La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix...

Pour discuter de tout.
Répondre
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 2746
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix...

Message par Thark »

Pour celles et ceux qui, comme moi, sont profondément passionné.e.s et fortement concerné.e.s par la Bande Dessinée [son Histoire, ses rouages, ses évolutions, sa magie, ses chefs-d'œuvre],
la Chaire :arrow: Création artistique 2022-2023 du Collège de France, formidablement occupée par :arrow: Benoît PEETERS, est d'ores et déjà un événement qui fera date et qui marque le franchissement d'un palier supplémentaire dans la reconnaissance culturelle et médiatique de notre chaire..., pardon, de notre chère BD, dont l'immense richesse et les mille et une subtilités sont si souvent ignorées - voire même quasiment "niées", encore aujourd'hui.

Une méconnaissance et parfois même une certaine forme de dédain, tenace et absolument aberrant, auxquels les auteurs et autrices œuvrant pour le 9ème Art ne devraient jamais être confrontés, surtout à notre époque.
  • Un 9ème Art dont le patrimoine comporte une multitude d'accomplissements mémorables, parmi lesquels, of course, "La Marque Jaune", brillamment contextualisée et commentée par Benoît Mouchart dans le prolongement du tout premier cours. Sa passionnante conférence, illustrée avec soin et avec gourmandise, B. Mouchart a eu la très heureuse initiative de nous l'annoncer sur le Forum. Vous pouvez d'ailleurs accéder à plusieurs liens vidéo pour apprécier ce "séminaire" en cliquant sur le lien suivant :
    :arrow: "La Marque jaune d’Edgar P. Jacobs" au Collège de France, 08/11/2022
  • Après une leçon inaugurale prononcée le 27 octobre ("Un art neuf", vidéo ci-dessous), Benoît Peeters a entamé en novembre son cycle de cours proprement dit, intitulé "Poétique de la bande dessinée."


.

La formule "Poétique de la bande dessinée" est explicitée dans la présentation reprise ci-dessous :
Née dans les années 1830 en même temps que la photographie, s’épanouissant autour de 1900 au moment où apparaît le cinéma, la bande dessinée a survécu sans difficulté à l’apparition de la télévision, du jeu vidéo et d’Internet. De la littérature en estampes au roman graphique, des comics aux mangas, elle n’a cessé de se renouveler.
Loin d’être un parent pauvre de la littérature et des arts graphiques, elle dispose de possibilités créatrices qui n’appartiennent qu’à elle : la case, le strip, la planche, les interactions constantes du texte et du dessin, du scénario et de sa mise en œuvre, du noir et blanc et de la couleur.
Il s’agit donc d’aborder la bande dessinée dans ses spécificités, en s’efforçant de faire découvrir sa diversité historique et géographique, sa richesse esthétique et narrative, tout en s’intéressant à ses supports, ses techniques et ses publics. On approchera sa « poétique », c’est-à-dire son processus créatif, en ne séparant jamais la réflexion sur la bande dessinée du travail concret de celles et ceux qui la pratiquent.

Plutôt que d’isoler le « neuvième art », on s’intéressera à ses liens avec la caricature, le dessin de presse, la peinture, la photographie, le cinéma et le dessin animé. On insistera sur son inscription dans le monde du livre et de l’imprimé, en soulignant tout ce qui fait d’elle une lecture à part entière.

  • Pour inaugurer son foisonnant programme, B. Peeters est entré directement dans le vif du sujet, pour mettre en évidence ces principes autour desquels la bande dessinée se crée et s'anime de l'intérieur, et ce depuis ses origines : "Espace, temps, narration".
    (vidéo ci-dessous)


Avant de relayer la suite dans d'autres posts au fur et à mesure, je vous insère ci-dessous l'agenda complet - incluant les cours, les séminaires sur "Quelques albums incontournables" décortiqués par des intervenants experts, ainsi que le colloque qui conclura le cycle en juin 2023.

:arrow: Agenda complet de la Chaire création artistique (Bande Dessinée)-2022-23
Avatar du membre
Bobby Cowen II
Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1
Messages : 43
Enregistré le : 14 oct. 2022, 10:35

Re: La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix

Message par Bobby Cowen II »

Merci Thark !
Breizh Izel eo ma bro!
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 2746
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix

Message par Thark »

Bobby Cowen II a écrit :
19 nov. 2022, 21:01
Merci Thark !
C'est ma devise des trois 'P' : Passion, Plaisir, Partage. ;)
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 7570
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix

Message par archibald »

Thark a écrit :
19 nov. 2022, 23:18
Bobby Cowen II a écrit :
19 nov. 2022, 21:01
Merci Thark !
C'est ma devise des trois 'P' : Passion, Plaisir, Partage. ;)
Merci de nous faire partager ton plaisir. :p
Le problème pour moi qui suis retraité, c'est de trouver le temps pour visionner ces vidéos, je n'ai pas réussi à partager ma passion avec mon épouse! :lol: !
Mais je vais trouver une solution , ingénieux comme je suis.
J'ai visionné la vidéo de Benoît Mouchart sur la Marque Jaune , je vais bien trouvé une solution pour celles-ci. ;)
Toute mon admiration à un autre passionné , Benoît Peeters.
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 2746
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix

Message par Thark »

archibald a écrit :
21 nov. 2022, 11:24
(...) Le problème pour moi qui suis retraité, c'est de trouver le temps pour visionner ces vidéos, je n'ai pas réussi à partager ma passion avec mon épouse ! :lol: ! Mais je vais trouver une solution , ingénieux comme je suis. (...)
Un peu moins de séries sur Net'flux, Ama'zouk, Disnette peluche & co, et le tour est joué ! :p
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 2746
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix...

Message par Thark »

Gentle(wo)men et gentlemen, pour continuer cette profonde immersion dans la Bande Dessinée, en chaire et en noces avec la vénérable institution du Collège de France ;) , la suite du programme coule de source.

Seconde étape, donc, du cours de Benoît Peeters (15/11/2022) dans le cadre de sa "Poétique de la bande dessinée" :
:arrow: "D’une case l’autre".
La précision, la pertinence et la clarté avec lesquelles il analyse cette spécificité absolue de la bande dessinée rendent un hommage essentiel à notre "médi'Art" préféré, dont on capte parfaitement à quel point (et pourquoi) sa créativité se révèle aussi inépuisable.

En introduction de son analyse, B. Peeters a choisi de s'appuyer sur une fameuse citation de Jean-Christophe Menu :
"La bande dessinée doit être constituée d'une succession d'au minimum deux cases séparées par un blanc inter-iconique (...)."
Benoît Peeters : "C'est une définition qui est intéressante puisqu'elle ne fait pas jouer la combinaison du texte et de l'image qui, dans la définition bien connue de [Rodolphe] Töpffer, était l'élément premier.
Ici, il s'agit de l'idée que quelque chose de très particulier se passe dans la case de bande dessinée, qui est qu'elle n'est jamais seule.
"

La suite, c'est une heure de décorticage subtil, érudit mais néanmoins accessible et savoureux ; un régal magnifiquement illustré d'exemples plus qu'évocateurs.

Accès sur YouTube :


En bonus, à toutes fins utiles et pour le plaisir (un plaisir de gourmet), j'ai rassemblé ci-dessous, de façon à peu près exhaustive, les auteurs et œuvres mentionnés ainsi que l'intitulé des différents chapitres au cours desquels les extraits sont projetés et commentés :
  • Chris Ware ("Jimmy Corrigan")
    William Hogarth (1697-1764), peintre, auteur de "séquences de gravures".
    Rodolphe Töpffer ("Monsieur Pencil" - 1840) ("Il y a là véritablement une invention, l'invention d'une image qui vaut moins par elle-même que par la structure d'ensemble dans laquelle elle est prise.")

    Bien sûr, Richard F. Outcault ("The Yellow Kid" et "Buster Brown"), passages absolument incontournables, après lesquels Benoît Peeters aborde très habilement un cas aussi paradoxal que révélateur, celui du "petit Nicolas" de Goscinny et Sempé...
"Contiguïtés, continuités"
  • Elzie Segar ("Popeye", 1935)
    Charles Schulz ("Peanuts", 1958)
    Ernie Bushmiller ("Nancy", 1951)
    Alberto Breccia ("Le cœur révélateur", 1975)
    Hugo Pratt ("Tango" - Corto Maltese, 1987)
    Uderzo & Goscinny, "Astérix en Corse", 1973)
    Régis Franc ("Histoires immobiles et récits inachevés", 1977 in Pilote)
    Manu Larcenet ("Blast" - 2009-2014 et "Le rapport de Brodeck", 2015)
"Le temps de la case"
  • Hergé ("L'île noire"-1938, "Le lotus bleu"-1936, "Le crabe aux pinces d'or", "L'affaire Tournesol", "Tintin au Tibet")
    Michael Bendis et Maalev ("Daredevil"-2003)
    Hubert et Zanzim ("Peau d'homme"-2020)
    François Bourgeon ("Les passagers du vent"-1979)
    Taiyô Matsumoto ("Ping pong"-1997)
    Jirô Taniguchi ("Quartier lointain"-2002)
    Chris Ware ("Building Stories"-2012, et couverture pour The New Yorker, 2022)
"Arrêts sur image"
  • "Les cases mémorables", rubrique de Pierre Sterckx dans "Les Cahiers de la Bande Dessinée" - 1984
    Milton Caniff ("Terry et les pirates"-1945)
    Alex Raymond ("Rip Kirby")
    Loustal et Paringaux ("Barney et la note bleue"-1987)
    Enki Bilal ("La femme piège"-1986)
    Minetarô Mochizuki ("Tokyo Kaido"-2017)
"Entre les cases"
  • Benjamin Rabier, "La pipe bouchée", 1894
    Peyo ("La flûte à six schtroumpfs"-1960)
    Claire Bretécher ("Les frustrés"-1975)
    Miguelanxo Prado ("Trait de craie"-1993)
    Denis Bajram ("Universal War One")
    Kan Takahama ("Le dernier envol du papillon"-2017)
    Anna Sommer ("L'inconnu"-2017)
    Catel et Bocquet ("Joséphine Baker"-2016)
    Chloé Cruchaudet ("Mauvais genre"-2014)
    Maurane Mazars ("Tanz"-2020)
    Blain et Jancovici ("Le monde sans fin"-2021)
    Killoffer ("676 apparitions de Killoffer"-2002)
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 2746
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix...

Message par Thark »

Et...
... A l'instar du premier séminaire inclus dans le cycle "Poétique de la bande dessinée"
[ :arrow: "La Marque Jaune" présentée et explorée par Benoît Mouchart à la suite du 1er cours],
c'est un autre trésor majeur de la bande dessinée belge qui monte sur les planches ;) de la "scène" prestigieuse du Collège de France :
  • "QRN sur Bretzelburg" d'André FRANQUIN et Michel GREG, extraordinaire tome 18 de Spirou et Fantasio, d'abord prépublié en plusieurs phases dans le journal Spirou entre 1961 et 1963...
Image
© Editions Dupuis - Album classique (1966) et édition fac-similé (1987 - planches telles que parues dans le journal Spirou)

Pour l'occasion, c'est le passionnant et effervescent François Schuiten qui nous entraîne avec dynamisme à la découverte - à la fois technique et intime - de cette histoire hors norme. "QRN" fut et reste une création littéralement extra-ordinaire, tant son élaboration a été atypique, avant de se poursuivre plutôt douloureusement - le processus ayant été interrompu par ce qui fut sans doute le pire "burn out" de l'auteur - , toutes choses qui ont pourtant abouti à un chef-d'oeuvre...

Accès sur YouTube :


Richesse du sujet et passion d'artiste(s) obligent, François Schuiten semble avoir dû - comme son prédécesseur immergé, lui, dans L'Art de Jacobs - batailler un peu avec le temps imparti et donc se résoudre à accélérer sa succulente prestation vers la fin. :P Aucune importance, voilà encore un moment en tous points savoureux.

A NE SURTOUT PAS MANQUER, DONC ! :chap:
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 7570
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix...

Message par archibald »

Thark a écrit :
22 nov. 2022, 16:45
.../...

Richesse du sujet et passion d'artiste(s) obligent, François Schuiten semble avoir dû - comme son prédécesseur immergé, lui, dans L'Art de Jacobs - batailler un peu avec le temps imparti et donc se résoudre à accélérer sa succulente prestation vers la fin. :P ..../...
Voilà un problème de tous les passionnés : Quand ils s'embarquent sur un sujet, seule une pendule peut les arrêter! ;)
C'est bien dommage car on les écouterait pendant encore un moment.
Moi non plus je n'ai pas vu passer le temps et je regrette l'accélération du visionnage des images sur la fin.
Je ne suis pas féru de Franquin , et j'ai découvert cette coupure de un an pendant la rédaction de cette histoire, ainsi que la dépression de l'auteur. Ce qui explique les idées noires par la suite...
Je viens également de découvrir cette couverture de Panade à Champignac qui me semble apropriée à ce que je viens d'entendre.
Grand merci à François Schuiten (et à toi également , Thark ;) ).

Image
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 7570
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix...

Message par archibald »

Thark a écrit :
19 nov. 2022, 19:12
.../...
  • Après une leçon inaugurale prononcée le 27 octobre ("Un art neuf", vidéo ci-dessous), Benoît Peeters a entamé en novembre son cycle de cours proprement dit, intitulé "Poétique de la bande dessinée."


.
..../...

Très étonné d'apprendre que Roy Lichtenstein dédaignait la bande dessinée ( autour des 35 35 minutes ) alors qu'il s'en est bien inspiré. :roll:'

Un peu après les 52 premières minutes , Benoît Peeters parle des originaux et de crayonnés qui accrochés aux murs des collectionneurs "changent radicalement de sens" en étant privé de leurs contextes. C'est un thème qui m'a fait beaucoup réfléchir .Ce "nouveau marché" relativement juteux pourrait il avoir des conséquences sur la production de BD dans l'avenir ?
:?:
Je vous laisse méditer là dessus. Je ramasse les copies dans 3 heures. :D
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 2746
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix...

Message par Thark »

archibald a écrit :
25 nov. 2022, 12:48
(...) j'ai découvert cette coupure de un an pendant la rédaction de cette histoire, ainsi que la dépression de l'auteur. Ce qui explique les idées noires par la suite...
Je viens également de découvrir cette couverture de Panade à Champignac qui me semble apropriée à ce que je viens d'entendre. (...)
Image
Difficile de savoir si la "noirceur" (associée à un rouge quasi sanglant) de ce choix de couverture était délibérée.
Mais c'est certain que ce dessin 'choc' en ombres chinoises, annonciateur de toutes celles qui seront la marque de fabrique de Franquin pour ses faramineuses Idées Noires, se prête à une lecture bien particulière...

Mais méfions-nous quand même des interprétations psychologisantes, surtout a posteriori. :P
... Comme par exemple pour l'omniprésence du blanc et la lutte contre "le démon de la pureté" - dans un contexte de crise conjugale, de remords tous azimuts et de culpabilité mortifère - dans le Tintin au Tibet d'Hergé...

Je sais bien que c'est une "grille de lecture" de l'oeuvre qui a été nourrie par les propos d'Hergé lui-même, mais le fait que cela nimbe sa création de l'époque d'une "aura" psychanalytique, forcément fascinante, a sûrement joué pour beaucoup dans la construction d'une sorte de légende autour de l'album.
(Qui, ceci dit, reste l'un de mes 3 ou 4 Tintin préférés entre tous).
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 2746
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix...

Message par Thark »

archibald a écrit :
26 nov. 2022, 17:03
Un peu après les 52 premières minutes , Benoît Peeters parle des originaux et de crayonnés qui accrochés aux murs des collectionneurs "changent radicalement de sens" en étant privés de leurs contextes. C'est un thème qui m'a fait beaucoup réfléchir. Ce "nouveau marché" relativement juteux pourrait il avoir des conséquences sur la production de BD dans l'avenir ?
:?:
Je vous laisse méditer là dessus. Je ramasse les copies dans 3 heures. :D
Non, rassure-toi, je ne vais pas (encore) me lancer dans une trop longue dissertation rhétorique ;) :oops: Bien qu'il y aurait beaucoup à dire !

Quelques remarques qui me paraissent à peu près cohérentes ;) :

D'abord, le fait qu'une case, un strip ou une planche de BD changent de statut, de signification - et même de "nature" - quand elles sont extraites de leur contexte narratif pour être vendues, négociées et surtout exposées isolément, c'est certain.
Cela s'inscrit d'ailleurs totalement dans tout ce qui sous-tend les cours et analyses de Benoit Peeters.

Mais si l'on est vraiment passionné par l'Art de l'auteur (particulièrement du dessinateur, en l'occurrence), ce n'est pas un problème en soi : entre dévotion de fan, fascination pour la "popote" graphique, pur plaisir visuel, nostalgie voire fétichisme..., beaucoup d'éléments rentrent en jeu dans le désir de collecter/exposer.

Le souci viendrait plutôt, comme souvent, des dérives. Celles de l'obsession spéculative en particulier...

S'y ajoute la paupérisation assez évidente et assez générale du métier d'auteur de bande dessinée : en majorité, à l'exception de quelques figures choyées par les médias et de quelques stars de l'édition (ce sont parfois les mêmes, ce qui ne dévalorise pas leur talent pour autant :P ), les auteurs et autrices ont de plus en plus de mal à gagner leur vie 'uniquement' en tant que bédéastes.
Dans ce contexte, comment s'étonner que l'aspect "relativement juteux", comme tu dis, de ce marché des originaux s'impose chez beaucoup comme un moyen non négligeable d'améliorer des revenus globalement en baisse ? Si cela compense en partie la précarisation (avances et droits d'auteurs insuffisants, tirages moindres, surproduction, lectorats réduits, disparition des prépublications presse, etc...), eh bien tant mieux !

Mais là où cela peut poser un "problème", c'est quand des Artistes-de-la-BD se mettent à concevoir leurs originaux (crayonnés et planches, surtout) spécifiquement pour un public de collectionneurs.
S'il s'agit d'ex-libris, de hors-textes ou d'illustrations réalisées comme des à-côtés, très bien, c'est autre chose ; et ça existe depuis des lustres.
(Y compris des grands formats réalisés comme des "toiles", ce que font volontiers des dessinateurs/coloristes maîtres de la couleur directe comme par exemple Bilal, Gibrat, Dany, Béatrice Tillier, Mattotti, Guarnido, Manara et tant d'autres...).
Par contre, si dès l'origine d'un projet d'album ce type d'arrière-pensée se mêle à la création narrative et graphique des planches proprement dites, autrement dit si l'auteur se met à "penser" sa planche d'emblée comme une potentielle oeuvre de séduction pour collectionneurs, là, oui, peut-être que ça risquerait de dévoyer une part importante de ce qu'EST une bande dessinée.

Une Bande Dessinée, c'est à dire une construction narrative de case en case, et non une juxtaposition de "belles" illustrations destinées à faire joli sur un mur...
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 7570
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix...

Message par archibald »

Thark a écrit :
27 nov. 2022, 16:52
..../...
Par contre, si dès l'origine d'un projet d'album ce type d'arrière-pensée se mêle à la création narrative et graphique des planches proprement dites, autrement dit si l'auteur se met à "penser" sa planche d'emblée comme une potentielle oeuvre de séduction pour collectionneurs, là, oui, peut-être que ça risquerait de dévoyer une part importante de ce qu'EST une bande dessinée.

Une Bande Dessinée, c'est à dire une construction narrative de case en case, et non une juxtaposition de "belles" illustrations destinées à faire joli sur un mur...
C'est exactement la conclusion de mes réflexions . ;) Je ne souhaite pas qu'on en arrive là! :p
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 2746
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix...

Message par Thark »

Pour celles-z'et-ceux qui sont déjà "embarqué.e.s", mais aussi pour ceux qui auraient l'excellente idée - et l'envie - de suivre ce brillant cycle de cours/conférences (que ce soient les premiers de la classe ou ceux au fond de la salle, près du radiateur, oui oui, je n'oublie personne :P ), voici déjà le troisième "épisode" de cette passionnante Poétique de la bande dessinée :

"Les usages de la page" (22/11/2022)
:idea: 8-)



Pour accrocher un peu plus ton œil curieux, Ô toi l'habitué.e des lieux ou simple visiteur 8-) , voici deux instants fugaces mais capturés dans l'espace-temps d'une image, comme en bande dessinée, où la gestuelle traduit bien la vivacité du protagoniste... ;)

Image
© Collège de France - Benoît Peeters / "Little Nemo in Slumberland", Winsor McCay, 1905


Benoît Peeters a écrit :La page – ou la planche – est l’autre unité fondamentale de la bande dessinée. Elle n’a pourtant rien d’une évidence : Töpffer réalisait ses histoires en format horizontal, sur une seule bande. Monsieur Crépin, Monsieur Pencil ou le Docteur Festus pourraient être présentés à la façon d’une frise murale, comme un long ruban d’images.
Au début du vingtième siècle, avec les spectaculaires Sunday pages de Richard Outcault, Rudolph Dirks, Lyonel Feininger et quelques autres, la bande dessinée conquiert une nouvelle dimension : elle se fait indissociablement tableau et récit.

Dans les récits d’aventures qui se développent par la suite, la première fonction de la planche est de prendre place dans une histoire de grande ampleur. Les pages marquantes n’en ont que plus de prix.


Image
© Collège de France - Benoît Peeters / "Céleste", Chloé Cruchaudet, 2022
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 7570
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: La BD au Collège de France : Benoît Peeters et des invités de choix...

Message par archibald »

Thark a écrit :
28 nov. 2022, 15:41
Pour celles-z'et-ceux qui sont déjà "embarqué.e.s", mais aussi pour ceux qui auraient l'excellente idée - et l'envie - de suivre ce brillant cycle de cours/conférences (que ce soient les premiers de la classe ou ceux au fond de la salle, près du radiateur, oui oui, je n'oublie personne :P ), voici déjà le troisième "épisode" de cette passionnante Poétique de la bande dessinée :
.../...
Je ne suis pas au fond de la salle, mais près d'un radiateur dans mon bureau , mais je suis avidement cette série de conférences passionnantes. Benoît Peeters est captivant ! Tiens on dirait un titre de BD ! ;)

Image
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Répondre

Retourner vers « Black Swan Inn »