L'onde Septimus dans les médias

Scénario : Jean DUFAUX
Dessin : Antoine AUBIN et Etienne SCHREDER
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 1917
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par Thark »

archibald a écrit :Il est dit que Dufaux a pu travailler en paix grâce à Yves Schlirf qui a éloigné de lui tout le poids du commercial et du Marketing .
Pourquoi n'a t-il pas fait de même avec Aubin ?
... Parce que c'est une tendance qui ne fait que s'agraver en Bande Dessinée - surtout en période de "crise"... : l'essentiel de la pression est reportée sur le(s) dessinateur(s). C'est à la fois normal et injuste... "Normal" parce que c'est le dessinateur qui est en charge du produit fini, ce fameux album dont les qualités visuelles à elles seules sont en mesure de déclencher (ou non) l'acte d'achat après un "feuilletage" rapide en librairie.
"Injuste" parce que tandis qu'un scénariste chevronné ne passe parfois que quelques semaines (voire quelques jours... ) à écrire son scénario, la réalisation graphique, elle, nécessite le plus souvent entre 8 mois et un an de travail soutenu !... Voire bien plus encore, selon la pagination et la complexité visuelle... C'est passionnant, mais c'est aussi épuisant... surtout pour maintenir l'énergie et le feu sacré sans faillir, jusqu'au bout ! (peu de lecteurs s'en rendent compte......... :-? ).
Soyons clairs : dans certains cas, selon les projets ou les éditeurs, le dessinateur est presque perçu comme étant corvéable à merci... :-?
Car malheureusement, le modèle "artistico-économique" venu des USA et du Japon (une productivité quasi industrielle grace aux fonctionnements en équipes ou en studios) a fini par déteindre sur les exigences des éditeurs européens, surtout en termes de délai ! :( "Toujours plus, toujours plus vite !!!" (et ceci alors que le marché est sur-saturé... ce qui nous donne plutôt : "Travailler plus pour gagner... moins !" :mrgreen: ).
D'autre part, un truc tout bête : dans le cas qui nous occupe ^^, Jean Dufaux a un statut de "scénariste-star", sûrement mérité (à l'in'star ;) d'auteurs comme Van Hamme, Desberg, Arleston, Dorison, Sente, Morvan, Jodorowsky, Mangin... :P et quelques autres).
A ce titre, il a du "poids" et il peut certainement prétendre à la liberté de création et aux égards certains que procure la notoriété. La notoriété ET les chiffres de vente ! ;)
archibald a écrit :Pourtant dans Bandes dessinées, il y a bien le mot Dessin ?! .... :roll:
Tout talentueux et aussi admirablement perfectionniste qu'il soit, Antoine Aubin ne doit pas bénéficier des mêmes avantages et "indulgences" qu'un scénariste-vedette, loin s'en faut...
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par rigolissimo »

Merci Thark pour cette description de l'ingrat travail de dessinateur.
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 1917
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par Thark »

rigolissimo a écrit :Merci Thark pour cette description de l'ingrat travail de dessinateur.
Y'aurait-il de l'ironie dans ta remarque ?... Tu connais des métiers où tout n'est qu'eau de rose, bonheur absolu et paradis sur terre, toi ?...
Ne t'y trompe pas, bien sûr qu'être dessinateur c'est avant tout absolument passionnant (sinon, on change de métier :mrgreen: ) !
Mais quand des critiques commencent + ou - légitimement à se multiplier (dans le cas présent, ça concerne Aubin-Schréder), il est parfois important d'évoquer certains aspects du contexte, qui a beaucoup changé ces dernières années et qui peut devenir très lourd à porter.
Et c'est d'autant plus lourd (et parfois paralysant) quand l'enjeu et le challenge créatif sont au niveau d'un mythe comme Blake et Mortimer...
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6184
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par archibald »

Thark a écrit :.../... "Normal" parce que c'est le dessinateur qui est en charge du produit fini, ce fameux album dont les qualités visuelles à elles seules sont en mesure de déclencher (ou non) l'acte d'achat après un "feuilletage" rapide en librairie. .../...
Nous sommes bien d'accord . C'est d'abord le travail du dessinateur qui provoque l'achat .
Par exemple je n'ai pas pu acheter le dernier Lefranc car je n'ai pas apprécié le travail du dessinateur ! D'ailleurs , de manière générale , j'ai du mal avec les successeurs de Jacques Martin ...
On va attendre la sortie de l'album pour juger du résultat ! ;)

Scénariste-vedette , scénariste-star , ? C'est pas la quantité qui prime , c'est d'abord la qualité . 8-)
Dufaux , je n'ai pas lu assez de choses de lui pour dire . Mais Van Hamme n'a pas fait que du bon ....
Il y a encore du boulot pour arriver au niveau de Charlier ou Goscinny.
Maintenant si on parle en chiffre de vente , OK ! :?:
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6184
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par archibald »

Thark a écrit :
rigolissimo a écrit :Merci Thark pour cette description de l'ingrat travail de dessinateur.
Y'aurait-il de l'ironie dans ta remarque ?... /......

Je ne pense pas .
J'allais moi même te remercier de nous avoir montré les chose vues de l'intérieur . :p
C'est toujours intéressant d'avoir l'avis de quelqu'un dont c'est le métier !

J'imagine la frustration d'Aubin d'avoir dû partager le dessin des planches , suite probablement à un manque de temps ..
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 1917
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par Thark »

archibald a écrit :J'imagine la frustration d'Aubin d'avoir dû partager le dessin des planches, suite probablement à un manque de temps...
Merci de tes observations, Archie ! ;)
Comme tu dis : "On va attendre la sortie de l'album pour juger du résultat ! ;) ". Il n'y que là qu'on pourra réellement constater si tout cela souffre d'un manque d'unité et d'harmonie graphique... (du moins sur la fin, ce que les quelques extraits publiés peuvent laisser craindre :-? ).
Si c'est vraiment le cas, ça doit effectivement être difficile pour Antoine Aubin de voir une nouvelle fois (après l'expérience des 30 deniers) la grande qualité de son travail être quelque peu malmenée en fin de parcours pour des raisons de planning, surtout en ce qui concerne le dessin des personnages.
mokenamoke
Membre du MLC
Membre du MLC
Messages : 717
Enregistré le : 30 juin 2012, 12:33

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par mokenamoke »

Will a écrit :Il y a des moments où , Petit Pinailleur et moi , nous nous demandons si ces auteurs ont lu l'oeuvre de Jacobs . On parle toujours du professeur Septimus , et , d'après Aubin , la grotte gigantesque doit évidemment faire penser ... au voyage souterrain de Blake et Mortimer dans "S.O.S. Météores" .

Quelqu'un qui peut me montrer les planches avec des grottes gigantesques dans S.O.S. ?
L'oeuvre de Jacobs, ils l'ont lue en diagonale.
mokenamoke
Membre du MLC
Membre du MLC
Messages : 717
Enregistré le : 30 juin 2012, 12:33

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par mokenamoke »

Vous trouvez que Blake est "mal fichu" ? C'est possible, mais au moins il ressemble à Blake. Ce n'est pas le cas dans le Serment des 5 lords. Alors à choisir j'aime encore mieux un "mal fichu" qu'un type qu'on reconnaît à peine . . .
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par rigolissimo »

Thark a écrit :
rigolissimo a écrit :Merci Thark pour cette description de l'ingrat travail de dessinateur.
Y'aurait-il de l'ironie dans ta remarque ?...
Aucune. Je sais bien que c'est très dur(*), mais c'est encore plus concret avec vos explications. Désolé d'avoir suscité un doute. Rançon d'un commentaire nocturne (très nocturne) trop laconique.

(*) Je ne suis pas du métier, mais je me rappelle d'être passé souvent le soir devant la fenêtre d'un des repreneurs de Spirou à Bruxelles. Il était toujours là à sa table à dessiner.
Modifié en dernier par rigolissimo le 26 nov. 2013, 16:15, modifié 1 fois.
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par rigolissimo »

mokenamoke a écrit :
Will a écrit :Il y a des moments où , Petit Pinailleur et moi , nous nous demandons si ces auteurs ont lu l'oeuvre de Jacobs . On parle toujours du professeur Septimus , et , d'après Aubin , la grotte gigantesque doit évidemment faire penser ... au voyage souterrain de Blake et Mortimer dans "S.O.S. Météores" .

Quelqu'un qui peut me montrer les planches avec des grottes gigantesques dans S.O.S. ?
L'oeuvre de Jacobs, ils l'ont lue en diagonale.
« Ils ont été mal cités », ils ont dû [vouloir] dire quelque chose comme l'Atlantide. Ça va bien avec le vaisseau spatial d'après.
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Revue de presse

Message par rigolissimo »

BRUXELLES, 05 déc 2013 (AFP) - - "L'Onde Septimus", le 22e tome des aventures de Blake et Mortimer, sort vendredi en France, Belgique, Suisse et Canada avec un tirage de 500.000 exemplaires, soit le deuxième plus important de l'année pour une bande dessinée, après Astérix.

Ce lancement ambitieux confirme l'étonnant succès de cette série rétro, sans cesse réinventée par de nouveaux auteurs depuis la mort de son créateur, le Belge Edgar P. Jacobs en 1987.

Sans être ni jeunes ni beaux, sans faire craquer les femmes, Sir Francis Blake, le militaire, et Philip Mortimer, le professeur en physique nucléaire, "occupent une place de choix parmi les héros les plus populaires et reconnus de la BD", s'étonne Yves Schlirf, l'éditeur de la série.

"Ce succès repose sans doute sur la transmission entre générations: les albums sont lus par les grands-pères, qui ont grandi avec et les ont fait découvrir à leurs fils puis petits-fils", avance-t-il.

A cela s'ajoute l'attrait de l'ambiance "so British" que dégagent ces aventures qui plongent dans le Londres des années 1950, celui des clubs huppés, de l'espionnage et des expériences scientifiques osées.
Les amoureux du genre devraient être conquis par "L'Onde Septimus" car cet album retourne aux sources de "La Marque jaune", un album publié par Edgar P. Jacobs en 1956 et considéré comme "le chef d'oeuvre" de la série.
Blake et Mortimer doivent sauver le monde de la mégalomania de Jonathan Septimus, un scientifique qui cherche à maîtriser "l'Onde Mega" permettant de contrôler à distance la volonté de ses cobayes.
"Septimus incarne la figure éternelle du savant fou. Sa création lui échappe, comme dans le mythe de Frankenstein", explique le scénariste, le Belge Jean Dufaux.
Réinventé comme James Bond ou Batman
Les images les plus fortes de l'album sont celles où des dizaines de Septimus, dupliqués lorsque la machine s'est déréglée, hantent les docks sinistres de Londres plongés dans un brouillard poisseux. Ils avancent d'un pas mécanique, tout habillés de noir et un parapluie menaçant à la main.
"Dessiner Blake et Mortimer est pour moi un plaisir d'enfant", témoigne Etienne Schréder, l'un des deux dessinateurs avec Antoine Aubin. "Je retrouve la fascination pour cet univers qui m'avait tant séduit lorsque je le lisais dans le Journal de Tintin, à 10 ans", ajoute l'illustrateur, qui se rappelle avoir voulu devenir égyptologue à la lecture du "Secret des Pyramides", l'un des albums phares d'Edgar P. Jacobs.
Le succès de "Blake et Mortimer" valide la stratégie de la maison d'édition Dargaud, propriétaire des personnages, qui avait décidé de poursuivre la série après la mort de Jacobs en la confiant à des scénaristes renommés (Jean Van Hamme, Yves Sente...) et à des dessinateurs expérimentés (Ted Benoît, André Juillard...).
"A l'instar de James Bond ou Batman au cinéma, la série n'est pas pétrifiée dans le temps: chacun à son tour, les nouveaux auteurs enrichissent son univers avec leur identité", souligne Jean Dufaux. "Les héros y gagnent souvent en humanité ce qu'il perdent en force", ajoute-t-il, en donnant l'exemple d'Olrik, le "méchant" qu'il dépeint comme un être manipulé et fragile dans "L'Onde Septimus".
Même si cela nécessite trois années de travail, créer une aventure de Blake et Mortimer est "un rêve" pour tout auteur de BD, reconnaît Jean Dufaux, l'un des scénaristes les plus prolifiques avec plus de 200 albums réalisés en 35 ans de carrière, dont les séries Murena, La Complainte des landes perdues ou Djinn.
("L'onde Septimus", de Jean Dufaux, Antoine Aubun et Etienne Schréder, Dargaud, 72 p., 15,25 euros)
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: Revue de presse

Message par rigolissimo »

LES ÉCHOS

Propriété depuis 1992 de Media Participations, le tandem reste un phénomène éditorial.
Blake et Mortimer auraient pu disparaître en 1987 avec Edgar P. Jacobs. Le créateur belge qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait donné naissance à ce drôle de tandem british, aurait pu emmener avec lui ses personnages dans la tombe. Il n'en fut rien et, à l'heure où sort « L'onde de Septimus », les vingt-deuxièmes aventures de ce duo de choc, le groupe Media Participations qui édite Blake et Mortimer se frotte les mains. « Un "Blake et Mortimer" c'est comme un bon Goncourt », s'amuse Claude de Saint-Vincent, le directeur général du groupe, qui est en grande partie à l'origine de la renaissance de ce mythe de la bande dessinée. « Avant de mourir, Jacobs avait récupéré les droits de Blake et Mortimer. Il avait créé sa propre maison d'édition et lui qui n'avait pas d'enfants avait décidé de transmettre son patrimoine à deux amis. Son plus proche collaborateur avait récupéré les droits via Studio Jacobs, et un de ses amis disquaire avait hérité de la maison Editions Blake et Mortimer. »
Sur le papier, le tandem qui réussira à publier une suite des « Trois formules du Professeur Sato » avait tout pour faire vivre les personnages de Jacobs. Mais, comme souvent dans ces cas là, les deux parties finirent par ne plus s'entendre... bloquant toute possibilité de création. C'est finalement Dargaud, alors dirigé par Claude de Saint-Vincent, qui, en 1992, rachètera les deux actifs pour relancer le processus créatif. « On a payé cher pour l'époque mais sur la durée il s'agit d'un très bon investissement », promet l'éditeur désormais seul maître à bord.
Une relance exemplaire
Car, dès sa relance, Blake et Mortimer s'est transformé en une véritable machine à cash. Le premier tome publié par la nouvelle équipe en 1996 fut un événement. « On l'a lancé à minuit au Virgin des Champs-Elysées. Les gens faisaient la queue dans la rue. Les télés étaient là », se souvient Claude de Saint-Vincent. « L'affaire Francis Blake » se vendra à 610.000 exemplaires, une performance dans le monde de l'édition. « Surtout, la nouveauté a relancé l'intérêt pour le fonds éditorial. On a vendu 1 million des vieux albums dans la foulée », se félicite le manager. Depuis, chaque tome de la série se vend entre 400.000 et 500.000 exemplaires; le fonds tourne autour de 250 à 300.000 exemplaires par an, faisant de cette série l'une des plus puissantes aux côtés de « XIII » ou « Lucky Luke », mais derrière « Astérix ».
Cette relance n'a pourtant rien eu d'un parcours de santé. Si Jean Van Hamme, le célèbre scénariste de « XIII », de « Thorgal » et de « Largo Winch », a répondu présent, Ted Benoit, le dessinateur perfectionniste, a eu du mal à respecter les délais. « On devenait fous. Il a fallu quatre ans pour faire l'album » , en sourit maintenant Claude de Saint-Vincent. Pour pouvoir sortir un titre en moyenne tous les deux ans, la maison d'édition a donc lancé en parallèle une deuxième équipe de créatifs. Depuis 1996, neuf titres en tout ont ainsi été publiés.
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: Revue de presse

Message par rigolissimo »

http://www.planetebd.com/bd/blake-et-mo ... 21438.html

2/4

Ce qu'on en pense sur la planète BD : Ce 22ème épisode de Blake et Mortimer prend pour contexte les mois qui suivent l’affaire de la Marque jaune… et il tire toute sa substance de ce mythique album. Pour la première fois au scénario d’une aventure mettant en scène le célèbre duo, Jean Dufaux reprend donc à son compte la puissante idée de domination mentale des masses par une onde… et il convoque aussi pour ce faire des réminiscences du Secret de l’espadon. Dufaux a parfaitement digéré le catéchisme de Blake et Mortimer : on retrouve ici une machination diabolique, des labos secrets et souterrains, des apprentis sorciers menant des recherches pour une arme absolue, des flashs et des arcs électriques en pagaille, une attaque de clones fantomatiques, l’indispensable colonel Olrik qui pactise un temps avec Mortimer (ça c’est nouveau !)… mais aussi l’intervention d’une intelligence extraterrestre ! Pour tous ces effets grandiloquents et rocambolesques de série B, Dufaux se place idéalement dans le ton. Son verbe soigné en fait aussi des caisses (dialogues et narratifs) et cela se situe aussi parfaitement dans le registre. L’exercice semble donc réussi et pourtant l’aventure n’emballe jamais. On a le sentiment d’accumuler linéairement un éventail complet de jalons pertinents, mais sans jamais vibrer à l’unisson des enjeux, par manque de réelle profondeur. Sur le plan du dessin, les albums d’André Juillard étaient certes déjà très proches de la ligne claire jacobsienne. Mais la partition graphique que joue le duo Atienne Schréder / Antoine Aubin semble encore plus juste. Un sans-faute sur ce plan !

http://www.aaapoumbapoum.com/?p=4816

La couverture sans Philip ni Francis est réussie je trouve, même si elle dévoile carrément la surprise de l’intrigue. Les récitatifs de Dufaux sont bien inspirés, à la limite de l’excessif mais retombant tout de même du côté élégant de la tartine. Les vues de la rive droite de Londres sont bien agréables. L’encrage est légèrement plus clairet que la période Marque Jaune auquel l’album fait référence, mais il passe bien. Dufaux a réussi à obtenir de l’éditeur un 66 planches, ce qui lui a laissé le temps de développer son intrigue. Il prend le temps et on en a bien besoin.

À la première lecture je n’ai absolument rien compris. Ça part dans tous les sens, les pouvoirs de l’onde septimus sont totalement invraisemblables et injustifiables. À la seconde lecture, ça va mieux, on ne comprend toujours pas comment ça marche mais on s’en fout. Dufaux est parti loin dans l’irrationnel, Jacobs n’aurait pas osé, il aurait davantage soigné la justification scientifique, et l’ambiance aussi, mais bon, on sent que le scénariste aux 600 albums a fait le travail avec émotion et consciencieusement, et l’hommage est acceptable. La mise en scène de la partie la plus angoissante est cependant faiblarde (Aubin et Schréder ne sont donc pas Jacobs, sacré scoop !)… On partage peu la peur grandissante des personnages. Le final est un peu expédié mais laisse la place à une suite éventuelle pour un Dufaux convoquant Jacques Bergier, Wells et K. Dick.
Avatar du membre
Erca
Modérateur
Modérateur
Messages : 2269
Enregistré le : 09 août 2010, 02:03
Localisation : Paris

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par Erca »

Sujet "Revue de presse" fusionné avec "L'onde Septimus dans les médias".
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar du membre
Erca
Modérateur
Modérateur
Messages : 2269
Enregistré le : 09 août 2010, 02:03
Localisation : Paris

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par Erca »

La dépêche AFP est d'une médiocrité typique de ce à quoi on a droit la plupart du temps dans la presse, avec en bonus l'invention d'un album... "Le Secret des Pyramides", quoi ! :-? Pas très sérieux pour une agence de presse renommée...

Le journaliste des Echos a au moins fait l'effort d'une petite investigation intéressante sur le prisme économique, même si un fan de B&M n'apprend pas grand chose.

Sinon je me retrouve complètement dans cette phrase de Planète BD :
Planète BD a écrit :On a le sentiment d’accumuler linéairement un éventail complet de jalons pertinents, mais sans jamais vibrer à l’unisson des enjeux, par manque de réelle profondeur.
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar du membre
Commandant Hamilton
Gardien de la base d'Ormuz
Gardien de la base d'Ormuz
Messages : 1022
Enregistré le : 27 déc. 2012, 10:24
Localisation : Espagne

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par Commandant Hamilton »

Erca a écrit :La dépêche AFP est d'une médiocrité typique de ce à quoi on a droit la plupart du temps dans la presse, avec en bonus l'invention d'un album... "Le Secret des Pyramides", quoi ! :-? Pas très sérieux pour une agence de presse renommée...

Le journaliste des Echos a au moins fait l'effort d'une petite investigation intéressante sur le prisme économique, même si un fan de B&M n'apprend pas grand chose.

Sinon je me retrouve complètement dans cette phrase de Planète BD :
Planète BD a écrit :On a le sentiment d’accumuler linéairement un éventail complet de jalons pertinents, mais sans jamais vibrer à l’unisson des enjeux, par manque de réelle profondeur.
Je suis bien d'accord avec cette phrase :chap:
Commandant au bord du porte-avions The Intrepid.
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 1917
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par Thark »

Une vraie touche d'originalité au milieu de ce Big Bang promotionnel et ce concert prévisible de communiqués de presse plus ou moins inspirés : "Célébrer" la sortie de L'Onde Septimus de façon détournée, en ne parlant quasiment que d'Edgar-Pierre Jacobs :D et en évoquant brièvement quelques détails ou anecdotes insolites (à destination des profanes) ;) concernant ses albums mythiques...

Merci à Nicolas Lemarignier, journaliste à France 2. Sur son blog, il nous offre une petite "déviation" inattendue et un retour aux sources, en ce 6 décembre, date de sortie d'une énième reprise post-jacobsienne...
:arrow: C'est ICI que ça se passe !
N'hésitez pas à commenter (ou même à lui signaler des erreurs ou des approximations, j'en ai noté une ou deux... :mrgreen: ).
Pour ceux qui ont une adresse @gmail, par exemple, laisser un commentaire sur son blog est un jeu d'enfants ! Viendez, viendez ! :lol:
filipinho
Momie de Grossgrabenstein
Momie de Grossgrabenstein
Messages : 5
Enregistré le : 06 déc. 2013, 17:03

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par filipinho »

Voici quelques articles parus dans la "presse" gratuite parisienne...
Fichiers joints
Metro 05/12/2013
Metro 05/12/2013
20 Minutes 06/12/2013
20 Minutes 06/12/2013
Article Direct Matin 06/12/2013
Article Direct Matin 06/12/2013
filipinho
Momie de Grossgrabenstein
Momie de Grossgrabenstein
Messages : 5
Enregistré le : 06 déc. 2013, 17:03

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par filipinho »

Suite
Fichiers joints
Metro 05/12/2013
Metro 05/12/2013
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 1917
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par Thark »

Merci pour toutes ces contributions ! :chap:

... Où l'on constate une fois de plus que beaucoup de "chroniqueurs culturels" ne se foulent pas beaucoup... :-? ... Et où l'on a de nouveau droit à du "so british" par-ci, "so british" par-là...
En tout cas, Jean Dufaux semble très heureux de répéter à l'envi qu'il s'est "approprié" le style et l'univers de La Marque Jaune pour "le dépasser tout en le respectant"... et qu'il espère lui avoir apporté quelque chose de neuf en jouant "sa propre partition". C'est forcément ce que souhaite tout auteur reconnu : ne pas être considéré comme un imitateur/suiveur servile et sans imagination ; un "simple exécutant" comme il le dit lui-même...

Qu'il profite bien de cet état de grâce médiatique, car l'unanimité ne sera sûrement pas au rendez-vous dans une Presse plus sérieuse ; sans parler de la presse spécialisée qui ne se contentera certainement pas de nous servir une soupe aussi réchauffée... ou plutôt une espèce de tisane... "so british" et bien fade ! :mrgreen:

Amen. :p
Répondre

Retourner vers « L'Onde Septimus »