Storyboard - Le cinéma d'Edgar

Un vieux serpent de mer.
Répondre
Avatar du membre
gadjo
Membre du MLC
Membre du MLC
Messages : 592
Enregistré le : 01 oct. 2010, 17:43

Storyboard - Le cinéma d'Edgar

Message par gadjo »

Image

Image

Image

Image

Image

Image
(c) Le cinéma D'edgar - (c) Cinébec - 2004
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6208
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: Storyboard - Le cinéma d'Edgar

Message par archibald »

Damned ! Comment ce Topic a-t-il pu m'échapper ? Encore un coup de coup de Septimus, sans doute !! :x
Avec du retard ,merci Gadjo !
On en aimerait un peu plus , des dessins du Story board !
Je suis allé voir le site de Pierre-Emmanuel CHATILIEZ.
Notamment , ceux de la brigade du Tigre !
Il y a de très beau dessins , mais rien de plus sur la Marque Jaune :idea:
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
Pykov
Gardien de la base d'Ormuz
Gardien de la base d'Ormuz
Messages : 1962
Enregistré le : 05 août 2010, 11:22
Localisation : Normandie (Orne)

Re: Storyboard - Le cinéma d'Edgar

Message par Pykov »

chouette le site et il y a OSS :D
Il est de notoriété publique que la véritable passion des Hobbits est la boustifaille. C'est une rumeur plutôt injuste car nous avons aussi développé un intérêt certain dans le brassage de la bière et le fumage de l'herbe a pipe.
Olrik
Membre du MLC
Membre du MLC
Messages : 562
Enregistré le : 08 août 2010, 20:10
Localisation : Annecy
Contact :

Re: Storyboard - Le cinéma d'Edgar

Message par Olrik »

J'ai vu M le Maudit que je n'avais jamais vu. On est vraiment dans l'ambiance de la Marque Jaune.
L'histoire est de plus, étonnement moderne. C'est un très bon film que je suis content d'avoir vu.
Quelqu'un l'a vu ?
Avatar du membre
Pykov
Gardien de la base d'Ormuz
Gardien de la base d'Ormuz
Messages : 1962
Enregistré le : 05 août 2010, 11:22
Localisation : Normandie (Orne)

Re: Storyboard - Le cinéma d'Edgar

Message par Pykov »

Olrik a écrit :J'ai vu M le Maudit que je n'avais jamais vu. On est vraiment dans l'ambiance de la Marque Jaune.
L'histoire est de plus, étonnement moderne. C'est un très bon film que je suis content d'avoir vu.
Quelqu'un l'a vu ?

j'ai vu M. le Maudit pour la première fois il doit y avoir environ 40 ans à la cinémathèque de Chaillot, je l'ai revu souvent depuis et en dehors du brouillard de Limehouse et du "M" je ne vois pas trop de rapport avec la Marque Jaune ???
Il est de notoriété publique que la véritable passion des Hobbits est la boustifaille. C'est une rumeur plutôt injuste car nous avons aussi développé un intérêt certain dans le brassage de la bière et le fumage de l'herbe a pipe.
Olrik
Membre du MLC
Membre du MLC
Messages : 562
Enregistré le : 08 août 2010, 20:10
Localisation : Annecy
Contact :

Re: Storyboard - Le cinéma d'Edgar

Message par Olrik »

C'est déjà pas mal comme référence, le M, les docks, le brouillard.

Pour moi, jy' ai trouvé en plus, l'ambiance générale, les costumes, la lumière.
Avatar du membre
Pykov
Gardien de la base d'Ormuz
Gardien de la base d'Ormuz
Messages : 1962
Enregistré le : 05 août 2010, 11:22
Localisation : Normandie (Orne)

Re: Storyboard - Le cinéma d'Edgar

Message par Pykov »

on sait que Jacobs s'est inspiré de M. le Maudit mais sans plus me semble-t-il; GP n'est pas vraiment l'assassin psychopathe décrit admirablement dans la critique ci-après:
« On a coutume de réduire M le Maudit à son anecdote, c’est à dire de n’y voir que le cas pathologique offert par un assassin d’enfants, cas admirablement exposé et incarné par Peter Lorre avec une science de comédien qui tient du génie. On sait qu’un fait divers se trouve à la base du scénario. Il s’agit d’un sadique qui répandit la terreur en Allemagne en 1925 et qu’on désignait sous le nom de « Vampire de Dusseldorf ».
Cette manière d’envisager une œuvre (…) en diminue singulièrement la portée. Car Le Maudit dépasse de loin la simple description d’une névrose individuelle pour cristalliser, avec une violence expressive exceptionnelle, à la fois l’esprit d’une époque et celui d’une société définie : en 1931, il possédait des accents prophétiques. Le caractère du meurtrier de petites filles qui se met à siffler l’air de Peter Gynt de Grieg lorsqu’il entre en crise, ne peut pas s’expliquer en effet uniquement par des considérations d’ordre psychologique.
Cet homme, rongé par la solitude et le désoeuvrement, qui rôde autour des préaux et qui offre aux enfants des sucreries ou des ballonnets, est un homme qui souffre d’abord d’un mal social. En lui, les contradictions d’un régime économique et politique atteignent un stade de virulence dangereuse et sa maladie psychique n’est en définitive que celle, personnalisée, de la république de Weimar agonisante le long de ces rues sans joie, de ses files de chômeurs, tandis que sous le couvert du socialisme, le nationalisme revanchard plante les premiers jalons de « l’ordre nouveau ».
En face de l’anarchisme de la pègre qui lentement passe à l’organisation d’une société dans la société, d’un groupe humain fondant ses propres lois et sa propre justice contre les lois et la justice de l’Etat (afin de prendre, seul, et dans le mépris, l’initiative d’écraser ceux qu’il désigne comme des cloportes) se dressent les pouvoirs policiers avec leur bureaucratie et leurs méthodes scientifiques d’investigation. Les crimes du « maudit » aboutissent donc moins à briser les règles d’une morale qu’à troubler et à dévoiler, en même temps que de primaires désirs, les relations de l’autorité avec la misère et les réactions d’un peuple en loques devantles commissaires flanqués de leurs chiens, de leurs agents en uniforme, et dirigeant les opérations par le moyen de téléphone. Simultanément, l’appareil policier ne manque pas de donner d’inquiétants signes de faiblesse tandis que du côté des hors la loi se reconstitue une hiérarchie, illustrée par le chef ganté de noir, portant manteau de cuir et chapeau melon.
Entre l’administration gouvernementale oppressive et le « Lumpenproletariat » qui se rassemble autour des meneurs, il y a la masse que constituent les classes moyennes, les
politiciens de brasserie qui fument de gros cigares et boivent des bières pour se donner le sentiment d’exister, ceux-là même qui, le moment venu, n’hésiteront pas à se ranger du côté de l’oppression, à lancer la jeunesse dans les carnages au nom de la pureté de la race et de l’espace vital revendiqué par le pangermanisme. Rarement un film n’a su déployer avec de telles nuances l’analyse spectrale d’un milieu capté globalement, à l’instant d’une brutale mue historique.
(Freddy Buache, Le cinéma allemand 1918-1933, 5 Continents-Hatier, 1984
Il est de notoriété publique que la véritable passion des Hobbits est la boustifaille. C'est une rumeur plutôt injuste car nous avons aussi développé un intérêt certain dans le brassage de la bière et le fumage de l'herbe a pipe.
Avatar du membre
gadjo
Membre du MLC
Membre du MLC
Messages : 592
Enregistré le : 01 oct. 2010, 17:43

Re: Storyboard - Le cinéma d'Edgar

Message par gadjo »

Comme le dit Olrik, le rapport entre La marque jaune et M le maudit est surtout au niveau de l'ambiance poisseuse.
Dans le même genre, je conseillerai aussi l'excellent film de Carol Reed : Le troisième homme à ceux et celles qui ne l'ont pas vu

Mais comme dans l'analyse de Freddy Buache citée par pykov, je pense qu'on ne peut pas réduire La marque jaune à son anecdote, au simple polar SF :
Je suis persuadé notamment qu'il existe un lien entre le Olrik/Guinea Pig de La marque jaune et Oswald Mosley
(personnage que je connais bien pour avoir écrit mon mémoire de maîtrise dessus).

J'avais même commencé à écrire un article sur ce sujet mais il faudrait que je le complète/mette en forme...
Avatar du membre
Pykov
Gardien de la base d'Ormuz
Gardien de la base d'Ormuz
Messages : 1962
Enregistré le : 05 août 2010, 11:22
Localisation : Normandie (Orne)

Re: Storyboard - Le cinéma d'Edgar

Message par Pykov »

gadjo a écrit :Comme le dit Olrik, le rapport entre La marque jaune et M le maudit est surtout au niveau de l'ambiance poisseuse.
Dans le même genre, je conseillerai aussi l'excellent film de Carol Reed : Le troisième homme à ceux et celles qui ne l'ont pas vu

Mais comme dans l'analyse de Freddy Buache citée par pykov, je pense qu'on ne peut pas réduire La marque jaune à son anecdote, au simple polar SF :
Je suis persuadé notamment qu'il existe un lien entre le Olrik/Guinea Pig de La marque jaune et Oswald Mosley
(personnage que je connais bien pour avoir écrit mon mémoire de maîtrise dessus).

J'avais même commencé à écrire un article sur ce sujet mais il faudrait que je le complète/mette en forme...
oui, fais-le vite, çà s'annonce passionnant! :p
Il est de notoriété publique que la véritable passion des Hobbits est la boustifaille. C'est une rumeur plutôt injuste car nous avons aussi développé un intérêt certain dans le brassage de la bière et le fumage de l'herbe a pipe.
Avatar du membre
Erca
Modérateur
Modérateur
Messages : 2269
Enregistré le : 09 août 2010, 02:03
Localisation : Paris

Re: Storyboard - Le cinéma d'Edgar

Message par Erca »

Le papier que publie Archibald était vraisemblablement lié à un festival organisé en 2004 et consacré aux inspirations cinématographiques de Jacobs : voir cet article d'ActuaBD.
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Répondre

Retourner vers « Adaptation cinématographique »