Le message de jean Van Hamme pour les 10 ans du centaurclub.

Scénariste.
Répondre
Avatar du membre
freric
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 8084
Enregistré le : 04 août 2010, 22:18
Localisation : Paris
Contact :

Le message de jean Van Hamme pour les 10 ans du centaurclub.

Message par freric »

Jean Van Hamme a écrit :
Ah, le Centaur Club à Picadilly !... Ce refuge so british où l'éternel James nous accueille dans ces salons feutrés où, enfoncés dans ses profonds fauteuils nous dégustons notre apéritif avant de passer à table…

Ce club fait partie de la légende jacobsienne et pourtant le maître ne nous y a emmené qu'une seule fois, dans la Marque Jaune, le temps de comprendre que Blake en est membre tandis que Mortimer n'y est qu'invité.

Ayant travaillé à Londres dans une autre vie, mais sans réussir à m'y faire accepter, je n'ai cependant pas pu résister à l'envie de retrouver le Centaur Club dans l'Affaire Francis Blake, où nos deux héros y dînent en dégustant un Pomerol 1947.

Sente et Juillard sont allés plus loin dans l'audace à l'occasion de la Machination Voronov en précisant qu'ils y mangent un gigot d'agneau arrosé cette fois de Saint Emilion 1947, cette grande année restant apparemment la favorite de James.

S'en suit un troublant silence de plusieurs années, que je finis par rompre à la fin des Trente deniers en révélant que le chef, lassé de la monotonie de sa carte, fait annoncer par James que ce soir-là il y aura des brochettes à la grecque. Cet audacieux écart à la tradition est apparemment resté inaperçu de la presse internationale, pourtant toujours avide de scandales.

Hélas, peut-être par précaution, le silence sur le Centaur Club perdure, annonciatrice d'un confinement dévastateur. Ni Sente, et encore moins Jean Dufaux ou François Schuiten, ne le rompent. Alors, saisi d'un profond sentiment de nostalgie frustrée, j'ai décidé de réagir.

Donc dans mon Dernier Espadon à paraître en 2021, le professeur Mortimer va oser se plaindre du manque de variété de la cuisine des clubs anglais en général et du Centaur Club en particulier, au risque de voir sa candidature de membre (il n'est toujours qu'invité) rejetée avec fracas. Les Editions Blake et Mortimer en vacillent déjà, craignant une fatwa de Boris Johnson.
Enfin, on verra bien.
Hope for the best,

Jean Van Hamme
Merci à Jean Van Hamme pour ce message.
Image

Pour me joindre taper : fred.centaurclub(a)gmail.com.
centaur club sur facebook
twitter
ccharlie
Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1
Messages : 28
Enregistré le : 07 août 2020, 13:06

Re: Le message de jean Van Hamme pour les 10 ans du centaurclub.

Message par ccharlie »

Gentille attention, Merci à lui
Avatar du membre
Kronos
Modérateur
Modérateur
Messages : 2991
Enregistré le : 05 août 2010, 12:10

Re: Le message de jean Van Hamme pour les 10 ans du centaurclub.

Message par Kronos »

freric a écrit :
17 août 2020, 16:29
Jean Van Hamme a écrit :
Ah, le Centaur Club à Picadilly !... Ce refuge so british où l'éternel James nous accueille dans ces salons feutrés où, enfoncés dans ses profonds fauteuils nous dégustons notre apéritif avant de passer à table…

Ce club fait partie de la légende jacobsienne et pourtant le maître ne nous y a emmené qu'une seule fois, dans la Marque Jaune, le temps de comprendre que Blake en est membre tandis que Mortimer n'y est qu'invité.

Ayant travaillé à Londres dans une autre vie, mais sans réussir à m'y faire accepter, je n'ai cependant pas pu résister à l'envie de retrouver le Centaur Club dans l'Affaire Francis Blake, où nos deux héros y dînent en dégustant un Pomerol 1947.

Sente et Juillard sont allés plus loin dans l'audace à l'occasion de la Machination Voronov en précisant qu'ils y mangent un gigot d'agneau arrosé cette fois de Saint Emilion 1947, cette grande année restant apparemment la favorite de James.

S'en suit un troublant silence de plusieurs années, que je finis par rompre à la fin des Trente deniers en révélant que le chef, lassé de la monotonie de sa carte, fait annoncer par James que ce soir-là il y aura des brochettes à la grecque. Cet audacieux écart à la tradition est apparemment resté inaperçu de la presse internationale, pourtant toujours avide de scandales.

Hélas, peut-être par précaution, le silence sur le Centaur Club perdure, annonciatrice d'un confinement dévastateur. Ni Sente, et encore moins Jean Dufaux ou François Schuiten, ne le rompent. Alors, saisi d'un profond sentiment de nostalgie frustrée, j'ai décidé de réagir.

Donc dans mon Dernier Espadon à paraître en 2021, le professeur Mortimer va oser se plaindre du manque de variété de la cuisine des clubs anglais en général et du Centaur Club en particulier, au risque de voir sa candidature de membre (il n'est toujours qu'invité) rejetée avec fracas. Les Editions Blake et Mortimer en vacillent déjà, craignant une fatwa de Boris Johnson.
Enfin, on verra bien.
Hope for the best,

Jean Van Hamme
Très bel hommage à Jacobs, au Centaur (le nôtre et celui d'EPJ) et à notre bô Forum
Peut-être enverra-t-on enfin un peu plus de ce Club très sélect dans son dernier Espadon...?
Répondre

Retourner vers « Jean Van HAMME. »