Ma bande originale du Secret de l'Espadon

Scénario : E.P. JACOBS
Dessin : E.P. JACOBS
Répondre
Avatar du membre
Erca
Modérateur
Modérateur
Messages : 2231
Enregistré le : 09 août 2010, 02:03
Localisation : Paris

Ma bande originale du Secret de l'Espadon

Message par Erca » 21 déc. 2014, 00:20

Le Secret de l'Espadon a toujours été l'épisode de la série qui m'a le plus fasciné ; il s'agit même de ma BD fétiche, ex aequo avec Tintin au Tibet (les altitudes himalayennes communes aux deux opus ne sont sans doute pas pour rien dans cette préférence).

Cette fascination s'explique en grande partie par le sentiment d'avoir affaire à un magistral "blockbuster de papier", d'une densité inégalée en scènes cultes. Depuis longtemps, je n'ai donc pu m'empêcher d'espérer voir un jour cet épisode passer au grand écran... Comme de nombreux autres fantasmes, celui-ci devra très probablement rester tel quel pour deux raisons :

- Seuls des réalisateurs-producteurs appartenant au haut du panier de Hollywood auraient les moyens d'adapter comme il se doit cette fresque épique. Or, la méconnaissance de la série, et de l'album en particulier, est patente dans ce milieu, contrairement aux aventures de Tintin qui ont su attirer l'attention d'un Spielberg.

- Surtout, dans le contexte actuel, l'extrême sensibilité du paysage géopolitique du Secret de l'Espadon (l'Occident contre l'Empire jaune) empêcherait sans doute de financer le projet. En effet, il est peu probable que les Etats-Unis soient enclins à éveiller la susceptibilité des Chinois comme ils ont pu s'autoriser à le faire avec les Iraniens à travers 300 de Zack Snyder, ou encore avec les Nord-Coréens à travers The Interview (les récentes péripéties de ce dernier film ne seraient d'ailleurs pas sans les y faire réfléchir à deux fois !). Par ailleurs, l'aspect pour le moins "daté" du péril jaune poserait sans doute problème vis-à-vis de l'opinion publique occidentale elle-même, qui pourrait nourrir des suspicions sur la volonté d'entretenir des préjugés frisant le racialisme. On pourrait certes imaginer une refonte moins manichéenne de l'aventure, on me dira que ça n'effraierait pas les scénaristes américains qui en ont vu d'autres, mais le fait même de s'inspirer de cet album pourrait être sujet à caution.

Quoi qu'il en soit, ce rêve ne me quittera probablement jamais. J'ai donc souvent été porté à imaginer ce à quoi pourrait ressembler une transposition dans les salles obscures. Passionné de musique, j'ai en particulier songé à des morceaux précis pour quelques scènes marquantes : ceux qui sont proposés ci-dessous sont ceux que j'ai jugés comme étant les plus convaincants. Je vous invite bien entendu à me dire ce que vous en pensez, ou même à donner votre propre bande originale !

L'incipit

L'une des grandes forces de l'album est de commencer par "traumatiser" le lecteur en le plongeant directement au moment de l'éclatement de la Troisième Guerre Mondiale. Je n'imagine pas que le film débute autrement, avec un premier plan séquence qui survolerait les sommets de l'Himalaya avant de déboucher sur le Lhassa futuriste de Jacobs... et ce, sur l'air de "Mars, the bringer of war" de Gustav Holst. Oui, je sais, il a déjà été servi à toutes les sauces dans les films hollywoodiens... mais serait-ce une raison de s'en priver alors qu'il est, pour le coup, complètement approprié ?

J'affectionne tout particulièrement la version qu'en ont donnée Emerson, Lake & Powell (qui remplaçait ponctuellement Palmer pour les connaisseurs) dans leur - méconnu et mésestimé - album de 1986. Le passage paroxystique qui débute à 4:49 pourrait être repris pour le raid mondial de l'armée jaune, ce qui permettrait de "filer" le thème.
Sans titre.png
[video][/video]

L'entrée en scène de Basam le Cruel

Le film pourrait s'attacher à présenter Basam Damdu de façon un peu moins fugace que ne le fait Jacobs, à travers une simple vignette. Pour une brève scène qui le verrait contempler depuis son palais les tout derniers préparatifs du raid mondial et prononcer des mots révélant à la fois sa mégalomanie et sa fureur, j'imagine spontanément le magnifique "Birds of Tilmun" d'Andreas Vollenweider. Un morceau propre à inspirer une crainte des plus noires chez le spectateur.

[video][/video]

La prise en chasse du blindé dans le désert

Quand le blindé de Blake & Mortimer est pris en chasse par l'aviation des Jaunes, "Valley of the Kings" de Steve Hackett permet à la fois de donner du rythme et de nous imprégner des paysages orientaux du Makran.

[video][/video]

L'assaut de l'Aile rouge

Le crescendo angoissant de "Dangerous curves", morceau signé King Crimson, irait comme un gant à l'assaut nocturne à haut risque de l'Aile rouge, jusqu'à son envol au nez et à la barbe d'Olrik. Le morceau paraît à ce point adapté qu'on peut entendre dans le cri situé à 3'00, celui du soldat jaune atteint par le poignard de Nasir.

[video][/video]

L'arrivée à Turbat

Depuis l'entrée en scène du Djammadar de Wad jusqu'à l'arrivée de Blake & Mortimer à Turbat, "Black lotus" de Sacred System nous détend un peu après de longues épreuve, tout en permettant d'illustrer sans fausse note l'espionnage du Bezendjas en arrière-plan.

[video][/video]

La capture de Mortimer

"The devil's triangle" de King Crimson (à nouveau) conviendrait particulièrement bien à l'angoissante capture de Mortimer sur la pyramide. A 2'16'', le projecteur s'allume avec une première montée de tension. A 3'46'', Mortimer est pris dans la lumière et essaie de s'en échapper en vain. Le thème se termine à 7'30 avec la capture de Mortimer, après une impression de fourmillement des Jaunes, bien traduite par la progression du morceau.

[video][/video]

La convocation d'Olrik à Lhassa

Si l'on coupe le passage disco kitchissime au milieu du morceau, "Prelude to the war" de Gino Vannelli est un excellent fond sonore pour la convocation d'Olrik à Lhassa, qui permet de traduire à la fois le stress qu'il occasionne chez lui et l'extrême solennité militaire qui jalonne son parcours jusqu'au palais, dans les décors grandiloquents de l'Empire jaune.

[video][/video]

L'évasion de Mortimer

S'il est bien une scène où le temps pèse lourdement sur les protagonistes, c'est celui de l'évasion de Mortimer. Et donc quoi de mieux que "Clocks" de Steve Hackett ? (Oui, encore lui, mais l'ex-guitariste de Genesis le vaut bien ! ;) ) Ce thème a notamment le mérite de pouvoir s'adapter aux rebondissements de la scène à travers ses fragments successifs.

[video][/video]

La course-poursuite des scaphandriers

Une course-poursuite dans les eaux avec un espion qu'il faut à tout prix rattraper, des scaphandriers dont on ne peut distinguer le visage, un calmar géant... Une ambiance parfaite pour "Return to Tunguska" d'Alan Parsons & David Gilmour. Un morceau imaginé à la base pour ce territoire sibérien mystérieux, mais qui conviendrait aussi parfaitement à une ambiance aquatique "poisseuse".

[video][/video]

La bataille finale

Pour le déclenchement de la bataille finale, il nous faut un morceau à la fois dense, rythmé et traduisant une tension à son paroxysme : "The roots of coincidence" du Pat Metheny Group (jusqu'à 4'47'') a le profil parfait. Après les préparatifs, la fusée rouge est tirée à 1'00, l'arche du pont explose à 1'59''. Le solo de guitare qui suit peut être utilisé pour une scène de tension plus "sournoise" avec les soldats pris au piège du gaz.

[video][/video]

Le raid des Espadons sur Lhassa

La brièveté et l'intensité de "Pressure points", un morceau de bravoure signé Camel et son génial guitariste Andy Latimer, sont idoines pour le raid express mais cataclysmique mené par les Espadons. Son ton presque prophétique l'impose également au terme de l'aventure.

[video][/video]

Dans les décombres londoniens

Blake & Mortimer déambulent dans un Londres complètement défiguré. La scène se doit d'être émouvante et intimiste, tout en laissant entrevoir une note d'espoir : le splendide "Cluster one" de Pink Floyd est tout désigné.

[video][/video]
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar du membre
Thark
Modérateur
Modérateur
Messages : 1772
Enregistré le : 04 nov. 2010, 14:05
Localisation : "à l'Ouest" !

Re: Ma bande originale du Secret de l'Espadon

Message par Thark » 22 déc. 2014, 11:53

Erca a écrit :Passionné de musique, j'ai en particulier songé à des morceaux précis pour quelques scènes marquantes : ceux qui sont proposés ci-dessous sont ceux que j'ai jugés comme étant les plus convaincants. Je vous invite bien entendu à me dire ce que vous en pensez, ou même à donner votre propre bande originale !
:chap: :chap: :chap:
Waouh ! Etant moi aussi "passionnément passionné" de musique (que je pratique et écoute intensément), découvrir ici ta savoureuse "Bande Originale" est un véritable REGAL !!! :!:
Entre les morceaux que je connais déjà, mais que grace à toi je vais associer pour la 1ère fois à des séquences mythiques de l'Espadon, et quelques autres pièces musicales que je vais donc écouter de façon originale, dans un contexte narratif passionnant (avec les albums en main, of course ! ;) ), je suis absolument emballé par l'expérience inédite et excitante que tu nous offres !

La BD demande - et c'est une de ses singularités, une de ses grandes forces - une implication active et intense, tant intellectuelle qu'imaginaire. Le mouvement, les ambiances et le suspense se créent au fil de la lecture, à notre propre rythme.
Ici, ajouter une 3ème dimension musicale (et donc un tempo différent) au formidable élan narratif du secret de l'Espadon est une trouvaille jouissive. D'autant plus que tu n'es pas tombé dans les clichés d'une BO épique ou tonitruante - comme c'est d'ailleurs trop souvent le cas dans les "vrais films", surtout américains.

Certains des passages que tu as choisis pour composer ta PL (avec un excellent "timing" en bonus 8-) ) apportent même des couleurs inattendues, des climats d'une densité audacieuse... , puisque tu as notamment pioché dans l'univers touffu et atmosphérique du Rock progressif ou dans celui des créateurs ethno-électro-symphoniques. :)
Ce parti-pris colle parfaitement à l'étonnante dimension expressionniste (si chère à mon coeur ^^) qui, derrière un certain classicisme maniéré, irrigue et imprègne profondément les 1ères oeuvres de Jacobs...
Bravo, Erca, pour cette excellente et soigneuse mise-en-sons... et pour ton inspiration !

(NB : Je reviendrai en parler plus en détail après avoir fait cette expérience musico-graphique de A à Z :p ).
:geek:
Erca a écrit :Depuis longtemps, je n'ai donc pu m'empêcher d'espérer voir un jour cet épisode passer au grand écran...[...//...]
J'ai donc souvent été porté à imaginer ce à quoi pourrait ressembler une transposition dans les salles obscures.
Pour ma part, je n'ai pas spécialement d'attente, ni même d'envies, concernant une transposition ciné... Tout simplement parce que, à ce jour, la grande majorité des adaptations de BD franco-belges "classiques" sur grand écran s'est soldée par une collection d'échecs retentissants. Seuls des "romans graphiques" plus intimistes (ou, a contrario, des Comics de super-héros ultra spectaculaires) se sont vus adaptés avec bonheur... et très exceptionnellement, de rares comédies réussies comme le Astérix d'Alain Chabat, par exemple.
Ca fait des lustres qu'on constate avec dépit que le mariage "BD-ciné" est loin d'être aussi évident qu'il en a l'air... Bien souvent, c'est une fausse bonne idée. Qui vient entre autres de la conviction très répandue - et pourtant erronée - qu'il y a une similitude et une proximité naturelles entre les 2... En fait, entre ces faux-amis que sont la BD et le Ciné, la narration, le découpage, le rythme, la liberté laissée à l'imaginaire, la perception et le rôle du lecteur/spectateur, presque tout est différent ! Le seul vrai langage commun, ce sont les plans et les cadrages...

Ceci étant dit, j'adore le cinéma, évidemment !
8-)
Avatar du membre
Erca
Modérateur
Modérateur
Messages : 2231
Enregistré le : 09 août 2010, 02:03
Localisation : Paris

Re: Ma bande originale du Secret de l'Espadon

Message par Erca » 22 déc. 2014, 15:12

Merci Thark, ça fait vraiment plaisir de voir que mes sensations et mes recherches sur cet album sont partagées. :) Cela étant, j'ai tout à fait conscience d'avoir une interprétation particulière et de puiser dans un répertoire musical nécessairement limité. Il ne faut donc pas hésiter à me faire part de désaccords ou de gênes par rapport à mes choix si c'est le cas : je serais curieux de voir comment d'autres amateurs abordent cet exercice.
Thark a écrit :Pour ma part, je n'ai pas spécialement d'attente, ni même d'envies, concernant une transposition ciné... Tout simplement parce que, à ce jour, la grande majorité des adaptations de BD franco-belges "classiques" sur grand écran s'est soldée par une collection d'échecs retentissants.
On ne peut que tomber d'accord sur ce constat, mais je pense que pour une bonne partie, c'est par manque d'investissement artistique : la plupart se sont surtout limitées à des opérations commerciales. Il va de soi que mon intérêt pour une adaptation cinématographique du Secret de l'Espadon ne vaudrait que si les porteurs du projet ont le souci de bien faire.
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar du membre
gadjo
Membre du MLC
Membre du MLC
Messages : 592
Enregistré le : 01 oct. 2010, 17:43

Re: Ma bande originale du Secret de l'Espadon

Message par gadjo » 22 déc. 2014, 18:16

L'idée de définir une bande son et tes recherches sont très intéressantes Erca :chap:
ça me fait penser à Cosey (encore l’Himalaya, décidément ;) ) qui conseillait des morceaux/albums à écouter tout en lisant les premiers Jonathan)

Un film Le secret de l'espadon, l'idée est séduisante même si comme tu le dis, un "Empire jaune" risquerait de créer une polémique...
De +, étant donné la longueur du récit, il y a suffisamment de matière (et de possibilités d'enrichir certains passages sans dénaturer l'histoire) pour
une série TV en épisodes de 2 ou 3 saisons (plus ou moins comme les albums quoi), quitte ensuite à embrayer sur les albums suivants pour les saisons suivantes
Il faudrait par contre que la production ait l'ambition de faire quelque chose de bien et pas seulement une œuvre commerciale et que les moyens financiers soient conséquents,
ce qui n'est pas gagné d'avance, loin de là.
Mais des séries comme Games of Thrones, Rome ou True Detective par exemple ont montré que c'était possible de créer des séries ambitieuses
et de faire presque aussi bien qu'au cinéma en terme de moyens, tout en offrant plus de temps pour développer l'intrigue et les personnages en profondeur que ce
qu'il est possible dans 1 seul film , même de 2 ou 3 heures.

Pour en revenir à la bande son, je dois dire que tes choix musicaux sont très respectables mais ce ne seraient pas les miens.
Je trouve personnellement tout cela trop daté 1970s-début des 1980s et rock progressif avec des sons et des plages de synthétiseurs pas forcément dans le ton d'un B&M (selon moi évidemment).
Par exemple, je trouve que le début du premier morceau est bien mais à partir du moment où d'autres instruments que les tambours commencent, ça ne colle plus.
Le 2e me fait davantage penser au film Blade Runner et le 3e à La forteresse noire de Michael Mann qu'à du B&M. etc.
Je verrais pour ma part davantage une tonalité musicale proche des films d'aventures Hollywoodiens des années 1940s-1950s ou des films de Hitchock.
Quelque chose de + neutre aussi sans doute, de moins daté dans une époque précise. Mais c'est évidemment très subjectif.
(Surtout que je n'apprécie que très peu le rock progressif en général donc mon opinion est peut-être biaisée dès le départ)

Je crois qu'on touche à un des "problèmes" de l'adaptation d'une BD : chaque lecteur créé mentalement sa bande sonore (musique, voix)
d'ailleurs, je me demande si ce n'est pas Hergé qui disait qu'un lecteur s'était plaint des dessins animés parce que Tintin ou Haddock n'avait pas la voix des albums :D
(à moins que ce soit Goscinny pour Astérix ?)
Avatar du membre
Erca
Modérateur
Modérateur
Messages : 2231
Enregistré le : 09 août 2010, 02:03
Localisation : Paris

Re: Ma bande originale du Secret de l'Espadon

Message par Erca » 22 déc. 2014, 20:59

gadjo a écrit :Je crois qu'on touche à un des "problèmes" de l'adaptation d'une BD : chaque lecteur créé mentalement sa bande sonore (musique, voix)
C'est évident et je conçois à 200 % que ma BO puisse ne pas faire l'unanimité en raison de son orientation marquée vers certains styles, le rock progressif en particulier, ou de sa désynchronisation avec l'époque de l'album. En même temps, j'ai à l'esprit un Django Unchained, dans un genre (le western) certes très différent du Secret de l'Espadon, qui puise dans des styles musicaux extrêmement variés sans que cela me paraisse inapproprié, bien au contraire. Je pense que c'est une audace qu'on peut se permettre en faisant de bons choix. Merci en tout cas pour ton retour !

Concernant le choix de la série auquel je n'avais pas pensé, as-tu à l'esprit des séries de guerre à la fois ambitieuses et exploitées en plusieurs saisons ?
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar du membre
gadjo
Membre du MLC
Membre du MLC
Messages : 592
Enregistré le : 01 oct. 2010, 17:43

Re: Ma bande originale du Secret de l'Espadon

Message par gadjo » 23 déc. 2014, 01:06

Erca a écrit :
gadjo a écrit :Je crois qu'on touche à un des "problèmes" de l'adaptation d'une BD : chaque lecteur créé mentalement sa bande sonore (musique, voix)
C'est évident et je conçois à 200 % que ma BO puisse ne pas faire l'unanimité en raison de son orientation marquée vers certains styles, le rock progressif en particulier, ou de sa désynchronisation avec l'époque de l'album. En même temps, j'ai à l'esprit un Django Unchained, dans un genre (le western) certes très différent du Secret de l'Espadon, qui puise dans des styles musicaux extrêmement variés sans que cela me paraisse inapproprié, bien au contraire. Je pense que c'est une audace qu'on peut se permettre en faisant de bons choix.
tout à fait :)
Même si dans le cas de Django Unchained, c'est assez ironique ou 2e degré ou encore dans le but de créer chez le spectateur une association d'idée et des renvois à d'autres films
et de jouer sur les codes et les références : le cowboy noir badass nimbé de lumière qui chevauche à cru pour aller se venger sur une chanson qui mélange soul/hip-hop/gospel, ça colle super bien,
on comprend de suite la scène, les motivations du personnage sont renforcées parce que ça évoque à la fois le western par l'image mais aussi tout le cinéma d'action et polar des 30 ou 40 dernières années
C'est comme la pop-rock new wave dans le Marie-Antoinette de Sofia Coppola ou encore la gamine de Kick Ass qui tue tout le monde sur Bad Reputation de Joan Jett
Maintenant, comment ces B.O. seront perçues dans 10, 20 ou 30 ans ? Est-ce ce ne sera pas vu comme assez ringard et typique des années 2005-2015 ?
Et de mon point de vue, je ne vois pas non plus comment cela pourrait être adapté et fonctionner dans un film de B&M Le secret de l'espadon.
Mais je peux me tromper, je n'avais jamais envisagé la question à vrai dire.
Concernant le choix de la série auquel je n'avais pas pensé, as-tu à l'esprit des séries de guerre à la fois ambitieuses et exploitées en plusieurs saisons ?
Band of Brothers par exemple.
mais il n'y a pas vraiment de série TV qui correspond à B&M et ce serait d'autant + intéressant et original justement ;)
Répondre

Retourner vers « Le Secret de l'Espadon : La poursuite fantastique »