L'Onde Septimus : Les critiques

Scénario : Jean DUFAUX
Dessin : Antoine AUBIN et Etienne SCHREDER
Répondre
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6203
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par archibald »

Appel à tous :
Si quelqu'un peu m'expliquer pourquoi l'extraterrestre demande le droit d'asile ....
Cela doit être important puisque Dufaux le précise dans sa 'préface' : Pas de discours moralisateur à la fin de cet album . Juste un cri : Asile :roll:
Pour ma part cela me dépasse complètement .... Image
Ou alors , à l'instar de Spielberg , dans ET où L'extraterrestre dit constamment Maison Maison , car il a envie de retrouver ses copains , celui ci dit Asile asile puisque c'est là d'où il vient ? 8-)
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
PierreE
Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1
Messages : 13
Enregistré le : 01 janv. 2013, 14:16
Localisation : Paris

Re: [spoiler] - Pour ceux qui lisent et qui veulent en parle

Message par PierreE »

Erca a écrit :
PierreE a écrit :De mon côté, c'est la deuxième fois que je ne suis pas scotché. La première fois c'était avec "le piège diabolique" qui est vraiment décalé et que je n'ai pas du tout aimé. (ambiance super lourde, blake absent, mortimer qui tomber la tête en premier dans le panneau etc). Des fois, je me demande même si c'est vraiment Jacob qui a fait cet album ^^
Etrange, je considère au contraire cet album comme l'un des plus personnels de Jacobs, l'un de ceux où il exprime le plus sa vision du monde.
Oui tu as sans doute raison concernant Jacob qui a une appétence tout particulière pour la SF. Après je disais plus ça vis à vis des 3 premiers albums qui ne contiennent pas (le secret de l'espadon) ou modérément de SF (mystère de la grande pyramide, marque jaune). Et donc c'est vrai que le style du "piège infernal" tranche avec les 3 albums pré-cités.

Je pense que Jacob a voulu développer son oeuvre en utilisant les deux aspects (policier + SF). Je ne suis pas récalcitrant à lire un album qui mixe les deux mais quand il s'agit seulement de SF, pour moi c'est non. Après, je pense également qu'il y a de gens qui n'aime pas le tout policier non plus. :p
Avatar du membre
PierreE
Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1
Messages : 13
Enregistré le : 01 janv. 2013, 14:16
Localisation : Paris

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par PierreE »

Thark a écrit :Extrait d'une chronique à lire dans ce topic (merci à Rigolissimo qui a posté l'article) :
Philippe Belhache/BD SUD Ouest a écrit :Un album solide, qui par ses audaces se montre bien plus respectueux de l'oeuvre de Jacobs que ne l'ont été ses prédécesseurs.
...
... / ... Le serment des 5 lords en tête, un album qui est pour moi d'une fadeur et d'une insipidité absolue !).
Puisque Belhache évoque les "audaces" du nouvel album, je rappelle au passage que non seulement Jacobs revendiquait haut et fort son approche expressionniste mais qu'en plus il se définissait lui-même comme un "auteur de SCIENCE FICTION" !... (Le Piège Diabolique en étant justement un superbe exemple : l'errance de Mortimer dans les ruines étouffantes de la Cité Interdite puis l'épisode avec les "assujettis" du 51ème siècle sont un des sommets de l'oeuvre jacobsienne ; une véritable "nouvelle" dans laquelle s'expriment à la fois les angoisses personnelles et la Force visionnaire et créatrice d'EPJ. Ce côté "lourd" dont tu parles, PierreE, moi je le traduis par fascinant et oppressant ;) ).
Je précise cela pour ceux qui prétendent aimer l'oeuvre de Jacobs tout en tirant à boulets rouges sur la Science Fiction, en se focalisant de façon excessive sur des questions de "crédibilité" :shock: .
Après je pense que chaque lecteur vient chercher dans la collection B&M ce qu'il aime le plus (SF ou policier notamment). Par exemple, moi j'ai adoré le serment des cinq lords. Je trouve le scénario tangible, le suspense palpable et pas de personnages superflus, chacun a son rôle à jouer. En plus, quel plaisir ce décorum ! une ambiance oxfordienne dans un paysage enneigé, pour moi, c'est le top ! Je place même cet album au porte de mon top 5 (espadon, grande pyramide, marque jaune, affaire FB et machination Voronov). Mais je peux également comprendre qu'il ne plaise pas, chacun son prisme de lecture :)
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 1921
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par Thark »

(@ PierreE, j'ai remis en place les balises de citation dans ton précédent post, c'était le souk ! :P ... Et un autre petit détail : ce n'est pas "Le piège infernal" mais "Le piège diabolique" ! :p ;) )
PierreE a écrit :... /... je pense que chaque lecteur vient chercher dans la collection B&M ce qu'il aime le plus (SF ou policier notamment). Par exemple, moi j'ai adoré Le serment des cinq lords. Je trouve le scénario tangible, le suspense palpable et pas de personnages superflus, chacun a son rôle à jouer. En plus, quel plaisir ce décorum ! une ambiance oxfordienne dans un paysage enneigé, pour moi, c'est le top ! Je place même cet album au porte de mon top 5 (espadon, grande pyramide, marque jaune, affaire FB et machination Voronov). Mais je peux également comprendre qu'il ne plaise pas, chacun son prisme de lecture :)
Pour être franc, en ce qui me concerne ce n'est pas tant la "collection Blake & Mortimer", comme tu dis, qui me passionne. C'est surtout et essentiellement le style et l'Art narratif (graphique et scénaristique) d'Edgar-P. Jacobs ! 8-)
C'est tout SON univers à lui qui me fascine, tant sa richesse semble inépuisable !
Pour moi, les reprises - depuis 1996 et L'affaire Francis Blake - sont des "avatars", des excroissances artificielles, même si certaines sont plutôt réussies. Je fais un véritable distingo entre le corpus jacobsien (qui fait partie intégrante de mon imaginaire depuis toujours) et tout ce qui a suivi.
Pourtant, je suis bon public ! ^^ Et je suis extrèmement client des thrillers et histoires romanesques venus d'Outre-Manche, que ce soit en littérature ou au cinéma...
Mais en fait, ce que j'adore dans les vrais B&M créés et "animés" par Jacobs, ce n'est absolument pas une question de decorum, d'ambiances "so british" ou ce genre de choses ;) . D'ailleurs, même si presque tous ses albums sont des chef-d'oeuvres, mon préféré reste SOS Météores !, ;) et il se passe en région parisienne...
Non, ce qui me plait tellement dans les histoires 'originelles', c'est tout un ensemble d'éléments très forts mis en scène avec perfectionnisme par un créateur littéralement habité par son oeuvre. Des récits très denses, un ton unique en son genre, une conception à la fois réaliste, expressionniste, cinématographique et théâtrale de la bande dessinée ; des planches dans lesquelles on sent vibrer à chaque case la forte personnalité et les préoccupations de leur auteur, avec une sincérité et un investissement d'énergie absolu.
Du coup, par comparaison, et malgré le talent certain de quelques-uns des repreneurs, je trouve que les albums post Professeur Sato ne sont jamais arrivés à recréer la magie particulière qui imprègne totalement l'oeuvre de Jacobs. Dans le meilleur des cas, on a droit à des péripéties divertissantes et à quelques scènes relativement marquantes, mais tout cela reste bien fade et gentillet par rapport à l'intensité qui se dégageait de l'Art profondément atypique et très personnel de notre grand Auteur belge.

Au moins, je reconnais à Jean Dufaux le mérite d'avoir abordé son challenge (en tant que repreneur, qui plus est avec une suite de La Marque Jaune ! :shock: ) avec une audace indéniable et des parti-pris narratifs assez différents.
Et même si pour moi le résultat n'est pas à la hauteur des ambitions affichées - ou alors uniquement dans certaines scènes - , je ne peux qu'applaudir sa prise de risque !
:MJ: :idea: ;)
Avatar du membre
abbas
Gardien de la base d'Ormuz
Gardien de la base d'Ormuz
Messages : 1107
Enregistré le : 08 août 2010, 10:23

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par abbas »

Ca me demanderait pas mal de temps pour analyser ce scénario, que je trouve riche et bien construit. Je retrouve pour la première fois un peu de l'esprit Jacobs : ce côté théatral, une pointe de grandiloquence et une fantaisie (sérieuse) qui manquait cruellement jusqu'ici.
Alors, oui, je me suis régalée à lire ce dernier album même si je suis déçue par le dessin, mais je trouve obsédantes certaines scènes et c'est un album à lire et à relire.
Avatar du membre
shamelord
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 385
Enregistré le : 10 août 2010, 11:31
Contact :

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par shamelord »

Je me sens très minoritaire par rapport aux opinions lues ici. Ma réponse sur le blog So British, me pousse à vous la partager ici, version augmentée.

J'ai aimé L'Onde Septimus, album imparfait certes, mais qui est loin de cracher à la figure de son illustre prédécesseur, dont le "plus" évident était sa fluidité de narration et son unité de temps et de lieu.

Vrai, la qualité du dessin décline à la fin, le talent d'Aubin manquant quand il laisse la place à son partenaire. Néanmoins, je crois que les réponses aux "trous" du scénario nous seront réservées pour le volume 2 du "feuilleton Dufaux". L'album est bien rythmé, quand même bien dessiné globalement (je considère M. Aubin comme le meilleur des repreneurs côté graphique), la mise en scène fluide et variée.

Pour le contenu : je ne partage pas la déception des uns et des autres, loin s'en faut. Cette aventure est imprégnée de surréalisme graphique et littéraire, d'un mélange tout britannique de science-fiction tirant sur le fantastique de par une volonté de coller à la réalité (au cinéma : Quatermass, certains Sherlock Holmes comme La Femme en vert... et quel meilleur exemple que La Marque jaune en BD...). De cet angle, c'est la reprise qui colle le plus à la définition de Jacobs par lui-même : il se disait auteur de science-fiction, dans lequel il essaierait de ne pas trop oublier le mot science et le monde dans lequel on vit

Parfait ? Non. Quelques bizarreries parsèment l'album, et même une énorme faute d'orthographe qui tâche comme le gros rouge ("Nous avons fouillé le hangar. Sans rien trouvé"). Le bobby qui disparait est "le premier d'une longue liste"... qui n'est pas si longue que ça. Quant à la raison qui expliquerait pourquoi la voiture folle foncerait spécifiquement sur Blake et Mortimer... mystère en ce qui me concerne... Pour le reste, le déroulement narratif, pourtant très varié, reste globalement cohérent.

Un mot aussi concernant le fait de présenter l'histoire personnelle d'Olrik... Quand la-dite histoire personnelle est un soap-opéra-colonial-de-remplissage-qui-prend-la moitié-d'un-album-pour-le-peu-qu'il-sert-par-la-suite (Sarcophages 1), je n'adhère pas. En revanche, quand des éléments de cette histoire personnelle renforcent l'intrigue principale (5 lords, Onde Septimus), j'adhère. Le mythe, donc le mystère, doit être préservé (un peu comme la "mystique royale" chez les monarques), mais tout est affaire de dosage. Et l'affaire est ici, il me semble, bien dosée.

Évidemment, cet a priori positif que j'affiche se maintiendra si et seulement SI (ça va faire grincer certains...) il y a une suite qui apporte des éléments de réponses à certaines questions concernant l'Orpheus et son occupant laissées en suspens dans cet album. Vivement donc, le Dufaux 2.

Il serait néanmoins approprié que la pression du fric face place à l'Art, et quitte à décaler une sortie, que l'on laisse finir M. Aubin un album graphiquement cohérent.

Rêver ne peut pas faire de mal...

A vous lire... :p
Modifié en dernier par shamelord le 08 déc. 2013, 21:00, modifié 1 fois.
Quel vlek !
jimmyraker
Agent du MI-5
Agent du MI-5
Messages : 124
Enregistré le : 20 août 2010, 15:53

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par jimmyraker »

reste le problème de chronologie ... à force de coller les aventures les unes aux autres les pauvres blake et mortimer ne peuvent même pas respirer entre deux enquêtes ! un peu de pitié pour eux, by jove ! ils sont à la retraite quand même
ericauger91
Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1
Messages : 24
Enregistré le : 22 août 2013, 21:37
Localisation : 91300 Massy

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par ericauger91 »

Bonjour à tous ! voilà ça y est je suis enfin en possession de "l'OBJET", belle couverture, à première vue excepté certaines cases (vers la fin, cela me semble très bien : trait, couleurs, ambiance... pour mieux l'apprécier je me relie la Marque jaune de ce pas...
Avatar du membre
herisson
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 238
Enregistré le : 11 août 2010, 10:41

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par herisson »

Je viens de le relire pour la 2° fois et j'ai pas tout compris !!!
- que fait Tintin à l'aérogare de Londres ? Nous aurait on caché quelque chose (je plaisante)
- est-ce que c'est en bidouillant le télémachinchose que Mortimer a réveillé "Orpheus" ? Quelqu'un peut il éclairer ma lanterne ?
Avatar du membre
abbas
Gardien de la base d'Ormuz
Gardien de la base d'Ormuz
Messages : 1107
Enregistré le : 08 août 2010, 10:23

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par abbas »

Oula, je cherche pas trop à comprendre, c'est un peu comme dans Capricorne.....
Si je cherche une explication, effectivement c'est Mortimer ou le gang des 4 qui a interféré avec Orpheus (qui a déjà saccagé l'esprit du groupe de militaires..), quant aux personnes disparues ???? ne sont elles pas absorbées et transformées en Septimus?
Mais, il y a surement plein d'interprétations possibles, ce qui permet à nos petits neurones de travailler, MERCI Mr Dufaux.
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6203
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par archibald »

Plein d’interprétation.... Surement ....
Par exemple tout ceci serait le récit d'un rêve de Mortimer ou de Blake ou de Nasir , ou des trois à la fois
Une histoire onirique de A à Z , où tout et n'importe quoi peut arriver .
-Comme la résurrection et la multiplication des Septimus ....
-Comme le remplacement de Honeychurch par un serbo-croate travaillant au MI 5
-Comme un Churchill hésitant et perdant la mémoire
-Comme un théâtre où passerait la Marque Jaune , adaptation pour la scène d'un roman d'Edagr.p Jacobs ...
-Comme un vaisseau spatial qui atterrirait au centre de la terre .
-Comme un extraterrestre qui réclamerait le droit d"asile ...

Onirique ou surréaliste ?
Comme un tableau de Magritte ou de Delvaux ..... :p :roll:
image14.jpg
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
jimmyraker
Agent du MI-5
Agent du MI-5
Messages : 124
Enregistré le : 20 août 2010, 15:53

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par jimmyraker »

ça me rappelle un peu l'histoire de corto maltese MU ...
Avatar du membre
Olivier
Agent du MI-5
Agent du MI-5
Messages : 180
Enregistré le : 18 août 2010, 20:49

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par Olivier »

jimmyraker a écrit :ça me rappelle un peu l'histoire de corto maltese MU ...
Aie, si BetM en sont arrivés là, ça devient lourd !

J'attends la BD chez le libraire du coin et vous donne mes impressions dès que possible.
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par rigolissimo »

Critiques très mitigées sur Amazon.fr.

Pour rééquilibrer la critique ici et celle (stipendiée?) de la presse, une petite recension méchante mais bien renseignée (un lectuer du forum?):

1.0 étoiles sur 5 Comment ruiner un mythe (celui de la Marque jaune) en 66 Pages., 7 décembre 2013
Par P. Jerome "jerome3001" (France) - Voir tous mes commentaires

Ce commentaire fait référence à cette édition : Blake & Mortimer Tome 22 l'Onde Septimus (Cartonné)

Comment ruiner un mythe (celui de la Marque jaune) en 66 Pages ? Très simple : prenez un scénario sans structure, un dessin alléchant de prime abord, qui se dégrade à mesure que l'intrigue s'étiole. Et vous obtenez cet album, pompeusement présenté par un éditeur mercantile comme une "suite" de l'album de Jacobs de 1953.

Depuis "La Marque jaune", les lecteurs de "Blake et Mortimer" croyaient avoir lu un ouvrage précurseur du Neuvième art, un ouvrage, qui frisait la censure de l'époque de sa création, et évoquait aussi bien les arcanes de l'inconscient, d'une science héritée des fantaisies d'un Docteur Ox propulsé dans le Londres des années 1950... et qui préfigurait les lavages de cerveaux que l'Histoire allait révéler dans les pays du bloc soviétique. Jacobs était un précurseur, nourri à la littérature fantastique du XIXe siècle.

Jean Dufaux, scénariste à succès qui a les honneurs des gazettes, vient fracasser ce mythe à coups de burin. L'onde méga, largement expliquée dans une planche fameuse de Jacobs qui a été souvent disséquée et analysée, et qui était l'un des sujets de "La Marque jaune" s'associe désormais à une "onde Septimus". Des extraterrestres sont convoqués pour l'impensable : ressusciter Septimus, qui avait péri des mains d'Olrik à la fin de l'album de 1953. Des figures d'autres albums de la série canonique sont conviées, également, à la fête, comme autant de béquilles dont le scénariste, si peu sûr de sa re-création d'un univers pourtant riche, avait certainement besoin : un médecin du "Secret de l'Espadon", un cameo de "La Marque jaune".

Que valent ces clones tristes de personnages créés voici plus de 60 ans ? Plus grand-chose, il faut le craindre.

Pour terminer cet album dans les temps, la virtuosité graphique du premier dessinateur, Antoine Aubin, a été remplacée par l'assistance de petites mains qui ont rendu des planches faites dans l'urgence. Les toutes dernières planches sont de parfaits contre-exemples de ce qu'il ne faut pas faire dans un album de cette série, pour en respecter la "charte et la qualité graphique". Des encrages rapides, des décors vides de personnages, des personnages - y compris les héros - à la face hideuse, distordu... La couleur, seule, permet de garder un semblant d'unité à ces pages terminales qui achèvent définitivement le récit et nos héros. Les clins d'oeil à Jacobs, comme auteur d'une pièce de théâtre "The Yellow M", H. G. Wells ou ce malheureux Matisse n'y font rien. Ce n'est pas avec du name-dropping qu'on réalise un scénario de la qualité de celui de "La Marque jaune". Beaucoup trop de zones d'ombres, de pistes non élucidées, de cul-de-sac et une structure totalement invisible, imprévisible, absente...

J'en viens à me demander si A. Aubin sera de l'aventure, pour un prochain album. Si E. Schréder, qui est de toute évidence le dessinateur des dernières planches (on reconnaît son style, très personnel, qui rappellent ses meilleurs albums comme "La couronne de papier doré" ou "Loups"), devient un des dessinateurs en titre de Blake et Mortimer, il vaudrait mieux à l'éditeur changer l'intitulé de la série et faire, comme pour Spirou : "Le Spirou de... " Ce serait plus raisonnable. La deuxième partie du premier tome de "La Malédiction des Trente deniers" était déjà affreusement maladroite, graphiquement parlant... Il ne faudrait pas que la malédiction s'étende et contamine toute la série.

Je redoute déjà le prochain album du tandem Juillard-Sente qui se situera, nous dit-on... AVANT "Le Secret de l'Espadon" !
Avatar du membre
montag
Modérateur
Modérateur
Messages : 433
Enregistré le : 01 oct. 2011, 19:26

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par montag »

rigolissimo a écrit :Critiques très mitigées sur Amazon.fr.
Et quelques lignes en-dessous, un autre commentaire, signé Olrik :
J'ai lu L'Onde Septimus...

Je ne pensais pas dire cela, mais c'est encore pire que le précédent. Le dessin d'Aubin est magnifique au début et au fil de l'album ça se dégrade toujours plus jusqu'à devenir limite insupportable pour un fan. Les dernières planches, on dirait qu'elles sont dessinées par Marniquet. Est-ce que la collaboration d'Etienne Schreder était vraiment une bonne idée ?! Quant au scénario de Dufaux, c'est le pire que j'ai pu lire des repreneurs. S'attaquer à une suite de La Marque Jaune avec cette ...histoire, c'est désastreux. Mais bon la campagne marketing bat son plein et il se vendra dans les supermarchés à 500.000 exemplaires. Tant mieux pour Dargaud, tant pis pour Jacobs et pour nous. Je me demande sincèrement si je vais acheter les albums suivants, vraiment.

Enfin quel gâchis pour le talent d'Aubin Frechon, toujours aussi juste quand on lui permet d'être seul aux manettes de ses dessins. Ce dessinateur n'a pour l'instant jamais été servi par un scénario digne de la série et de certains albums de reprise (les excellent L'Affaire Francis Blake ou La Machination Voronov).


Commentaire repris aussitôt dans la foulée par un autre Olrik sur le forum de BDGest (un moyen de s'auto-citer sans l'avouer ?) :
http://www.bdgest.com/forum/l-onde-sept ... 3-200.html
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6203
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par archibald »

Voici une très belle séquence onirique :
réve.jpg
Dans un théâtre sans ouvreuse ou personnel au guichet , les acteurs sur la scène peuvent voir le public dans le noir et parler aux machinistes sans problème....
pour constater qu'il n'y a finalement qu'un seul spectateur multiplié à l'infini ( ou presque ) ...
Des spectateurs comme s'il en pleuvait ....
Golconde.jpg
Dans un théâtre où il ne se passe rien aucune affiche ,aucune animation ...
extérieur.jpg
J'ose imaginer que , dans la réalité , Peter Saunders a eu plus de succès avec 'the mousetrap ' ...
acteurs.jpg
acteurs.jpg (34.63 Kio) Vu 2703 fois
shamelord a écrit :..../... Quelques bizarreries parsèment l'album, et même une énorme faute d'orthographe qui tâche comme le gros rouge ("Nous avons fouillé le hangar. Sans rien trouvé"). Le bobby qui disparaît est "le premier d'une longue liste"... qui n'est pas si longue que ça. Quant à la raison qui expliquerait pourquoi la voiture folle foncerait spécifiquement sur Blake et Mortimer... mystère en ce qui me concerne.../...
Une fois qu'on a admis que tout ceci n'est qu'un rêve ou un bad trip d'Olrik' chez Lily Sing , tout devient clair !Image
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par rigolissimo »

archibald a écrit :Une fois qu'on a admis que tout ceci n'est qu'un rêve ou un bad trip d'Olrik' chez Lily Sing , tout devient clair !Image
Ah, je comprends : après les phases archéologique, policière et science fiction/fantaisie de B&M, la phase cauchemardesque.
Avatar du membre
salocin12
Serveur au Centaur Club
Serveur au Centaur Club
Messages : 53
Enregistré le : 09 août 2010, 21:25

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par salocin12 »

Bonsoir. J’aime bien L’Onde Septimus.
OK, je développe. Dans les reprises, il y a des albums que je préfère à celui-ci : L’affaire Francis Blake, La Machination Voronov, peut-être L’Etrange rendez-vous… et Le serment des 5 Lords, dans une certaine mesure. Mais il faut avouer que tous ces titres m’ont plu, mais auraient pu être les aventures de Dupond et Durand ;-) L’Onde Septimus me semble le plus proche de l’esprit de Jacobs, dans ce mélange politico-science-fictionnesque qu’il appréciait. Et on sent une vraie volonté de Dufaux de respecter les codes de Jacobs. Certes, de manière parfois pataude et inaboutie, mais assez appuyée pour qu’on le salue. Les récitatifs sont souvent ampoulés et superflus (ah, ces futurs, surtout ! « le bobby Carrington n’arrivera jamais… » ; « très vite, il (MacFarlane) succombera sous le nombre » ; « Millovitch fera diligence. Et ainsi, Blake pénètrera dans la sphère »…) On remplace par un présent, et cela devient tout de suite plus digeste.
Je n’ai pas du tout aimé Les Sarcophages du 6ème continent, et ses flash-backs incroyablement longs, ni le Sanctuaire du Gondwana, ni la Malédiction des 30 deniers (malgré un début plutôt pas mal). Je ne veux pas connaître la vie intime et passée des héros ! Le flash-back sur Blake dans Le Serment des 5 Lords est, de ce point de vue, moins gênant. J’espère donc que Dufaux évitera l’écueil dans son prochain essai, en ne nous racontant pas ce qui lie peut-être lady Rowana à Olrik. Ce serait, je pense, une erreur fatale.
Pour en revenir à cette Onde Septimus, certes je n’ai pas tout compris à l’aspect « scientifique » de la chose. Mais j’avoue n’avoir pas compris grand-chose non plus aux élucubrations de Septimus dans la Marque Jaune, ni à celles de Miloch dans S.O.S Météores, par exemple. Certes, le dessin se relâche vers la fin, mais je le préfère au dessin du premier tome du Secret de l’Espadon ! Certes, il y a des pistes qui semblent ne mener nulle part, mais dont on pressent qu’elles sont là pour être expliquées plus tard, et j’aurais préféré un beau tome tout rond, tout fermé sur lui-même… Mais il y a vraiment de très belles scènes, des images qui me restent après avoir refermé le livre. Au premier rang de ces images, la multitude de Septimus, parapluies dressés ! Mais aussi le délire onirique de la bibliothèque virtuelle, voire du salon de Septimus. La colonne qui abrite Orpheus. Les images violentes et expressionnistes des morts qui émaillent l’histoire… Olrik saignant du nez en revenant à lui… la fumerie de Lily Sing… Je n’ai pas trouvées de telles réussites dans les sarcophages, le sanctuaire ou la malédiction.
Et enfin, Olrik signe quand même un beau retour ! Je suis de ceux qui pensent que mieux vaut un album sans Olrik (Le Piège diabolique, Le Serment des 5 Lords), qu’un album avec un Olrik risible (pas besoin de références, hélas, je pense que vous les avez toutes en tête…). Ici enfin, Olrik retrouve enfin de sa superbe. Et j’aime, à la fin, le retrouver enfermé, comme dans d’autres opus jacobsiens. Beau finale. Enfermé pour s’être sacrifié, pas mal pour Olrik. Là encore, on peut craindre que Dufaux ne veuille expliquer en détail comment il a quitté l’hospice… alors qu’on s’en fout !
J’ai trouvé sympa le retour du brave Dick, même s’il ne sert à rien, mais suis plus réservé sur l’apparition de Tintin… Quant à l’évocation du Septimus de Virginia Woolf, c’est amusant car je viens de relire Mrs Dalloway. Septimus Warren Smith (oui, c’est le prénom du bonhomme) y est un ancien soldat de retour du front, et dont le syndrome post-traumatique va culminer en suicide.
Sur le dessin, petit bémol : quelqu’un saurait-il m’expliquer pourquoi les femmes sont si mal dessinées dans les albums de ligne claire ? Lily et Rowana sont inexpressives, avec ces grands yeux ronds et une physionomie de bestiau en comices agricoles ? Je trouve que les femmes de Jacques Martin (Lefranc, Alix…), d’Hergé (Castafiore, femme d’Alcazar) sont aussi plutôt ratées. La ligne claire est-elle l’ennemie de la féminité ?
Bref, on ne tient sans doute pas un chef d’œuvre, mais un bel hommage à Jacobs qui se lit très agréablement et ne s’oublie pas dans les secondes qui suivent, comme quelques uns des albums qui l’ont précédé. C’est mon avis, et je le partage (je ne cèderai pas à la tentation de dire « By Jove ! »), par Jupiter !
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6203
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par archibald »

salocin12 a écrit :Bonsoir. J’aime bien L’Onde Septimus.
.../...
Ok tu as apprécié l'album .... peut être peux-tu répondre à ma question ?
archibald a écrit :Appel à tous :
Si quelqu'un peu m'expliquer pourquoi l'extraterrestre demande le droit d'asile ....
..../...
Déjà tu m'as appris un truc :
salocin12 a écrit :.../...La colonne qui abrite Orpheus.../...

Je pensais qu'Orpheus , , c'était le nom du vaisseau :oops:
rigolissimo a écrit :
archibald a écrit :Une fois qu'on a admis que tout ceci n'est qu'un rêve ou un bad trip d'Olrik' chez Lily Sing , tout devient clair !Image
Ah, je comprends : après les phases archéologique, policière et science fiction/fantaisie de B&M, la phase cauchemardesque.
:lol: :lol: :lol:
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Captain Gregg
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 481
Enregistré le : 21 mai 2013, 10:54
Localisation : A bord de l'Albatros!

Re: L'Onde Septimus : Les critiques

Message par Captain Gregg »

Cher Salocin,

Je partage également ton émotion. Certes, il me faudrait relire l'album beaucoup plus minutieusement..mais ce que je retiens c'est avant tout la beauté des cases (du moins lorsqu'il s'agit de Monsieur Antoine Aubin à qui je rends hommage pour sa grâce) Des cases que ne renierait pas EPJ, avec des détails très fournis, des couleurs ayant une fonction narrative non négligeable....J'ai été émue en revoyant le Professeur Mortimer et sa fameuse blouse, rappelant le Professeur Mortimer du Secret de l'Espadon...
Oui, il existe des faiblesses dans le scénario, oui Lily Sing disparaît trop rapidement, oui les éléments de science-fiction laissent un goût d'inachevé......attendons au moins le second volume....j'aimerais bien connaître qui est le Maître de Lily Sing, qui est "l'extraterrestre"?? Pourquoi l'homme a été foudroyé au volant de sa voiture?? Et où est donc partie Lady Rowana??? ET OLRIK???

Tiens, arrêtons-nous un instant sur Olrik... Pour une fois qu'il dépasse son simple statut de"Méchant"...Dans cet opus, il atteint vraiment la dignité d'un héros, d'un héros qui montre ses faiblesses...Il faut dire qu'après les affres du télécéphaloscope et son addiction à l'opium, il a un peu perdu de sa belle assurance... quoique.....il essaye quand-même de s'évader de chez Lily Sing...d'ailleurs, la mise en scène de sa fuite est brillante, fluide, dynamique avec un sompteux découpage cinématographique digne d'un polar tel qu"Assurance sur la Mort"......Magnifique scène...Et je ne parlerai même pas de la séance d'hypnose.... Belle, rapide, foisonnante de couleurs, de formes, d'expressivité.....Un visage pur et sublime :celui d'Olrik.....Il n'avait jamais été aussi bouleversant et aussi émouvant.... Tout comme toi Salocin, l 'image d'Olrik qui saigne du nez m'a profondément émue.. de même que celle où il est aidé par Mortimer quand il n'arrive plus à marcher ..Rédemption où pas?? en tout cas rapprochement courageux et audacieux de la part de Dufaux ...

Bon il y aurait encore beaucoup à dire mais je parle déjà trop et il est 23 heures....merci à vous d'avoir été patients!! Ah!!! J'ai juste oublié de dire que j'avais beaucoup apprécié le clin d'oeil à Nosferatu (celui de Murnau, bien entendu) lorsque Nasir croit apercevoir le fantôme de Septimus....

Bonne soirée à tous . :D :D
Répondre

Retourner vers « L'Onde Septimus »