Message Lun 12 Déc 2016 19:23

Lieux Anglais à Paris par A. JUILLARD

Les adresses "So chic" d'André Juillard à Paris.

L'article a été reproduite avec l'autorisation d' Olivier DELCROIX.

Les adresses «so chic» d'André Juillard
Par olivier DELCROIX et Sophie BEGUERIE, le 07 Décembre 2012

Image

Avec flegme, humour et distinction l'auteur du Cahier bleu a accepté de livrer ses adresses british à Paris.

Est-ce parce qu'il est depuis 1999 le dessinateur des héros de BD Blake et Mortimer qu'André Juillard s'est mis au diapason d'un mode de vie à l'anglaise? L'auteur de leur très shakespearienne nouvelle aventure, intitulée Le Testament de William S., n'en est pas totalement persuadé. «Je crois sans doute que mon goût pour la Grande-Bretagne vient de ma mère qui était professeur d'anglais, et qui m'a sensibilisé très tôt à tout ce qui concernait la culture anglaise, explique-t-il. J'ai également effectué de nombreux séjours à Londres. Il y a quelques années, j'ai notamment passé un Nouvel An entre amis à Londres. En réalité, c'était surtout pour éviter de passer les fêtes de fin d'année en France!»

La librairie Galignani. «J'aime beaucoup me rendre à la librairie Galignani. C'est l'une des plus anciennes librairies anglaises de Paris. En se promenant entre les rayonnages, on peut y faire de belles découvertes, trouver des ouvrages magnifiques que l'on ne trouve nulle part ailleurs.»

La librairie Galignani. 224, rue de Rivoli (Ier). Tél.: 01 42 60 76 07.

Crockett & Jones. «Je porte des vestes en tweed depuis longtemps. En fait, pour tout vous dire, c'est ma mère qui avait un jour offert une veste de ce type à mon père. Ayant la peau fragile, disait-il, mon père ne l'a jamais mise “parce que ça le grattait”. C'est lui qui me l'a donnée. Trente-cinq ans après, je la porte toujours. Il faut reconnaître qu'en matière vestimentaire les Anglais ont un sens du confort assez formidable. Mettant des vestes en tweed, je porte logiquement des chaussures anglaises. Je me fournis chez Crockett & Jones. Ils conçoivent des chaussures sur mesure. Un conseil: pour avoir un beau bout brillant, le secret consiste à passer un chiffon doux humidifié avec de la salive. Bien sûr, c'est la qualité du cuir qui fera le reste…»

Crockett & Jones. 16, rue du Bourg-Tibourg (IVe). Tél.: 09 67 82 84 30.

Le Saint James club. «Je ne suis pas allé très souvent au Saint James Club. Mais je me souviens qu'en entrant dans le jardin qui mène vers cet hôtel particulier assez bourgeois, on peut trouver une cabine téléphonique rouge, comme celles qu'on trouve à Londres. Je me rappelle également du bar qui se trouve à l'arrière de la demeure, où se trouve une très belle bibliothèque sur deux étages, avec une échelle escalier. C'est un endroit à l'atmosphère feutrée, où le chic anglais est roi. Les fauteuils clubs en cuir sont très confortables. J'y suis allé à plusieurs reprises pour évoquer Blake et Mortimer, bien sûr!»

Le Saint James club. 43, av. Bugeaud (XVIe). Tél.: 01 44 05 81 81.

Le pub Sir Winston. «C'est toujours grâce à Blake et Mortimer que j'ai découvert ce restaurant anglais, près du Trocadéro. Nous étions invités, Yves Sente et moi, à parler d'un de nos albums lors d'un déjeuner qui fut mémorable. Je me souviens en particulier avoir goûté et aimé un vin blanc fameux. Quand nous avons voulu féliciter le sommelier, il nous a appris que ce vin était issu, non pas de vignes françaises, mais bien d'un cépage anglais. By Jove! Je peux dire que là, j'étais stupéfait!»

Le pub Sir Winston. 5, rue de Presbourg (XVIe). Tél.: 01 40 67 17 37.

____________________________________
Porter les chaussures de James Bond
Image
Daniel Craig porte le modèle Camberley de Crockett & Jones dans Spectre.

Elles sont nombreuses les personnalités parisiennes qui viennent se fournir chez Crockett & Jones, célèbre boutique de chaussures anglaises, fondée en 1879 à Northampton. Parmi elles, on compte depuis quelques années le dessinateur de Blake et Mortimer André Juillard. La force de ce respectable établissement, c'est d'être à la fois fabricant et distributeur. C'est pour cette raison que l'entreprise familiale s'est solidement ancrée à Paris et possède maintenant trois magasins.

Un autre client célèbre fait grandir la réputation de Crockett & Jones: James Bond! Depuis Skyfall, 007 a trouvé chaussure à son pied et promeut la marque en toute discrétion, comme tout bon agent secret. Dans Spectre, Daniel Craig alias James Bond porte six de leurs modèles, présents aussi dans Skyfall.

Le très chic Colin Firth dans Kingsman a lui aussi sacrifié à cette tradition. Dans le dernier film de Robert Zemeckis, Alliés, trois modèles chaussent Brad Pitt. La maison est aussi bien représentée dans les films français avec Jean Dujardin, dans OSS 117 et Un homme à la hauteur, Laurent Lafitte dansPapa ou Maman 2.

Qu'elles soient prêtes à chausser ou sur mesure, toutes ces chaussures sont fabriquées à la main. Mais ce qui plaît aux Parisiens, c'est une chaussure «made in England», typiquement British, chic et simple, à bout plutôt rond, aux couleurs unies sans être extravagantes, restant tendances. Grâce au service sur mesure, à partir d'un modèle existant on peut personnaliser sa chaussure en choisissant son cuir. Si le chausseur reste discret sur ses clients, on sait que le prince Charles se fournit chez eux et a visité en 2013 sa manufacture de Northampton. Avec la baisse des touristes dans la capitale, les clients sont en majorité parisiens. En ce moment, le modèle phare de Crockett & Jones à Paris est la bottine Chukka (410 €). En France, depuis 2014, le fabricant a étendu sa gamme aux chaussures pour femmes. En gardant des modèles très masculins, on les a adaptés à la gent féminine sur des formes plus fines… mais toujours très anglais! So chic.

Crockett & Jones à Paris.14, rue Chauveau-Lagarde (VIIIe). 33, bd Raspail (VIIe). 16, rue du Bourg-Tibourg (IVe).

Merci aux auteurs.
Image

Pour me joindre taper : fred.centaurclub(a)gmail.com.
centaur club sur facebook
twitter