers du Centaur Club

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité