L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Répondre
Avatar du membre
Erca
Modérateur
Modérateur
Messages : 2178
Enregistré le : 09 août 2010, 02:03
Localisation : Paris

L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par Erca » 02 août 2012, 21:21

L'apocalypse est un évènement récurrent dans la série, particulièrement chez Jacobs. C'est d'ailleurs avec des scènes de destruction massive que débute la série suite à l'attaque mondiale de l'Empire jaune dans Le Secret de l'Espadon. Mais si la désolation guerrière finira dans cet album par être réparée et même vengée par le raid final des Alliés, Jacobs donnera à voir à plusieurs reprises des situations apocalyptiques qui seront cette fois beaucoup plus graves et avec des conséquences bien plus durables. C'est l'occasion pour lui de révéler comment il voit les hommes s'organiser dans un monde utopique, après des conditions extrêmes de "tabula rasa", voire de donner quelques indications de la société idéale telle qu'il l'imagine.


L’Énigme de l'Atlantide

Le prince Icare raconte (planches 19 et 20) comment une comète géante a provoqué la chute d'un satellite terrestre qui a plongé l'Atlantide au fond de l'océan dans des conditions pour le moins épiques. La civilisation atlante doit finalement son salut à un groupe de mages et d'astronomes ayant survécu sur le mont Poséïdon et qui, « plutôt que de demander asile à leurs anciens vassaux, décidèrent de s'enfoncer dans les entrailles de la terre, pour y fonder un empire nouveau, celui du Savoir et de la Sagesse » (planche 20, vignette C2). On ignore qui étaient les anciens vassaux auxquels Icare fait allusion (s'agissait-il donc de savants étrangers ?), de même qu'on ignore comment était organisée la première société atlante.

Néanmoins, on sait que celle que visitent Blake & Mortimer est organisée avec à sa tête un monarque, le « Basileus » (assisté d'un Grand Conseil), titre qui confirme par son usage historique le caractère impérial du régime (voir planche 19, vignette D2 : les « diverses provinces de l'Empire »). On a tout de même du mal à voir en quoi l'Atlantide peut justifier le qualificatif d'Empire, qui renvoie généralement à l'expansionnisme ou au colonialisme, d'autant qu'Icare parle du peuple atlante comme unifié, sans distinction en son sein (cf. planche 20, vignette D1). On le comprend mieux quand il en vient à aborder le cas des Barbares (planche 27), même s'il n'est pas très clair à leur sujet. Les premiers Atlantes les auraient semble-t-il « refoulés » et « colonisés » (ce qui peut paraître contradictoire). Après l'engloutissement, plusieurs des princes barbares ont fait le choix de rejoindre les mages de Poséïdopolis dans les entrailles de la Terre, et les deux peuples ont alors vécu ensemble avant que le conflit ne reprenne à l'initiative des Barbares, et que la division ne se fasse de nouveau.

Sur le plan technologique, on ne peut que constater l'énorme avance des Atlantes sur les Barbares, et donc la fidélité de la civilisation atlante au projet des mages qui la refondèrent. A la fin de l'aventure, ce sera d'ailleurs de nouveau aux savants atlantes que la civilisation devra son salut, selon les mots du Basileus planche 57 : « Le traître Magon, en livrant la ville aux Barbares, a tranché, sans le vouloir, le dernier lien qui nous rattachait à cette terre ! Nos savants vont donc nous arracher à notre Empire, une fois de plus dévoré par l'océan, pour nous emmener à l'autre bout de la galaxie sur une autre planète plus favorable !... » Sur cette même planche, on apprend effectivement qu'après l'assaut des Barbares, il ne reste plus que quelques survivants du peuple atlante, qui semble bien moins nombreux que ses ennemis héréditaires.

Il est intéressant de noter que l'Empire atlante a été débordé par une coalition adverse dans ses velléités impériales, puisque les rebelles atlantes rangés derrière Magon entendent ni plus ni moins que faire main basse sur la surface de la planète. En l'apprenant, le Basileus ne pourra s'empêcher de condamner l'orgueil des traîtres (cf. planche 56). D'après le phulacontarque, ce ne serait pourtant que reprendre le projet atlante originel (cf. planche 31) : « Comme moi, vous refusez de suivre le tyran actuel dans ses projets insensés [dont on ne saura jamais rien]. Comme moi, vous voulez remonter vers la lumière, reprendre aux Terriens l'espace qu'ils ont usurpé et voir à nouveau la puissante Atlante imposer sa loi au monde. »


Le Piège diabolique

Focas raconte à Mortimer (planche 36) comment, suite à un conflit nucléaire généralisé au 21ème siècle, la race humaine a profondément dégénéré avant qu'un « chef énergique » issu d'un « noyau de civilisation » persistant en Asie n'entreprenne de « réorganiser l'humanité sur le modèle de la fourmilière ». Ce projet, qu'on peut qualifier d'impérialisme caricatural, s'est concrétisé dans une société dirigée par un « Guide sublime » assisté d'une « caste de fonctionnaires, technocrates et policiers » régnant « sur une masse abêtie et terrorisée, appelée les "Assujettis" », autrement dit une oligarchie tout aussi caricaturale. La résistance s'est organisée autour de Focas, un chef que Gérard Lenne décrit de la manière suivante dans le hors-série de Sciences & Vie consacré à la science dans Blake & Mortimer (voir Jacobs et la science) :
Gérard Lenne a écrit :On pourrait penser qu'après de nouvelles apocalypses procurées par la science militarisée, et dont Jacobs nous offre un tableau saisissant, les peuples n'auraient pas choisi un savant pour leur montrer la voie de la délivrance. Mais c'est à ce moment que l'auteur désigne sa figure du scientifique de rêve : haute silhouette et crâne rasé à l'asiatique, sans oublier la tunique jaune comme celles des bonzes, Focas est à la fois un savant et un sage - ce qui lui donne tous les atouts pour être un conducteur d'hommes, un guide. Edgar P. Jacobs dévoile ainsi sa croyance profonde, sa conception proprement sacrée d'une science assimilée à la religion. [Il ajoute les exemples d'Abdel Razek et du Basileus.]

[...] Le monarque éclairé selon Jacobs, et assurément de droit divin, est le parangon de tous les hommes de science. C'est le prêtre-guide.
Focas révèle en effet planche 36 qu'il est ni plus ni moins qu'un "maître de la biologie mondiale". Et bien entendu, Mortimer, dont l'aide sera décisive pour le salut des Assujettis, est un autre scientifique éminent.

L'Etrange Rendez-Vous

C'est au docteur Z'ong de décrire cette fois-ci comment, après un conflit atomique généralisé et une dégénérescence comparable à celle contée par Focas (voir ce sujet pour une comparaison entre les futurs proposés par Jacobs et Van Hamme), l'humanité s'est reprise en mains en « tourn[ant] la science vers d'autres directions » ; comprenons d'autres que celles de l'arme atomique (qu'elle ne sait d'ailleurs pas reproduire par elle-même puisqu'elle a l'intention de subtiliser des bombes H aux Terriens du 20ème siècle afin de faire chanter les gouvernements de l'époque, comme l'expose Blake planche 51). La société terrienne du 81ème siècle a atteint une avancée technologique inédite, mais doit en même temps faire face à une situation démographique et environnementale catastrophique (cf. planche 39). Elle fait donc resurgir le projet impérial absolu (conquérir la Terre de 1954) en avançant l'argument de l'espace vital nécessaire (Z'ong insiste pour dire que les congénères de Mortimer ne leur ont "pas laissé le choix", cf. planche 39).


Le Sanctuaire du Gondwana

Le récit de la Vie planche 45 donne à voir une civilisation manifestement proche du peuple atlante sur les plans technologique et architectural. En fait, elle a même « appris à maîtriser toutes les forces physiques, chimiques et biologiques de la planète », mais cela au profit seulement d'une « caste » qui n'est pas sans rappeler l'oligarchie au pouvoir dans le futur du Piège diabolique. Néanmoins, la situation est plus complexe que chez Jacobs car au sein cette caste, des élites savantes ont vu un grave danger venir et l'ont prévenu en fabriquant la couveuse qui générerait une nouvelle humanité. Et ce sont les « exclus » qui sont responsables de la fin de cette première civilisation. La Vie finira par s'irriter de l'exemple donné par les intrus au sein de la couveuse (planche 49) : « La deuxième génération humaine n'a absolument pas évolué par rapport à la première. L'homme est toujours guidé par ses intérêts personnels, qu'ils soient vénaux ou scientifiques. Chacun veut atteindre son but et personne ne se soucie d'harmonie. Vous êtes affligeants ! Une fois de plus, l'homme a mis son cerveau au seul service de la technologie. Votre puissance d'autodestruction a augmenté sans que vos pulsions animales évoluent. Si votre attitude face à la vie ne change pas, dans moins de deux siècles vous aurez provoqué un nouveau cataclysme planétaire qui effacera la deuxième humanité de la surface de la Terre. » Le message ressemble ainsi à celui des albums précédents.


Conclusion

Au sujet de Jacobs tout d'abord, on peut dire qu'il se dégage de son oeuvre l'idéal d'une société dirigée par une élite à la fois savante et pacifique (cf. Icare qui condamne la haine et la sottise comme les deux principaux fléaux de l'humanité au terme de L’Énigme de l'Atlantide). En effet, pour Jacobs, le problème ne vient nullement de la science elle-même, mais de l'usage qu'on en fait : Mortimer se sert de l'énergie atomique pour libérer les Assujettis dans Le Piège diabolique, tandis que les Atlantes maîtrisent eux aussi cette énergie, Icare s'inquiétant planche 20 de l'utilisation irraisonnée qui en est faite par les hommes de la surface ; de son côté, Blake affirmera explicitement dans l'épilogue de La Marque jaune que la science doit servir le progrès et l'humanité avant tout (voir Jacobs et la science). Sur le plan international, on constate son attrait pour l'Empire moins pour son caractère expansionniste (qu'il condamne fermement à travers les velléités de domination totale des Jaunes, des Atlantes rebelles ou de la caste du Guide sublime dans Le Piège diabolique) que pour sa capacité à apporter (certes de manière assez peu pacifique) la technologie et la connaissance aux peuplades voisines. C'est la déduction que je tire non seulement des liens entre Atlantes et Barbares, mais aussi de ce que l'on sait de sa fascination pour l'Empire britannique, qui l'a fait choisir deux héros britanniques et commencer la série avec un album où les Britanniques figurent semble-t-il à la tête du monde libre. En fin de compte, on retrouve la même logique sur le plan interne aux sociétés que sur le plan externe : le bien des hommes est identifiable par un groupe précis auquel il s'agit de remettre le pouvoir, mais celui-ci ne résistera au chaos que s'il agit dans le sens de l'intérêt général dont il dépositaire. Et pour le bien de l'humanité plus globalement, celle-ci doit s'organiser en plusieurs Empires au sein desquels les nations dites "en avance" doivent dominer les civilisations dites "en retard".

De leur côté, les oeuvres de science-fiction de Jean Van Hamme et Yves Sente sont clairement dans la même veine (condamnation de l'usage guerrier de l'atome + lutte contre un ennemi qui vise à une domination intégrale dans L'Etrange Rendez-Vous ; condamnation de l'usage inconsidéré de la technologie et de la domination d'une oligarchie pour son propre compte + salut de l'humanité par une élite éclairée dans Le Sanctuaire du Gondwana).

N'hésitez surtout pas à amener les corrections et les ajouts nécessaires à ce dossier of course !
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar du membre
Will
Modérateur
Modérateur
Messages : 4595
Enregistré le : 05 août 2010, 06:04
Localisation : Chez Nastasia

Re: L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par Will » 03 août 2012, 05:07

:chap:
Petit Pinailleur , provocateur de chance .
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 5582
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par archibald » 06 août 2012, 18:09

Très belle analyse Erca , chapeau bas :-o
Parmi les scènes apocalyptiques, on pourrait citer l'hystérie quasi collective de la fin dans SOS météores.
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
Erca
Modérateur
Modérateur
Messages : 2178
Enregistré le : 09 août 2010, 02:03
Localisation : Paris

Re: L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par Erca » 06 août 2012, 19:02

archibald a écrit :Parmi les scènes apocalyptiques, on pourrait citer l'hystérie quasi collective de la fin dans SOS météores.
Exact, tu fais bien de le rappeler. Le spectacle donne d'ailleurs lieu à un dialogue entre Pradier et Blake (planche 60) :
Pradier : - Dites donc, Blake, c'est la fin du monde !?!
Blake : - By Jove ! Ca m'en a tout l'air !!!
On a peut-être même affaire à un conflit de courte durée contre l'URSS à la toute fin de l'album (voir mon analyse du mystérieux ennemi de SOS Météores pour plus de détails).

Mais tout cela est heureusement sans conséquences, donc ne peut pas vraiment rentrer dans le cadre de mon analyse sur la vision de la société humaine dans la série.
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar du membre
freric
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 6980
Enregistré le : 04 août 2010, 22:18
Localisation : Paris
Contact :

Re: L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par freric » 06 août 2012, 22:49

Très bonne initiative Monsieur Erca.

:chap:
Image

Pour me joindre taper : fred.centaurclub(a)gmail.com.
centaur club sur facebook
twitter
Avatar du membre
Erca
Modérateur
Modérateur
Messages : 2178
Enregistré le : 09 août 2010, 02:03
Localisation : Paris

Re: L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par Erca » 21 juil. 2013, 18:42

Il faut souligner qu'en-dehors d'un contexte ou d'une menace directe d'ordre apocalyptique, l'ombre d'une oligarchie mondiale et omnipotente plane à nouveau sur Les 3 Formules du Professeur Sato, comme l'explique Olrik planche 43 (1ère vignette) :
Olrik a écrit :Apprenez donc qu'il existe une puissante organisation occulte qui réunit sous l'anodine dénomination de "GROUPE SCORPIO" un certain nombre de personnalités internationales, aussi éminentes dans leur domaine respectif que dépourvues de scrupules. Ce groupe vise à l'établissement d'un pouvoir mondial d'un type inédit : la CYBERTECHNOCRATIE, d'où l'intérêt qu'il porte aux travaux du professeur Sato... Il va sans dire que l'objectif du "GROUPE" est l'exploitation totale et systématique, à son profit exclusif, des ressources de la planète...
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
sabahat
Momie de Grossgrabenstein
Momie de Grossgrabenstein
Messages : 1
Enregistré le : 06 nov. 2014, 10:56

Re: L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par sabahat » 06 nov. 2014, 10:58

J'aime beaucoup le troisième projet.

Je ne sais s'il aurait fait une meilleurs couverture mais, en tout cas, ce dessin aurrait mérité d'être inclue dans l'album (evidement encrée et coloré) sur une pleine page en point d'orgue de ce momant du récit (...un peu comme dans les premières hisoires de la série).
If you are looking for fast success in C_TFIN52_65 exams then join today to explore complete ECCOUNCIL resources and pass Kyoto University on first try. A person can chose Youtube Best Wishes.
Avatar du membre
Alhellas
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 257
Enregistré le : 08 juil. 2014, 09:55
Localisation : Haute-Savoie

Re: L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par Alhellas » 11 nov. 2014, 11:13

Erca a écrit :Il faut souligner qu'en-dehors d'un contexte ou d'une menace directe d'ordre apocalyptique, l'ombre d'une oligarchie mondiale et omnipotente plane à nouveau sur Les 3 Formules du Professeur Sato, comme l'explique Olrik planche 43 (1ère vignette) :
Olrik a écrit :Apprenez donc qu'il existe une puissante organisation occulte qui réunit sous l'anodine dénomination de "GROUPE SCORPIO" un certain nombre de personnalités internationales, aussi éminentes dans leur domaine respectif que dépourvues de scrupules. Ce groupe vise à l'établissement d'un pouvoir mondial d'un type inédit : la CYBERTECHNOCRATIE, d'où l'intérêt qu'il porte aux travaux du professeur Sato... Il va sans dire que l'objectif du "GROUPE" est l'exploitation totale et systématique, à son profit exclusif, des ressources de la planète...

Je me suis toujours demandé, et excusez-moi si le sujet a déjà été abordé, s'il pouvait y avoir même très légère une "influence" Ian Fleming : les personnages héros sont Anglais , Blake fait partie des services secrets de sa Majesté, les méchants" sont une puissance étrangère, il y a quelques scénarii (SOS Météores, Les 3 formules du P. SATO) où James Bond (des années 60, dates des premiers film)aurait aussi pu sauver le monde. Car finalement B&M sont continuellement en train de sauver notre civilisation. Par ailleurs le "Groupe Scorpio" me fait penser à une autre entité appelée "SPECTRE" dans les James Bond.
Avatar du membre
Erca
Modérateur
Modérateur
Messages : 2178
Enregistré le : 09 août 2010, 02:03
Localisation : Paris

Re: L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par Erca » 12 nov. 2014, 22:31

N'ayant pas lu Ian Fleming, je ne saurais te répondre sur ce point...
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
mokenamoke
Membre du MLC
Membre du MLC
Messages : 685
Enregistré le : 30 juin 2012, 12:33

Re: L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par mokenamoke » 02 mai 2015, 09:17

Ici il y a des commentaires intéressants :
http://www.davonline.com/chroniques/bla ... r_bd.shtml
J'ai trouvé cet article en cherchant à savoir pourquoi B&M avait été interdit par la censure en France, et pourquoi uniquement en France. Il y a des "explications" partout mais aucune n'est vraiment satisfaisante : ça reste toujours dans le vague. Ici aussi : << . . . censure des autorités politiques, dérangées par les scènes finales de La Marque Jaune ou du Piège Diabolique, montrant des images cauchemardesques de dictatures et évoquant le genre d'hommes politiques qui les amènent. >>. Je trouve que tout ça n'explique rien du tout, puisque dans les histoires de Jacobs les dictateurs étaient toujours perdants, la morale était sauve. Bref, je n'ai toujours pas compris les vraies raisons de cette interdiction.
Avatar du membre
Georgevitch-Miloch
Membre du MLC
Membre du MLC
Messages : 658
Enregistré le : 30 déc. 2016, 21:04
Localisation : Sur mon bureau
Contact :

Re: L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par Georgevitch-Miloch » 02 mars 2017, 09:56

:chap: Bravo à toi Erca ! :-o ;) Quelle belle analyse !
Avatar du membre
Erca
Modérateur
Modérateur
Messages : 2178
Enregistré le : 09 août 2010, 02:03
Localisation : Paris

Re: L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par Erca » 02 mai 2017, 01:06

Merci beaucoup ! :)
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar du membre
Kronos
Modérateur
Modérateur
Messages : 2644
Enregistré le : 05 août 2010, 12:10

Re: L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par Kronos » 02 mai 2017, 17:25

mokenamoke a écrit :Ici il y a des commentaires intéressants :
http://www.davonline.com/chroniques/bla ... r_bd.shtml
J'ai trouvé cet article en cherchant à savoir pourquoi B&M avait été interdit par la censure en France, et pourquoi uniquement en France. Il y a des "explications" partout mais aucune n'est vraiment satisfaisante : ça reste toujours dans le vague. Ici aussi : << . . . censure des autorités politiques, dérangées par les scènes finales de La Marque Jaune ou du Piège Diabolique, montrant des images cauchemardesques de dictatures et évoquant le genre d'hommes politiques qui les amènent. >>. Je trouve que tout ça n'explique rien du tout, puisque dans les histoires de Jacobs les dictateurs étaient toujours perdants, la morale était sauve. Bref, je n'ai toujours pas compris les vraies raisons de cette interdiction.
Après guerre, en France, la Censure regardait d'un oeil très stalinien tout ce qui paraissait dans les journaux/magazines estampillés "Jeunesse", comme le journal Tintin, hélas...
Aussi, chaque fois que ces messieurs de la Censure voyaient un détail qui pouvait laisser penser que, peut-être nos chères petites têtes blondes d'alors auraient pu faire des cauchemars ou avoir des idées..., hop, on coupait allègrement ou on interdisait ! Tout simplement.
Et, il est un fait que l'ombre menaçante de Guinea Pig s'étendant sur Londres (MJ) ou la vision des cuisses dénudées d'une célèbre danseuse (MJ), ou des visions d'apocalypse ou de dictature (pourtant omni-présentes dans le Monde d'alors !!!) apparaissant dans un support "Jeunesse", ne pouvaient y échapper
Il n'y a pas d'autre raison, plus ou moins alambiquée, à chercher à cette censure d'état qui était déjà précédée par la censure interne menée par Anastasia...
Avatar du membre
Georgevitch-Miloch
Membre du MLC
Membre du MLC
Messages : 658
Enregistré le : 30 déc. 2016, 21:04
Localisation : Sur mon bureau
Contact :

Re: L'apocalypse et la société humaine dans Blake & Mortimer

Message par Georgevitch-Miloch » 02 mai 2017, 20:19

Erca a écrit :Merci beaucoup ! :)
Mais de rien ! ;) C'était et c'est un plaisir de voir cette étude ;) :p :chap:
Répondre

Retourner vers « Les dossiers du Centaur Club »