Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Scénario : E.P. JACOBS
Dessin : E.P. JACOBS
Avatar du membre
Kronos
Modérateur
Modérateur
Messages : 2951
Enregistré le : 05 août 2010, 12:10

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par Kronos »

XI – La phrase du Cesar

Afin de passer pour de simples promeneurs, ils parquèrent la voiture de l’autre coté de la Seine.
Au sommet d’une pente rude Julien s’arrêta pour examiner le plan qu’il avait acheté au château.
- Nous sommes bien au bon endroit je pense, mais, mis à part une belle vue, il n’y a rien.
- Je ne comprends pas, une indication a dû nous échapper.
- Peut-être sur la colonne, il faudrait retourner voir.
- Attendez ! Quand j’ai étudié l’original de la colonne, quelque chose m’a intriguée.
Elle pianota sur son i-phone.
- Voila, Trajan a fait écrire quelque chose sur son socle, le début du texte est limpide mais la fin est toujours restée un mystère pour les historiens :
«« SENATUS POPULUSQUE ROMANUS IMP CAESARI DIVI NERVAE F NERVAE TRAIANO AVG GERM DACICO PONTIF MAXIMO TRIB POT XVII IMP VI COS VI P P ADDECLARAENDVM QVANTAE ALTITVDINIS MONS ET LOCUS TANT […] IBUS SIT EGESTUS »».
Elle traduisit :
«« Le Sénat et le Peuple romain à l’Empereur Cesar Nerva Trajan Auguste, fils du divin Nerva, vainqueur des Germains et des Daces, Grand Pontife par la puissance tribunitienne pour la dix-septième fois, empereur et désigné consul pour la sixième, et Père de la Patrie, afin d’indiquer à quelle hauteur se trouvaient la colline et le lieu qui ont été creusés par de si grands travaux »».
- Oui, et ?
- Vous ne comprenez pas ? La hauteur de la colonne indique à quelle hauteur est la cache par rapport à la colline.
- Vers le haut ou le bas ?
- La colonne fait trente mètres, donc il faut chercher en bas. Regardez, ça doit donner sur cette plate-forme que l’on voit en contrebas.
Un sentier tortueux descendait directement du promontoire, après plusieurs difficultés, ils se retrouvèrent au pied de la barre rocheuse.
- Nous ne sommes pas bien avancés, il n’y a toujours rien, dit Julien.
- Rappelez-vous, le texte dit « ont été creusés par de si grands travaux » ; donc il faut creuser.
- Creuser ? Mais avec quoi ?
- J’ai vu une pelle dans votre voiture.
- Mais vous n’y pensez pas, nous sommes sur une roche calcaire ! Que voulez-vous faire avec une pelle !!?
- Je vois, vous ne m’avez suivie que pour m’empêcher d’avancer.
- Mais non…
- Alors donnez-moi vos clefs, je vais aller chercher cet outil et faire le trou moi-même.
- D’accord. Calmez vous, c’est moi qui vais aller la chercher, vous vous restez ici sagement.
- Mais non, je vous accompagne.
- Il y a ceux qui ont la clé de la voiture et ceux qui creusent, gardez vos forces pour creuser.

Enervé, Julien parcouru rapidement la distance le séparant de la voiture. Il démarra et se dirigea vers le pont, sa conduite était nerveuse et rapide, mais il dut ralentir en rejoignant un autre véhicule.
Derrière lui, une grosse berline fit fonctionner son avertisseur. Julien préparait un geste déplacé quand celle-ci le dépassa à grande vitesse et s’engagea sur le pont. Un crissement de pneus se fit alors entendre. La BMW sombre s’était immobilisée en travers du pont. Julien se retrouva bloqué derrière la voiture qu’il suivait. Il vit le conducteur de la BMW quitter son véhicule en courant ; une minute plus tard, celle-ci prenait feu…

- Détachez-moi !
Genoffa avait déjà crié les mêmes mots une bonne dizaine de fois depuis que ces hommes l'avaient capturée au pied du promontoire.
- Nous ne vous aurions pas lié les mains si vous n'aviez pas griffé deux de mes hommes.
- Je ne les aurais pas griffés si mon professeur de self-défense n'avait pas été un escroc.
- Je vous confirme que c'en est un. Mais maintenant silence ! Ou je vous bâillonne.
Genoffa n'eut d'autre recours que de se taire. Sur certains de ses agresseurs, elle avait reconnu la tenue des hommes rencontrés dans le bunker ; ils étaient bien équipés et renseignés. Un appareil géré par ordinateur leur avait indiqué la présence d'une cavité sous la falaise, mais aussi une galerie y conduisant. A une vingtaine de mètres de la falaise, deux d'entre eux plaçaient, au-dessus de son entrée, ce qui ressemblait à des charges d'explosif.
Quand ils eurent finit, tous s'éloignèrent, l'un deux prit Genoffa par le bras et la plaça à l'abri.
Le chef les rejoignit en dernier. Il tenait dans une main une sorte de télé-commande, et dans l'autre un téléphone. Elle l'entendit prononcer :
- Top.

Sur le pont un attroupement s’était formé autour de la voiture. Julien fut intrigué par un homme qui téléphonait en observant la falaise. Il le vit raccrocher, jeter quelque chose dans la voiture et s’éloigner. D’instinct, il se baissa juste avant que la voiture explose.

Genoffa crut entendre une explosion avant celle de la cavité. Alors que les hommes sautaient déjà dans le trou, elle cria à son geôlier :
- La discrétion n’est pas votre fort, vous devriez me libérer avant l’arrivée de la police.
- Avez-vous remarqué comme les mots discrétion et diversion se ressemblaient ? Le poste de police est de l’autre coté du pont ; ils croiront que l’explosion vient du véhicule qui y bloque le passage. Nous avons tout notre temps et, regardez, mes hommes remontent déjà quelque chose.
Sur le pont, Julien s’était approché pour voir s’il y avait des blessés mais, en regardant machinalement l’endroit où il avait laissé Genoffa, il distingua une légère fumée. Immédiatement il courut vers sa voiture, froissa quelques tôles en la dégageant, puis accéléra en direction de l’amont à la recherche d’un autre pont. En ville, des sirènes deux tons commencèrent à se faire entendre.
Genoffa observait les hommes qui l’avaient délaissée pour contempler leur butin : quatre grandes amphores antiques. Deux d’entre elles étaient éventrées et vides, le contenu des autres semblait décevoir leurs nouveaux acquéreurs.
Leur chef s’approcha d’elle, visiblement irrité.
- C’est vous, n’est-ce pas ? Qu’avez-vous fait du contenu des amphores ?
- Qui êtes-vous ? Vos hommes parlent anglais, d’où venez-vous ?
- Langley, Virginie.
- La C.I.A. !? Vous allez me torturer ? !
Il leva les yeux au ciel, sourit et répondit d’un air narquois.
- J’ai oublié mes outils à Guantanamo. Dites-moi simplement ce que vous avez trouvé. Où est votre complice ? Y a-t-il une autre entrée ?
- Nous n’avons rien trouvé, vous êtes arrivés juste après nous. Je n’ai rien à vous dire.
Il prit un air plus aimable.
- Vous êtes italienne, n’est-ce pas ?
- Oui.
- Alors vous êtes nos alliés, pourquoi refusez-vous de nous aider, alors que vous collaborez avec les Services Français ?
- Où êtes-vous allé chercher ça ? Je suis historienne, je ne connais aucun agent, qu’il soit Français, Italien ou Azerbaidjanais.
L’homme parut incrédule puis étonné, et enfin éclata de rire. Redevenu sérieux, il sourit légèrement et exhiba une photo.
- Julien Dorval, ancien Commando Hubert, dix ans de service actif avant d’être recruté par la D.G.S.E. Je croyais que les Français confiaient tout sur l’oreiller ?
Cette révélation fut un choc pour Genoffa, mais pas suffisant pour qu’elle laisse passer l’allusion qui l’accompagnait.
- Nous ne couchons pas ensemble, goujat !
- Ceci explique cela.
De rage, Genoffa tenta de se jeter sur lui, mais il tomba soudain à ses pieds comme une masse. Elle se recula d’un bond pour s’adosser à la falaise ; en face d’elle, les trois autres hommes gisaient au sol, inanimés. Du sang coulait du cou de son interlocuteur.
Plusieurs hommes armés sortirent des bois avoisinants et se répartirent sur les cadavres de leurs victimes. Celui qui s’était dirigé vers le chef remarqua Genoffa. La menaçant de son arme, il l’interpella violemment dans cette langue des Pays de l’Est qu’elle avait déjà entendue. Constatant qu’elle était entravée, il la laissa pour rejoindre ses complices afférés autour des amphores.
Oubliant la peur qui l’avait saisie, la jeune Italienne se précipita vers l’Américain et constata avec soulagement qu’il était encore en vie. Avec ses deux mains liées, elle souleva délicatement sa tête, les yeux de l’homme s’ouvrirent doucement.
- Ne bougez pas, ils sont encore là. Où êtes vous touché ?
- Peu importe, je sais que c’est fatal. Ne craignez rien, ils ne vous tueront pas tant qu’ils croiront que vous savez quelque chose.
- Que pourrais-je savoir qui vaille la mort d’un homme ? Que cherchez-vous qui vaille la vôtre ?
Il la regarda dans les yeux puis saisit la croix qu’elle portait autour du cou.
- Vous y croyez ?
- Oui.
- Nous, nous croyons en ceci. Il sortit une feuille pliée de sa poche et la lui donna.
- Qui « vous » ? La C.I.A. ?
- Non, le Peuple américain.
L’artère qu’elle frôlait de ses doigts cessa ses tressaillements ; Genoffa fondit en larme.

Julien perdit beaucoup de temps mais, passant par l’extrémité Est du sentier, réussit à s’approcher silencieusement du groupe.
Les mains toujours liées, Genoffa avait été laissée sans garde pendant que les agresseurs faisaient disparaître les corps dans la cavité. Pour être libre de leurs mouvements, ils avaient groupé leurs fusils en faisceaux.
Julien songea à les menacer de son arme, mais il redoutait que les tueurs utilisent la jeune fille comme bouclier.
Il se souvint de ses années de Marine et de son instructeur, un premier maître bardé de médailles :
« Quand on tire, on tire, on ne raconte pas sa vie ».
Contrairement à ce que l’on voit dans les séries policières, le premier réflexe d’un homme aguerri dans ce cas est de se mettre à l’abri pour identifier l’origine du tir.
La situation était favorable, leur direction de fuite étant à l’opposé des armes. Par contre, la distance était trop importante pour un tir à l’arme de poing mais, pour Julien, il s’agissait simplement de viser suffisamment juste pour ne pas toucher Genoffa. Il valait mieux aussi qu’il évite de toucher un de ses agresseurs, car le soutien à un camarade blessé pouvait amener à des actes courageux imprévisibles.
Julien fit donc feu sous un angle crédible mais inoffensif.
Genoffa bondit, entendit plusieurs balles ricocher sur la roche et vit un homme tomber alors que ses complices disparaissaient dans l’angle mort du plateau.
- Genoffa ! Vite, courrez vers moi !
La jeune fille hésita le temps d’être sûre que les tirs avaient cessé puis, une main la saisit violement pour la tirer dans le sentier. Elle reconnut Julien. Cherchant à garder son équilibre dans la course qui s’engageait, elle cria :
- Vous avez tué un homme !
- Non, j’ai sauvé une femme. On va reprendre le sentier par lequel nous sommes descendus.
- Mais il est trop raide, ils vont nous rattraper, vous êtes fou !
- Oui, mais eux ne le savent pas, je compte qu’ils continuent tout droit.
Peu après avoir bifurqué Julien s’arrêta pour couper les liens de la jeune fille.
- Dépêchez-vous, ils vont nous rejoindre.
- Ne vous inquiétez pas, ils ne savent pas à quoi ils se heurtent, ils ne peuvent donc se ruer dans les bois sans précaution. Nous allons nous cacher un peu plus haut, il y a une sorte de grotte sous une grosse pierre.
Avatar du membre
Alhellas
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 397
Enregistré le : 08 juil. 2014, 09:55
Localisation : Haute-Savoie
Contact :

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par Alhellas »

D'après ce que j'ai trouvé, au lieu de "DACICOPONTIF " dans ton texte, j'écrirai plutôt "DACICO PONTIF ". Les mots sont séparés par des points sur la stèle. Or, à cet endroit, la stèle est fendue et le point semble avoir disparu...
Capture d’écran 2020-01-21 à 20.26.23.png
Capture d’écran 2020-01-21 à 20.30.04.png
de plus, le titre "la phrase du César" me gène...
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6172
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par archibald »

-J’ai vu une pelle dans votre voiture.
- Mais vous n’y pensez pas, nous sommes sur une roche calcaire ! Que voulez-vous faire avec une pelle !!?
- Je vois, vous ne m’avez suivie que pour m’empêcher d’avancer.
- Mais non…
- Alors donnez-moi vos clefs, je vais aller chercher cet outil et faire le trou moi-même.
- D’accord. Calmez vous, c’est moi qui vais aller la chercher, vous vous restez ici sagement.
- Mais non, je vous accompagne.
- Il y a ceux qui ont la clé de la voiture et ceux qui creusent, gardez vos forces pour creuser.

Enervé, Julien parcouru rapidement la distance le séparant de la voiture. Il démarra et se dirigea vers le pont, sa conduite était nerveuse et rapide, mais il dut ralentir en rejoignant un autre véhicule.
Il y a un petit truc qui grince dans les rouages de ma compréhension . Si la pelle est dans la voiture , pourquoi Julien démarre? La pelle serait-elle dans la voiture laissé au Bunker? Il eut alors été plus simple d'emmener Genoffa pour ramener et la pelle , et la voiture ... Mais bon je pinaille un peu trop ...
Sinon j'aime bien la référence à Sergio Leone.... :lol:

Sinon je suis allé revoir le une reproduction du tableau de Lionel Rocher ? C'est assez bluffant.
Surtout quand on regarde le guerrier devant Labienus dont le regard semble ignorer le chaeval et le cavalier pour regarder plus loin .
Dis-moi , Lionel Royer aurait-il lu ta nouvelle avant nous ? :D
Image
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
Kronos
Modérateur
Modérateur
Messages : 2951
Enregistré le : 05 août 2010, 12:10

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par Kronos »

Alhellas a écrit :
21 janv. 2020, 20:31
D'après ce que j'ai trouvé, au lieu de "DACICOPONTIF " dans ton texte, j'écrirai plutôt "DACICO PONTIF ". Les mots sont séparés par des points sur la stèle. Or, à cet endroit, la stèle est fendue et le point semble avoir disparu...Capture d’écran 2020-01-21 à 20.26.23.pngCapture d’écran 2020-01-21 à 20.30.04.png

de plus, le titre "la phrase du César" me gène...
Tu as parfaitement raison, Alhellas.
Il doit y en avoir d'autres... Tout chose faite de main d'homme est, par principe, soumise aux aléas de l'erreur
Avatar du membre
Kronos
Modérateur
Modérateur
Messages : 2951
Enregistré le : 05 août 2010, 12:10

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par Kronos »

archibald a écrit :
22 janv. 2020, 07:27
-J’ai vu une pelle dans votre voiture.
- Mais vous n’y pensez pas, nous sommes sur une roche calcaire ! Que voulez-vous faire avec une pelle !!?
- Je vois, vous ne m’avez suivie que pour m’empêcher d’avancer.
- Mais non…
- Alors donnez-moi vos clefs, je vais aller chercher cet outil et faire le trou moi-même.
- D’accord. Calmez vous, c’est moi qui vais aller la chercher, vous vous restez ici sagement.
- Mais non, je vous accompagne.
- Il y a ceux qui ont la clé de la voiture et ceux qui creusent, gardez vos forces pour creuser.

Enervé, Julien parcouru rapidement la distance le séparant de la voiture. Il démarra et se dirigea vers le pont, sa conduite était nerveuse et rapide, mais il dut ralentir en rejoignant un autre véhicule.
Il y a un petit truc qui grince dans les rouages de ma compréhension . Si la pelle est dans la voiture , pourquoi Julien démarre? La pelle serait-elle dans la voiture laissé au Bunker? Il eut alors été plus simple d'emmener Genoffa pour ramener et la pelle , et la voiture ... Mais bon je pinaille un peu trop ...
Il est dit - ou pas - que la voiture est restée à quelque distance, en bas du promontoire sur lequel s'élève le château
Julien s'y rend donc et essaie de la rapprocher pour ne pas avoir à se coltiner à nouveau la montée avec la pelle à la main...
Quant à ton analyse des "spectateurs" de la pseudo reddition du Vercingétorix, tu as raison, bien sûr
Avatar du membre
Kronos
Modérateur
Modérateur
Messages : 2951
Enregistré le : 05 août 2010, 12:10

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par Kronos »

Aujourd'hui, dans la foulée, les chaps 12 et 13 que vous attendez tous fiévreusement...

XII – Le terrier du renard

Allongés sous la pierre, le cœur battant, les deux complices attendirent de savoir si on les avait suivis. Un quart d’heure plus tard Julien sortit de la cache :
- Venez, nous pouvons continuer à monter.
- Mais s’ils nous avaient suivis ?
- Ils seraient déjà là, dépêchez-vous !
Au sommet, Julien s’avança sur le promontoire afin d’observer les mouvements adverses ; quelques minutes plus tard, s’étant fait une idée, il rejoignit la jeune femme.
- Ils ont laissé quelqu’un en bas, et deux hommes se dirigent vers l’entrée du chemin militaire qui mène ici.
- Très bien, il ne nous reste donc qu’une échappatoire, poursuivre le chemin où nous sommes en direction de l’amont.
- Peut-être pas… Ils avancent lentement et à pied, ce qui signifie qu’ils attendent certainement que des complices utilisent la voiture pour rejoindre cette extrémité du chemin et venir nous prendre en étau.
- Vous avez une autre solution ?
- Il n’y en a qu’une, pénétrer sur le site militaire ; mon couteau est équipé d’une pince coupante, je vais ouvrir le bas du grillage, nous nous y glisserons.

Julien camoufla le passage avec quelques branches, et tous deux se tapirent dans les bois. Retenant leur souffle, ils virent deux silhouettes les dépasser en se protégeant à tour de rôle.
Julien chuchota :
- Vous en aviez compté combien ?
- Cinq.
- Si l’ont retire celui d’en bas, il en reste deux pour venir dans l’autre sens.
- Vous oubliez de déduire votre victime. Et maintenant ?
- On va se faufiler à l’intérieur, puis faire un trou dans le grillage côté Ouest.
- Et les militaires ? Ils ont dû entendre les coups de feu.
- C’est un risque à courir. Ils ont pour consigne de nous livrer à la Gendarmerie ; cela vaut mieux que d’être tués. Je me suis débarrassé de mon arme, ils n’auront pas grand-chose contre nous.
Se battant avec les feuillages, ils progressaient en essayant de rester en vue du grillage. Des aboiements se firent entendre au loin.
- Qu’est-ce que c’est ?
- L’Armée utilise des chiens pour protéger ses bases.
- Ah oui ! Et ces chiens sont au courant qu’ils sont censés nous remettre à la Gendarmerie ?
- Ils sont très bien entraînés. Couchez-vous, je vais ouvrir le grillage ici, nous allons pouvoir filer à l’anglaise.
Il remarqua la surprise dans l’œil de Genoffa.
- C’est une expression, ça veut dire…
- Je sais, nous avons la même : « andarsene alla francese ». La voiture est loin ?
- Trop, et du mauvais côté. Nous allons prendre au plus court jusqu’à la Seine ; j’ai demandé à Picard de nous y attendre avec la péniche.
- La péniche ! Mais comment a-t-il fait pour arriver si vite ?
- Chut !

Un quart d’heure plus tard, protégés par la Seine, ils naviguaient en direction de Paris. Dans la cabine, la méfiance nouvelle de Genoffa envers Julien avait été moins puissante que son besoin de se blottir entre des bras connus. Après un temps qui lui parut trop court, Julien se dégagea doucement.
- Je vous sers un café, un thé ?
- Vous êtes un espion ?
- Pardon ?
- Les hommes qui ont été tués là-haut… leur chef m’a dit que vous apparteniez aux Services secrets français...
Julien accusa le coup, se retourna vers la cafetière, et remplit deux mugs.
- Et lui, qui était-il ?
- Il prétendait appartenir à la C.I.A.
- C’est bien possible. Vous savez, ma Société m’oblige à voyager dans toutes sortes de pays. J’ai eu l’occasion de rencontrer ces individus. Ils ont des méthodes particulières.
- La torture ?
- Non, la méthode des sectes. Ils vous font douter de tout, jusqu’à ce que vous perdiez confiance, même en ceux qui sont les plus proches de vous. Et quand vous ne croyez plus en rien, vous êtes prêt à vous confier à n’importe qui.
- Vous n’avez pas répondu à ma question.
- Si.
- Comment ça « oui » ?
- Je n’ai pas dit « oui », j’ai dit « si ».
Genoffa prit la tasse qu’il lui tendait, elle était captivée par ses mains, fortes mais avec de longs doigts bien soignés et très mobiles. Elle avait remarqué cela avant tout autre aspect de son physique.
Comme elle le faisait dans ses recherches historiques, entre deux scénarios équiprobables, elle choisit celui qui lui plaisait le plus.
La voix de Picard se fit entendre dans l’interphone qui reliait la cabine à la timonerie :
- Julien ! Je viens d’avoir ma femme au téléphone.
- Où est-elle ?
- Pendant que vous embarquiez, elle a pris le scooter pour voir comment les choses évoluaient.
- Tu lui fais prendre trop de risques...
- Elle sait être discrète. Elle a vu un gars blessé attendre dans une voiture, puis trois autres sont descendus le rejoindre ; la voiture est alors partie en direction de l’aval.
- Peut-être pour récupérer le dernier complice…
- Se sont-ils lancés à notre poursuite ?
Aucune chance, la police a réussi à dégager le pont et les a aperçus. Ce sont eux qui sont poursuivis en ce moment, et si tu montais tu entendrais les sirènes.
Julien resta silencieux un moment. Genoffa l’observait par-dessus le mug qui lui réchauffait les mains. Il lui parut soucieux, comme sur le point de prendre une décision importante.
- Au moins, vous n’êtes pas un assassin.
Julien appuya sur l’interphone.
- Alex, il faut que tu abordes près de ma voiture, je retourne sur les lieux.
- Vous êtes fou ! cria Genoffa.
- Les premiers visiteurs sont morts, les seconds en fuite, et les forces de Police à leurs trousses. Dans quelques heures, l’endroit grouillera de monde mais, en ce moment, il est désert.
- Et les militaires ?
- Leur mission est de protéger leur site... S’ils ont entendu les coups de feu, ils auront mobilisé leurs forces pour cela. Concernant ce qui se passe à l’extérieur, ils vont se reposer sur la Gendarmerie.
- Qui doit être occupée à aider la police... Ça se tient... Je vous accompagne !
- Il n’en est pas question !
- Si !

Le détour par la voiture fut inutile, le couple utilisa l’annexe afin de rejoindre la berge où madame Picard attendait pour l’échanger contre le scooter. Dix minutes plus tard, ils étaient au-dessus de la cavité. Constatant que les amphores étaient bien vides Julien dut se résigner à descendre dans la cavité ; il se tourna vers Genoffa :
- Ça ne va pas être beau à voir, vous voulez rester en haut ?
- C’est profond et je ne suis pas assez forte pour vous tirer, donc il faudra que vous montiez sur mes épaules.
- Ok.
Le couple fouilla l’endroit en essayant de ne pas toucher les corps. Genoffa s’arrêta brusquement braquant sa lampe sur l’un d’eux.
- Regardez ! C’était leur chef.
Julien balaya le corps avec le faisceau de sa torche, puis s’arrêta sur une masse noire posée à côté.
- C’est mon sac ! Ils ont du le garder après le bunker.
- Il y a quelque chose posé dessus.
Genoffa s’accroupit pour s’en saisir et se releva pour s’approcher de Julien.
- C’est un message, vous croyez qu’il est pour nous ?
Julien se plaça dans son dos, orientant la lumière pour l’aider à lire.
- C’est mal écrit, on dirait l’œuvre d’un enfant.
- Ou de quelqu’un plus habitué aux caractères cyrilliques. Lisez.
- J… j’aurai v..os peaux et leurs i… id…?
Julien pris le message…
- Idiomes ! Alors c’est pour vous, dit-il en lui rendant le papier.
Genoffa perplexe empocha l’étrange message pendant que Julien reprenait la fouille de la grotte. Il y avait beaucoup de déchets, de toutes époques, mais la seule trace romaine était une autre amphore brisée. A côté d’elle, Genoffa trouva un cylindre de métal équipé d’une lanière.
- Qu’est-ce que c’est que cette boîte ?
- Belle découverte, on dirait un étui de masque à gaz allemand de la dernière guerre. Qu’y a t-il à l’intérieur ?
- Un masque à gaz ?
- Si vous aviez à trimbaler partout un truc aussi encombrant, vous le limiteriez à cet usage ?
- C’est vrai que ça ferait un sac à main très tendance, mais celui-là ne contient qu’un masque. Je m’attendais à trouver ici des sandales romaines, mais pas un équipement de la Wehrmacht.
- Ce n’est pas si étonnant, ce site a servi de PC de secours au maréchal Rommel pendant le Débarquement. Ils ont dû trouver la cavité, peut-être quand ils ont miné le périmètre.
- Dans ce cas les Nazis n’ont pas dû comprendre la portée du contenu des amphores, sinon ils l’auraient utilisé.
- A moins que Rommel ait gardé l'information pour lui ; à l’époque il savait la guerre perdue et avait des liens avec la conjuration qui a tenté de tuer Hitler le 20 juillet 44.
- Mais où aurait-il mis le document ?
- Logiquement, près de lui, dans son PC.
- Ici ?
- Non, nous sommes ici au PC de secours, son PC nominal était plus confortablement installé, dans un château de la région.
- De toute façon, si le document était important, il l’aura emporté avec lui quand les Alliés ont envahi la France.
- Je ne pense pas qu’il en ait eu le temps.
- Ils ont fui si vite ?
- Non, mais le 17 juillet la voiture de Rommel a été attaquée par des « jabbos »…
- Des…?
- Des chasseurs bombardiers. Gravement blessé, il a été immédiatement hospitalisé, puis a effectué une période de convalescence chez lui, en Allemagne.
- Il pensait donc revenir ici.
- Oui, mais pendant cette convalescence, son lien avec la conspiration a été éventé et il s’est suicidé pour éviter un procès.
- Donc s’il avait gardé le secret pour lui, il est encore dans le château... Vous savez où se trouve ce dernier ?
- Oui, je vous y emmène...
Images Chap.12.jpg
Ils abandonnèrent le scooter sur la berge et l’échangèrent contre la voiture. Ils repassèrent devant le site qui était déjà investi par la police. Quand ils furent hors de vue, Genoffa vida le contenu de l’étui qu’elle avait conservé.
- Que faites-vous ?
- Je vous l’ai dit, bien briqué ça peut faire un joli sac… Oh ! Il y a des photos contre la paroi.
- Montrez-moi !
- Regardez la route !
- Tenez le volant, dit Julien en s’emparant des clichés.
Celle-ci est une photo de Rommel, là, à gauche. Je ne suis pas sûr, mais je crois que les autres sont le général Von Funck et le colonel Von Tempelhoffet. Impossible d’identifier celui qui est de dos et celui qui est à droite n’est pas assez gradé pour que je le connaisse.
Il prit la seconde photo.
- Ah ! Là c’est plus facile, il y a du gratin : A droite c’est Gerd von Runstedt, juste à coté de Rommel qui nous regarde, celui qui a des lunettes est Hans Speidel, l’autre ne montre que son profil, mais ce pourrait être Gunther Blumentripp au vu des autres participants.
Il montrait les personnages du doigt, mais la jeune fille, concentrée sur la conduite garda les yeux fixés sur la route.
- Vous auriez dû mettre vos lunettes.
- Je n’ai pas besoin de lunettes ! J’en porte uniquement pour reposer mes yeux quand je lis beaucoup.
- Merci.
- Merci de quoi !?
- De prendre soin de vos yeux, ils me sont devenus aussi indispensables qu’à vous.
Elle apprécia le compliment à sa juste valeur. Craignant que ce soit visible, elle rétorqua crânement :
- Mais oui, je vois le cliché, femme à lunette…
- Froid au ventre…
Cette réplique avait échappé à Julien par un réflexe puéril ; il trouva sage de reprendre le volant avant qu’elle n’en saisisse le sens.
Un quart d’heure plus tard il se garait non loin du château.


XIII – Le donjon

La visite du château dura près de deux heures. Ils suivirent le guide dans un labyrinthe où se succédèrent plusieurs corps de bâtiments et des souterrains de toutes époques. Julien donna une pièce à l’accompagnateur quand le couple quitta l’enceinte.
- Le circuit de visite paraît conçu pour nous désorienter, je serais incapable de restituer notre cheminement, dit Genoffa.
- Oui, et je n’ai rien remarqué qui puisse nous aider. Pourtant j’attendais beaucoup de la visite de la bibliothèque.
- Moi aussi, puisque c’était la pièce préférée du maréchal. Quelle déception de n’y voir que des livres factices ! Rien non plus aux endroits indiqués par les photos de notre SS.
- Quel SS ? Il était de la Wehrmacht.
- Il est marqué SS sur l’étui de son masque...
Julien, surpris, vérifia.
- Mais ça change tout ! Rommel n’aurait jamais confié son secret à un SS, donc les photos n’indiquent peut-être pas la cache, mais un moyen d’entrer dans le château à l’insu de la garnison !
- J’ai soulevé les tentures et contrôlé la cheminée, au cas où vous imagineriez un passage secret. De toute façon ils nous ont montré toutes les galeries.
- Vous croyez ? Et ça ?
Julien lui montra, à travers le portail, une sorte de fenêtre voûtée et murée qui trônait au centre de la falaise.
- En effet, ça ne correspond à rien de ce que nous avons vu. Il faudrait vérifier sur les plans.
- Quels plans ?
- Il y en avait parmi les documents que j’ai trouvé dans le bunker, je n’ai fait le rapprochement qu’en visitant le château.
- Mais vous aviez rangé ces documents dans…
- Dans votre sac, ils doivent y être encore, sinon les Américains ne l’auraient pas gardé.
C’était en effet le cas, Julien les consulta longuement, mais ne trouva aucune mention de la fenêtre. Genoffa était déçue.
- Il ne nous reste qu’à fouiller le château après la fermeture.
- Pas simple, j’ai compté une dizaine de portes à forcer avant d’atteindre cette hauteur. A moins que les photos donnent un indice.
- Malheureusement, je ne pense pas qu’elles nous apportent ce type d’aide ; si elles contenaient un sens caché, ce serait plutôt celui de designer des traîtres à la cause nazie.
- Ah oui ? Et comment ?
- Regardez les tapisseries qui sont derrière eux, elles content l’Histoire d’Esther.
- Esther ?
- Un personnage de la Bible qui fut épousée par le roi de Perse et usa de son influence pour sauver le Peuple juif. Cette histoire a été illustrée par sept tapisseries dont quatre sont dans ce château.

Julien contempla à nouveau les tirages.
- On n'en voit que trois sur les photos.
- Si, regardez bien, on en voit juste une petite partie sur cette photo.

Genoffa sortit son i-phone pour consulter le site internet du château. Il donnait une description précise des quatre tapisseries. Elle cita dans l’ordre le nom des quatre œuvres exposées. Julien ne sut pas les reconnaître mais une idée lui vint en tête.
- Quel est le nom de la seule qui ne soit pas visible ?
Elle lui montra son appareil portable. Il lut et sourit.
- Je sais par où nous pouvons entrer ! Regardez le plan du donjon et son descriptif ; un seul endroit correspond au nom de cette tapisserie. Je propose de le vérifier à la nuit tombée.

A 22h00, la voiture se gara sur le plateau, mais ce n’est que vers minuit qu’ils comprirent qu’une pierre pouvait se soulever pour leur ouvrir un accès. Julien passa le premier et aida la jeune fille. Elle prit la précaution de replacer la pierre.
- Où sommes-nous ? Ce n’est pas une cache ?
- Non, nous sommes dans la première enceinte du donjon. L’hypothèse du soldat cherchant à entrer discrètement dans le château se confirme. Le donjon a été conçu pour n’être accessible que depuis le château en contrebas, donc, seul ce dernier devait être gardé. C’est amusant, car un des châteaux les plus puissants de la région a été jadis investi de la même façon. Essayons de trouver le moyen de rejoindre l’ouverture murée que nous avons vue sur la falaise.
L’exploration fut rude du fait des marches d’escaliers, mais elle ne dura pas longtemps car les possibilités étaient limitées. Après quatre allers-retours, ils constatèrent qu’aucune galerie à bonne hauteur ne leur avait été cachée. Le seul conduit qui se dirigeait dans la bonne direction aboutissait au réservoir d’eau douce qui avait été creusé dans la falaise pour alimenter le château. Ils l’empruntèrent pour la troisième fois et s’assirent au bord de l’eau pour faire le point.
Genoffa enleva ses chaussures pour tremper ses pieds endoloris.
- Peut-être que tout notre raisonnement est faux.
- Ou peut-être qu’il n’y a plus rien à trouver dans ce château. Nous devrions rentrer.
- Non ! Je suis persuadée que cet endroit cache la preuve que je cherche, dit Genoffa en se levant d’un bond.
Les pieds mouillés de la jeune fille glissèrent sur la roche lisse et elle perdit l'équilibre. Julien la rattrapa juste avant qu’elle ne tombe dans le bassin. Elle poussa un cri et lâcha sa torche, qui plongea au fond de la réserve. D’un mouvement empreint de force et de douceur Julien l’aida à se redresser. Elle resta dans ses bras le temps de lui adresser un joli sourire.
- Merci d’avoir été là. Je suis désolée pour votre lampe.
- Ce n’est pas grave, mais regardez…
Julien avait remplacé les lampes perdues dans le bunker par deux torches puissantes et étanches. Celle de Genoffa éclairait le fond calcaire du bassin qui renvoyait la lumière au travers d’une eau parfaitement limpide. Des couleurs aux dégradés d’ocre et d’émeraude enchantèrent la voûte de milles reflets. Genoffa sentit le besoin de tenir la main de son compagnon pour profiter de la féerie de l’endroit.
- On peut dire que vous savez trouver des endroits romantiques.
- Oui, c’est vraiment dommage que nous n’ayons plus de temps.
Prononçant ces mots, il avait commencé à déboutonner sa chemise. Genoffa se recula brusquement.
- Hé ! J’ai juste dit « romantique », ne vous emballez pas !
- Ne vous inquiétez pas, je veux simplement récupérer ma lampe, elle n’est pas donnée, et pourrait révéler notre passage. Vous pouvez tourner la tête si ça vous gêne.
C’est ce que fit la jeune fille, mais son œil vif réussit tout de même à se faire une idée générale. La musculature était généreuse sans être saillante, et la silhouette svelte, même si l’on pouvait reprocher un début de bourrelet au-dessus du boxer noir. Genoffa était globalement séduite à l’exception d’un détail : comme beaucoup d’hommes il ne savait pas se déshabiller dans le bon ordre. Il aurait dû retirer ses chaussettes avant son pantalon.
Julien attrapa rapidement sa torche, mais le mouvement circulaire du faisceau lui découvrit quelque chose d’étrange au fond du bassin. Il expira un peu d’air pour s’alourdir et nagea au plus près du fond jusqu’à atteindre le dessous d’un léger surplomb. Il y trouva ce qu’il avait imaginé, un trou menait à la verticale vers une sorte de siphon.
Julien fit demi-tour pour prévenir Genoffa et reprendre un peu d’air, quand il fut frôlé par une belle nymphe. La silhouette se stabilisa sous le trou, lui sourit et se propulsa vers le haut d’un gracieux mouvement de jambes. Julien oublia un temps son déficit d’oxygène... La vision avait été splendide, même s’il regrettait que Genoffa ait gardé ses vêtements. Il la rejoignit dans le siphon.
A partir de la surface de l’eau, quelques marches creusées dans la pierre montaient jusqu’au-dessus du niveau de la voûte du réservoir. Une galerie leur permit de se redresser et les conduisit à un escalier tortueux qui descendait jusqu’à un couloir. Un peu plus loin, un espace encombré de caisses de bois se terminait par une paroi rocheuse. Julien braqua sa torche.
- Regardez ! Au centre, je suis certain que c’est notre fenêtre.
- Moi aussi, mais il nous faudra des heures pour fouiller ces caisses, et beaucoup sont verrouillées.
- Oui, avec des cadenas rouillés en plus. Regardons d’abord les inscriptions ; commencez par le fond, je regarde ici.
- Je ne connais pas l’allemand vous savez ? De mon côté, tout est dans cette langue ; il est souvent écrit la même chose d’ailleurs.
- Ici aussi, je crois que ça veut dire munitions ou explosif. C’est sinistre de voir toutes ces croix gammées.
Julien fut surpris d’entendre un petit rire faire écho à sa remarque.
- Celui qui a marqué cette caisse devait être du même avis que vous, il a ajouté un petit palmier au dessus de la croix.
- Comment ?
- Regardez ici ! Il a voulu donner un petit coté « Seychelles » à son œuvre.
- Non, ceci est l’insigne de l’Africa Korps, l’Unité qui fit la gloire de Rommel. S’il avait dû choisir des soldats de confiance, il les aurait pris parmi eux. Aidez-moi à dégager cette caisse.
Les cadenas étaient soudés par la rouille mais le bois qui tenait les charnières ne résista pas longtemps. Lorsque Julien sortit l’un des quatre sacs de cuir qu’elle contenait, Genoffa, impatiente, s’approcha puis, s’arrêtant subitement, elle éteignit sa lampe avant de reculer lentement.
Son visage avait pris des traits effrayés. Julien la regarda tendrement, reposa le sac et coupa également sa torche.
Lorsque l’obscurité emplit la pièce il demanda doucement :
- Depuis quand vous intéressez-vous à cette histoire ?
- Je… je ne sais plus. Depuis l’âge de quatorze ans, je crois. Mais cela s’est intensifié les cinq dernières années. Depuis trois ans, j’y ai tout sacrifié, temps, argent, loisirs…
- …Amour ?
Images Chap.13.jpg
Le silence reprit un temps ses droits puis.
- Je vais me retourner, fouillez vous-même le sac et décrivez-moi son contenu.
Julien ne trouva rien à ajouter. Il alluma sa lampe et ouvrit la housse de cuir. Genoffa eut envie de faire une prière, puis, considérant que Dieu n’avait pas à être dérangé par sa vanité, se contenta de croiser les doigts.
- Alors ? Dites-moi ! Qu’y a-t-il dans cette caisse ?
Le mouvement du faisceau de lumière lui indiqua que Julien se relevait doucement ; quand il fut stabilisé, elle l’entendit prononcer.
- Vos peaux et leurs idiomes…
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6172
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par archibald »

Super deux chapitre pour le prix d'un... C'est Noël! :D
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
Kronos
Modérateur
Modérateur
Messages : 2951
Enregistré le : 05 août 2010, 12:10

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par Kronos »

Et le Chapitre XIV – L’expert

Pour la quatrième fois, julien émergea à la surface du bassin. Une demi-heure plus tôt, craignant que Genoffa prenne froid, il l’avait convaincue de rentrer seule avec la voiture pour rejoindre la péniche qui, comme par miracle, se trouvait à quai non loin de là. Elle devait demander à Alex de se rendre au pied de la tour Nord. Du haut de celle-ci, il pourrait lui descendre les sacs tout en surveillant les approches du donjon.

En attendant son arrivée, il s’était chargé de la partie la plus délicate : Transporter les sacs de cuir au travers du réservoir sans en altérer le contenu. Heureusement les caisses de munitions contenaient des toiles imperméabilisées dont il fit bon usage.
Julien nagea jusqu’au bord du bassin pour poser le dernier sac, puis fit un tour d’horizon avant de sortir de l’eau. Il se laissa couler immédiatement après ; une lueur était apparue dans le couloir d’accès.

Genoffa ? Non, elle détenait une de ses lampes à leds qui produisait une lumière beaucoup plus blanche.
Alex ? Impossible, sa corpulence ne lui permettait pas l’accès secret au donjon.
Julien repris de l’air dans un angle mort du réservoir. La lumière dansante indiquait bien une torche électrique, et des bruits de pas commencèrent à se faire entendre, bientôt suivis par l’apparition des chaussures qui les avaient créés.

Avec une rapidité foudroyante, Julien agrippa les deux chevilles, faisant choir l’homme dans le réservoir. Tandis que son propre corps retombait dans l’eau, il transforma cette chute en plongeon dirigé sur son adversaire. Il surgit dans le dos de l’homme alors que celui-ci cherchait encore à situer la surface, et le ceintura de manière à lui empêcher tout mouvement des membres supérieurs. Dans cette position, il gagna lentement la surface pour respirer tout en maintenant l’homme sous l’eau. Julien avait l’intention de lui faire perdre connaissance avant qu’il ait pu apercevoir son visage. Il savait que, plus l’homme se débattrait, plus vite le manque d’oxygène se ferait sentir. A sa surprise le corps qu’il serrait eut la réaction inverse et se détendit complètement. L’homme semblait s’abandonner et Julien aperçut des bulles indiquant qu’il vidait ses poumons.
Julien compris trop tard ; le corps plus imposant que le sien, et maintenant vide d’air, entraîna les deux hommes vers le fond. Les muscles de l’intrus se tendirent alors et il bloqua avec ses jambes les mouvements de celles de Julien, empêchant toute propulsion vers le haut, et rétablissant une certaine égalité dans la lutte. Les deux hommes cherchèrent à se dégager et refirent surface chacun vers un bord de bassin.
- Julien !? Qu’est-ce qui te prend !
- Alex ?
- Oui, Alex. Quand je pense que je t’avais apporté une serviette pour te sécher, c’est malin.
- Je t’avais dit de m’attendre au pied de la tour Nord !
- C’est ce que j’ai fait, mais la grille de la porte de la tour était facile à crocheter, donc je suis entré directement.
- Quelle grille ? Cette tour n’était pas creuse, elle avait été construite ainsi pour empêcher toute excavation de sa base ; ce n’est pas pour y mettre une porte !
- Que veux-tu que je te dise ? Il y a une porte, c’est tout, tu la verras en sortant. Habille-toi, ne restons pas ici.
En sortant du bassin, Julien se rappela que leur cheminement discret vers l’accès secret ne leur avait pas permis de voir la tour, mais il était certain que les plans du donjon n’indiquaient pas de porte à cet endroit ; cela aurait sapé toute la logique de son plan de défense. Il put pourtant bientôt constater son existence.
Alex remit la grille dans son état d’origine, et se tourna vers son ami.
- Bon, tu t’es trompé, il y avait une porte. Ce n’est pas si grave, arrête de la regarder avec ces yeux de cabillaud !
- Tu ne la trouves pas étrange, cette porte ?
- Si, elle ressemble plus à l’entrée d’un temple romain qu’à une poterne médiévale. Mais ceci ne fait que confirmer la théorie de Genoffa sur le lien entre ce château et l’affaire d’Alésia.
- Non, selon Genoffa, il n’entre dans l’Histoire que quand Rommel y a caché le contenu des amphores.
- Peut-être qu’un des propriétaires ultérieurs du château a découvert cette cache et voulu créer ce lien.
- Comportement étrange qui mérite réflexion.
- Tu réfléchiras sur la péniche, je n’ai pas de vêtements secs moi, et il commence à faire frais.

Lorsqu’ils embarquèrent, ils trouvèrent Françoise occupée à faire sécher les vêtements de Genoffa.
- Alex ? Que t’est-il arrivé ?
- Rien de grave, je vais prendre une douche, occupe-toi de Julien.
- Vous devez avoir faim, il reste un morceau de tarte aux pommes, et j’ai fait réchauffer le pot au feu ; ça vous fera du bien. Votre amie a déjà mangé.
- Où est-elle ?
- Elle a pris une douche après son repas, elle doit dormir à présent.

Julien fut déçu qu’elle ne l’ait pas attendu. Ce qu’il avait accompli depuis son départ comprenait pourtant certains risques. Se réconfortant à la chaleur d’un succulent repas servi à deux heures du matin, il ne put s’empêcher d’envier Alex. Françoise savait s’occuper d’un homme. S’agissant de la femme d’un ami, il ne s’était jamais demandé si elle lui plaisait physiquement, ce soir, elle lui parut particulièrement charmante. Alex réapparut en peignoir et s’installa à table.
- Alors ce pot au feu ?
- Excellent. Tu as récupéré ce que je t’avais demandé ?
- Oui, hier. Il y a un ordinateur avec scanner, et de quoi monter un petit labo. Ça va peut-être étonner Genoffa ?
- Non, pourquoi ? Nous cherchons des vestiges depuis plusieurs jours, je l’avais prévenue que, si besoin, je pouvais me faire prêter du matériel par le musée.
- C’est bien joué.
Françoise arriva alors pour débarrasser la table, Julien se leva pour l’aider, mais celle-ci l’interrompit :
- Je viens de voir votre amie, elle s’est endormie en vous attendant dans le fauteuil du salon, je lui ai mis une couverture, mais elle ne peut pas passer la nuit ainsi.
- D’accord, j’y vais.
Julien pénétra silencieusement dans la pièce. Genoffa s’était blottie au fond du fauteuil repliant ses jambes contre elle. La couverture avait glissé au sol. Elle était vêtue d’un peignoir blanc, et un de ses pieds chaussait encore une pantoufle. Julien écarta doucement les cheveux encore humides pour se permettre un baiser sur le front bronzé.
Le petit corps bougea et émit un léger gémissement. Julien essaya le nez, alors les yeux noirs s’ouvrirent. Il murmura :
- Bonjour.
La jeune femme se redressa ouvrant de grands yeux au-dessus d’un large sourire.
- Vous les avez ?
- Pardon ?
- Les sacs ?
- …Ils sont dans la cuisine.

A partir de cet instant le cerveau de Julien perdit le rythme des événements. En moins d’un quart d’heure, Genoffa avait embauché Alex, monté un petit labo dans le salon, sorti le contenu des sacs pour le ranger délicatement sur une table improvisée. Quand le silence prit à nouveau possession des lieux, elle était déjà en train d’étudier ce qu’ils avaient trouvé.
Le contenu des sacs pouvait se résumer à un très long lien, peut-être une boucle, qui aurait été séparé en morceaux par l’usure du temps. Le long de ce lien étaient attachés à intervalles réguliers, de petits cordons au bout de chacun desquels pendaient deux morceaux de cuirs.
S’approchant de la jeune fille, Julien en saisit un pour l’observer en pleine lumière. C’était un carré de peau fine sur lequel était dessiné un symbole, probablement une lettre. Le fond du carré n’était pas uniforme, mais comprenait des sortes de veines, semblables à des pliures.
- Vous connaissez ces caractères ?
- C’est du celte, répondit la jeune fille en récupérant brusquement le morceau.
Julien n’apprécia pas cette réponse froide ; si elle souhaitait rester seule, il y avait des moyens plus polis de le lui signifier. Puisque son aide ne semblait pas bienvenue, il décida d’aller dormir.
Images Chap.14.jpg
Six trop courtes heures plus tard, il fut réveillé par le fumet d’un café chaud. Cherchant la lampe de chevet il dit :
- Un petit déjeuner au lit ? C’est gentil, Françoise.
Mais c’est le visage de Genoffa que la lumière lui présenta. Elle était habillée et coiffée, mais on devinait facilement qu’elle avait travaillé toute la nuit. Elle avait préparé un petit plateau qu’elle posa sur le lit. Alors qu’il se redressait en position assise, elle s’assit en amazone sur l’espace ainsi libéré et entreprit de lui beurrer quelques tartines. Son sourire semblait avoir excusé la gaffe de Julien. Il but une gorgée du liquide fumant tandis qu’elle le regardait en croquant une des biscottes. Il comprit qu’elle attendait une question, ce ne fut pas la bonne.
- Alors où en sont vos recherches ?
Le petit visage s’assombrit.
- Nulle part, le texte obtenu n’a aucune signification.
- Vous pensez qu’il est codé ?
- C’est possible mais improbable. L’idée de crypter des textes est venue plus tard dans l’Histoire. Pensez au peu de gens qui savaient lire à l’époque.
- Vous oubliez le code de César.
- Je ne l’oublie pas, mais il était précurseur en la matière, et ne l’utilisait que pour cacher ses conversations privées. De plus, je pense que l’auteur de ce texte, si c’en est un, souhaitait qu’il soit connu, pas caché.
- Qu’est-ce qui vous fait penser cela ?
- Il n’a pas utilisé une tablette de cire, mais un support qui résiste au temps. Quand à l’encre des motifs, elle n’a pas été peinte ou dessinée dessus, mais incrustée dans la peau, comme l’aurait fait un tatoueur.
- Je vois, l’auteur souhaitait que son texte traverse les siècles, et donc soit connu…
- Oui, c’est logique.
- Mais alors pourquoi avoir fait une seule version du message ? Il aurait dû le répéter plusieurs fois.
Les grands yeux de Genoffa s’écarquillèrent, elle saisit le visage de Julien et l’embrassa sur la joue droite avant de sauter du lit pour retrouver sa loupe binoculaire dans la pièce contiguë.
- Vous êtes génial. Ils ont fatalement fait plusieurs versions, et le texte est illisible parce-que les différents exemplaires sont mélangés sur une seule ligne. Je me demandais pourquoi certaines lettres étaient de couleurs différentes.
- Je comprends… Chaque version du texte a sa couleur, donc on ne peut le comprendre qu’en lisant les lettres d’une même couleur, dit-il en s’habillant.
- Exactement, le problème est que les couleurs se sont dégradées en deux mille ans. Il faudrait un spécialiste du tatouage pour les différencier.
- J’ai ça.
Julien tapa un sms, et une heure plus tard l’expert en question se présenta dans le laboratoire improvisé.
- Elle ! Vous n’avez rien trouvé d’autre que cette gamine pour nous aider ?
- Dites patron, ce n’est pas parce-que cette bourgeoise vous a laissé du rouge sur l’oreille que je vais la laisser me parler comme ça.
- Du calme. Parys a fréquenté pendant deux ans un tatoueur réputé, il lui a tout appris.
- Je vois bien ce qu’il a pu lui apprendre, mais certainement pas la politesse. Elle m’a traitée de bourgeoise ; je suis sûre que c’est une insulte !
- Heu… littéralement cela signifie « femme de la ville ».
- Ah oui ? Et elle, qu’est-elle ? Une campagnarde ?
- Je suis une rebelle.
- Voyez-vous ça ? Et d’où tiens-tu ce titre ? Tu fais tes courses chez Ikea à contresens ?
Julien sentit la situation lui échapper. Il prit Genoffa un peu à part.
- Je vous assure, elle a une réputation d’experte dans certains milieux.
- Experte en jambes en l’air ?
- Non, en tatouages, elle peut nous aider. Vous voulez bien lui expliquer notre problème ?
- Bon, je vais essayer. Elle peut enlever ses écouteurs, ou il faut que je parle en mp3 ?
- Bon, comme l’atmosphère semble s’apaiser un peu, je vous laisse. Je dois retourner traiter quelques problèmes pour ma Société.
En fermant la porte, Julien s’attendit à un pugilat, mais le calme fut vite de retour. C’est au moment où il allait embarquer sur l’annexe qu’il entendit des cris féminins. Il courut vers la cabine pour les séparer et fut surpris de les trouver assises et souriantes. Parys se leva d’un bond et lui fit une bise sur l’autre joue.
- On a trouvé, patron !
- C’est surtout Parys qui a trouvé ! En fait il n’y a que trois couleurs, mais elles sont combinées à cinq manières différentes de tatouer. Ce qui nous donne quinze copies possibles.
- Bravo Parys !
- Vous pouvez m’appeler Abby, patron ? Parys, je trouve que ça fait bourge.
- Va pour Abby. Vous avez déjà décodé quelque chose ?
- Non, patron, il me faut du temps pour séparer les tatouages, et beaucoup de lettres sont effacées ou arrachées. Mais Genoffa est très douée pour traduire le celte et reconstituer les mots.
- Hé bien, je suis content que vous vous entendiez, je vous laisse donc travailler.
- Julien ?
- Oui Genoffa ?
- Vous avez du noir sur la joue !
Fichiers joints
Images Chap.15.jpg
Modifié en dernier par Kronos le 03 févr. 2020, 20:54, modifié 1 fois.
Avatar du membre
Kronos
Modérateur
Modérateur
Messages : 2951
Enregistré le : 05 août 2010, 12:10

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par Kronos »

Chapitre XV – Uxellodunum

Dans le laboratoire, un silence studieux s’était établi. Genoffa n’arrivait pas à comprendre comment cette gamine superficielle pouvait, dès lors qu’on lui confiait un travail, se muer en un professionnel consciencieux et efficace. Ayant domestiqué ses boucles blondes en deux nattes afin qu’elles ne lui couvrent pas l’oeil, elle identifiait sur chaque morceau de cuir la couleur et la méthode de tatouage. Grâce à un caractère de A à F, elle étiquetait chaque morceau pour l’assigner à une des quinze copies, gardant le X pour ceux qu’elle n’arrivait pas à reconnaître. Elle glissait alors la partie du « collier » correspondante à Genoffa qui se chargeait de traduire les caractères celtes.
Parys s’aperçut que cette partie du travail n’avançait pas, et même « reculait », car Genoffa reprenait des parties de collier qu’elle avait déjà traitées.
- Que ce passe-t-il, madame ?
- Je n’y arrive pas. A l’époque, il existait plusieurs alphabets semblables. J’en suis à ma troisième fausse piste.
- Je peux vous aider ?
- Je ne crois pas, en fait il faudrait que j’identifie un mot assez long pour essayer tous les alphabets avec.
- Pourquoi ne le faites-vous pas ?
- Parce-que je ne sais pas comment ils marquent la séparation entre deux mots. Peut-être ne le marquent-ils pas d’ailleurs.
Parys sourit et approcha sa chaise.
- Avez-vous remarqué que tous les morceaux sont groupés par paires ?
- Oui, chacun des deux supportant la même lettre, certainement en prévision de la perte de l’un d’eux.
- Peut-être, mais pas seulement. Vous vous rappelez ces quatre pliures qui marquent chaque fond de cuir comme le feraient des cicatrices ?
- Oui, trois ou quatre traits indiquant toujours des dessins semblables.
- Pas si semblables que cela, sur certains le dessin est inversé. Plus exactement les deux cuirs de chaque paire comportent une cicatrice inverse.
Genoffa se déplaça jusqu’à la loupe pour vérifier. Elle releva la tête.
- Bien observé, c’est intéressant, mais en quoi cela résout-il notre problème ?
- Sur certains doublons, l’un des cuirs ne comporte pas de lettre ; je pensais que le temps les avait effacés.
- Oui, d’où l’utilité de les doubler…
- Je pense plutôt qu’ils indiquaient le début ou la fin d’un mot…
Genoffa se saisit d’un morceau du collier.
- J’ai compris ! Supposons que nous nommions A et B les deux types de cicatrices, si le cuir qui n’a pas de lettre est du type A, c’est un début de mot, s’il est du type B, c’est une fin de mot.
- C’est ce que je pense, et si la lettre est sur les deux cuirs, c’est qu’elle est à l’intérieur d’un mot.
- Ou est elle-même un mot.
- Elle-même un mot ?
Il fallut quelques secondes à Parys pour comprendre cette déduction ; elle afficha alors un sourire que Genoffa prit pour une approbation. Toutes deux se partagèrent alors les morceaux du collier jusqu’à identifier un mot de longueur respectable. Genoffa posa la partie correspondante sur ses genoux et chercha les différentes traductions possibles sur son ordinateur. Finalement, un mot intelligible apparu à l’écran. Genoffa se tourna vers sa collaboratrice et prononça avec un sourire :
- « Uxellodunum » !
- Ça veut dire quelque chose ?
- C’est le nom d’une bataille célèbre.

Genoffa lui raconta l’histoire de ce siège que l’on considère comme le dernier combat de la Guerre des Gaules. Parys s’était allongée dans son fauteuil, et écouta en sirotant son coca, captivée comme un enfant à qui l’on récite un conte.

Le soleil se couchait sur la péniche quand Julien monta à bord. Exceptionnellement, il n’aida pas le couple de mariniers à appareiller, mais descendit directement en cabine. Le travail s’était visiblement arrêté, et il y régnait un grand désordre. Parys retira ses écouteurs.
- Ah, c’est vous patron ?
- Où est Genoffa ? Que s’est-il passé ici ?
- Je n’ai rien compris, elle était en train de me raconter une histoire, puis elle s’est interrompue brusquement.
- Pourquoi ?
- Je ne sais pas, l’instant d’après elle est devenu hystérique. Elle a jeté les morceaux de cuirs comme s’il s’agissait de braises brûlantes, puis s’est mise à gesticuler comme une folle en criant ; j’étais terrorisée.
- Mais grands dieux, pourquoi ?
- Je n’en sais rien, ensuite elle a jeté toutes ses fringues avant de prendre une douche.
- Mais c’est son combi-short que vous portez ?
- Oui, elle m’a demandé de le brûler avec tous ses vêtements. C’est nul ! Ça me va bien non ? Qu’est-ce que vous en penseriez si je me faisais appeler Lara ?
- Où est-elle ?
- Elle est allée s’isoler à l’avant, pour pleurer, je crois. Françoise lui a prêté son ciré Cotten en attendant mieux.
Julien abandonna son apprentie pour gagner la proue du bateau. Dans l'imperméable jaune qui laissait apparaître ses longues jambes, Genoffa lui tournait le dos. Il s’approcha doucement et, tendrement lui demanda si tout allait bien.
La jeune femme se retourna brusquement, laissant apparaître un visage dur d’où sortit une question brutale :
- Pourquoi la statue de Vercingétorix n'avait-elle plus de mains ?
- …Je ne sais pas, du vandalisme sans doute.
- Vous savez très bien que non, celui qui a fait ça voulait nous faire penser à la bataille d'Uxellodunum.
- Uxellodunum ?
- C’est la dernière bataille de la Guerre des Gaules. Après avoir vaincu, César a fait couper les mains de tous les combattants qui s'étaient rendus.
- En effet, je me rappelle l’avoir lu dans votre livre. Mais il a pu agir de même pour d’autres batailles.
- Impossible, César vendait les vaincus comme esclaves ; que feriez-vous d'un esclave sans mains ??
- Alors pourquoi le faire à Uxellodunum ?
- La révolte d'Uxellodunum a été organisée par les anciens fidèles de Vercingétorix. Donc, ceux qui savaient qu'Alésia était une fable.
- Justement, c’est ce que je reproche à votre raisonnement ; pourquoi aucun écrit gaulois ne dénonce ce mensonge ?
- Parce-que les Gaulois ont une tradition orale, donc pas de bibliothèque où conserver leur Histoire.
- Le rapport avec les mains ?
- Voici ce que je pense : nous sommes en 51 avant Jésus Christ, César encercle l'oppidum d'Uxellodunum et vient de détourner la seule source d'eau des Gaulois...
- En creusant une galerie souterraine, je sais, encore un bel exploit du Génie romain.
- Les proches de Vercingétorix savent qu'ils seront tués et que les autres seront esclaves ; ils cherchent une solution pour garder le témoignage de ce qu’ils ont vécu.
- Non ! Vous n'aller pas imaginer qu'ils ont...
- Si. Ils ont tatoué le message sur les mains des survivants. Chacun avait une lettre et savait qui le précédait et le suivait.
Julien eu un sourire ironique.
- Et apprenant cela, César aurait décidé de trancher pour que le témoignage ne reste pas entre leurs mains ?
Elle leva les yeux au ciel puis haussa les épaules. Pas assez au goût de Julien.
- Il semble qu'en secret quelqu'un, Romain ou Gaulois, récupéra les tatouages pour les classer dans l'ordre sur une sorte d'immense collier. Ce que nous avons eu du mal à comprendre est qu'il y avait quinze copies du message, qui, mélangées dans le collier le rendait incompréhensible.
- César aurait pu tuer les Gaulois…
- Ça n'aurait pas effacé le message. A l'époque, un vivant pouvait posséder un vivant, mais les morts appartenaient aux dieux. On les rendait aux familles pour la sépulture.
- Et que dit le message ?
- Nous n'avons que des morceaux, mais il confirme ce que je viens de dire, ainsi que le fait que Vercingétorix ait été vendu. Par contre, on n'y retrouve ni le nom d'Alésia ni celui des Mandubiens.
- Ça fait combien de mains ?
- Le texte complet comprend environs trois cents caractères.
- Quatre milles mains tatouées, tranchées puis dépecées pour en faire un collier ! Vous vous rendez compte de l'horreur de ce que vous décrivez ?
- Elle a déjà vomi trois fois patron, n'en rajoutez pas ! dit Parys qui les avait rejoints.
Ce qu'elle dit est vrai, regardez ce que nous prenions pour des pliures. Tête, cœur, vie et chance, on retrouve les quatre lignes qui impriment nos destins dans nos paumes.
Julien déballa l'une des peaux qu’elle lui tendait, et la détailla silencieusement.
- Parys, tu peux rentrer chez toi, tu nous as apporté une aide précieuse. J'ajouterai une petite prime sur ton prochain salaire.
- Ce n'est pas la peine patron, c'était fun de mener cette petite enquête... J'aurais juste un truc à vous demander.
- Tout ce que tu veux.
Elle lui chuchota quelque chose à l’oreille.
- Il faut que tu voies ça avec Alex, c’est son bateau. Mais je ne crois pas qu’il te laissera barrer alors que la nuit est tombée.
- Je me charge de le convaincre.
Il attendit qu'elle s’éloigne, puis s'assit sur le rebord de la péniche. Genoffa crut que c'était pour mieux voir le haut de ses jambes, elle serra le bas de son ciré.
- Donc, si je vous résume : Alésia n'a pas existé, Vercingétorix a été trahi et livré près d'ici. Déçu par la façon dont se concluait sa campagne, César a demandé à ses généraux d’inventer une bataille finale. A court d’idées, ceux-ci ont choisi de s’inspirer du site réel de la reddition, et les Gaulois qui pouvaient rétablir la vérité en ont été « empêchés ».
- Oui.
- Et vous pensez que le Gouvernement français cache cette vérité en exerçant une surveillance militaire sur tous les sites incriminés ?
- Je pense surtout qu'une entreprise spécialisée dans la restauration d'effigies de chefs d'Etats serait une bonne couverture pour un agent français. Si ce genre d'agent existait, on aurait pu l'utiliser exceptionnellement pour cacher ce que la statue de Vercingétorix voulait révéler.
Julien se sentit à nouveau happé par ces yeux noirs, pris par la sensation que l’on éprouve au bord d’un gouffre, une envie irrésistible d’y plonger sans réfléchir. Il se leva et s’appuya au mât de proue, regardant droit devant.
Après un long silence il lui répondit sans la regarder :
- Je voudrais d'abord que vous sachiez que j'ai fait ce qu'il fallait pour les Américains. Leurs corps seront rapatriés discrètement aujourd'hui, et ils retrouveront leurs familles sous peu. Leurs agresseurs sont morts. Le blessé que vous avez vu n’avait reçu que des éclats de rochers au niveau du cou mais, lors de la poursuite, leur véhicule a manqué un virage au dessus de Clachalôze, aucun d’eux n’en a réchappé.
Une grille a été posée pour condamner l’entrée de la cavité et une nouvelle voiture brûlée a été imputée à ce, qu'ici, on appelle « des jeunes ».
- Ainsi vous êtes bien un espion ?
- Le terme technique est « honorable correspondant », dit Alex qui venait de les rejoindre avec sa femme.
- Je vois que Parys t’a convaincu... dit Julien qui s’était retourné.
A ce moment, il vit le visage de Genoffa afficher une pâleur terrifiante. Alex jura et courut en direction de la timonerie, immédiatement suivi par son épouse. Un bruit de corne de brume dans son dos attira le regard de Julien, qui fut immédiatement ébloui par deux énormes projecteurs. Il se précipita sur Genoffa.
- Vite sautez !
La péniche avait inexplicablement changé de cap, coupant la route à deux immenses barges convoyées par un puissant pousseur.
- Vous êtes fou ! Pourquoi n’essaie-t-il pas de nous éviter ?
- Il ne peut pas, c’est trop tard, ces convois préparent leurs changement de cap un kilomètre à l’avance, sautez vite !
Images Chap.15.jpg
Deux minutes plus tard, ils nageaient tous deux en direction de la rive. Noyée dans les bourdonnements qui encombraient les oreilles de la jeune fille, la voix de Julien se fit entendre.
- Nous sommes assez loin des navires, économisez vos forces. Nous ne pouvons lutter contre le courant, essayez simplement de rester en surface, on va nous secourir.
Genoffa et Julien tentèrent de reprendre leur calme. Un violent craquement suivi d’un insupportable crissement de tôles se fit entendre. La barge remplie de sable poussa la péniche, qui se plaça perpendiculairement au fleuve.
- Mon Dieu, l’autre navire se casse en deux !
- Non, c’est le pousseur qui a rompu ses amarres pour ne pas être entraîné par le convoi. Ils savent que, positionnée ainsi, la péniche ne passera pas le pont.
La navigation fluviale est un monde de lenteur et de puissance. L’événement prit un temps qui semblait interminable, mais était pourtant fatal. La poupe de la péniche se coinça contre une pile et fut écrasée par la première barge qui, pivotant, envoya l’autre s’échouer sur la berge. La coque éventrée de la péniche envahie par l’eau et chargée du sable qui s’était déversé sur le pont entraîna le bateau dans un lent naufrage. Les conduites de butane de la cuisine se rompirent et trouvèrent rapidement une étincelle. La chaleur dégagée par l’explosion fut suffisante pour enflammer le réservoir de gaz-oil. Une lumière rougeoyante sortit le tablier du pont de l’obscurité.
- Mon Dieu ! Parys ! Vos amis !
Le cri de Genoffa perça le silence relatif qui était revenu. Un bruit de petit moteur lui succéda ; c’était l’annexe, pilotée par Alex.
- Les filles sont sauves, je les ai déposées sur la rive. Montez mademoiselle.
- Non !
- Qu’est-ce qu’elle a, Julien ? Elle est blessée ?

Julien nagea vers elle.
- Restez où vous êtes !
- Mais pourquoi ?
- Vous avez déjà essayé de nager avec un ciré ?
Avatar du membre
Kronos
Modérateur
Modérateur
Messages : 2951
Enregistré le : 05 août 2010, 12:10

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par Kronos »

Ce jour, Chapitre XVI – L’erreur de William Murdoch

Encore vêtue de la veste prêtée par un policier, Genoffa essayait de réconforter Parys. Elle avait pourtant récupéré ses affaires, mais attendait que Julien libère la salle de bains.
La brigade fluviale les avait raccompagnés tous trois chez Julien pendant qu’Alex et Françoise faisaient leur déposition.

Julien quitta la salle de bain vêtu d’une serviette.
- Où est Parys ?
- C’est Abby, maintenant. Elle a téléphoné à son père, qui est passé la prendre il y a cinq minutes.
- Elle va mieux ?
- Elle a mauvaise conscience.
- Que s’est-il passé ?
- Elle a été surprise par la taille de la barge qui venait en sens inverse. Elle a eu peur de passer trop près, et, dans l’affolement elle a tourné la barre du mauvais côté.
- Ce n’est pas de sa faute, il paraît que le Titanic a été perdu de la même façon. Je suis désolé pour cette petite.
Il resta un instant silencieux, la regardant dans son demi uniforme.
- Je suis désolé pour vous.
- C’est un accident, vous ne pouviez rien faire pour l’éviter.
- Je pensais surtout que j’aurais pu éviter de vous mentir.
Genoffa senti monter en elle une émotion comme elle n’en avait connu que petite fille. Ses yeux s'emplirent de larmes sans qu’elle puisse en arrêter le flot. Elle se jeta contre lui et le serra très fort. Julien, qui avait perdu sa serviette, jugea qu’il aurait l’air moins ridicule s’il l’embrassait. Et surtout, il en avait énormément envie.

Quelque temps plus tard, Julien, encore étendu sur le canapé, écoutait la douche couler dans la pièce adjacente. A son sentiment de culpabilité s’était ajoutée l’impression d’avoir profité d’une situation.
La porte s’ouvrit sur une Genoffa que Julien trouva plus belle que jamais. Il lui découvrit un visage nouveau, plus apaisé. Ses grands yeux exprimaient tout autre chose, une impression de grande douceur.
Elle lui sourit.
- J’ai dû remettre la combinaison que tu as découpée, c’est tout ce qu’il me reste.
- A cette heure, les magasins sont fermés, tu peux dormir ici, nous t’achèterons des vêtements demain.
- Tu ne vas pas refaire toute ma garde-robe, cette tenue suffira pour rentrer chez moi…
- Mais... ma voiture est restée au château, et tes clefs au fond de la Seine...
- Non, elles étaient encore dans mon short, Abby me les a rendues tout à l’heure.
Julien n’insista pas. L’heure précédente, il se demandait si c'était l’amour ou les circonstances qui lui avaient valu les faveurs de Genoffa ; ce départ précipité lui donnait une froide réponse qui renforça son remord.

Au volant de sa voiture, Genoffa n’arrivait pas à ordonner ses pensées. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'elle s’était attachée à cet homme. Mais comment le séduire avec cette tenue sale et en lambeaux, ces cheveux en désordre, ce visage fatigué ?
Il était hors de question qu'elle reste plus longtemps en face de lui dans cet état. De retour chez elle, elle jeta sa tenue dans sa corbeille à chiffons, et partit retrouver son miroir, sa salle de bain et tous les accessoires qui lui permettraient d'être irrésistible lorsqu'elle le reverr...
Cette pensée ramena la jeune femme à la réalité des choses…

Elle réalisa qu’au cours de cette semaine passée ensemble, leurs retrouvailles avaient toujours été initiées par les besoins de leur enquête. Maintenant, Julien pouvait la considérer comme résolue, et les preuves de cette solution étant détruites, il n’était plus possible de poursuivre.
Il ne lui restait plus qu’a espérer que Julien tienne suffisamment à elle pour lui téléphon…
- Mon Dieu ! Il n’a aucune de mes coordonnées !
Une angoissante tristesse gonfla la poitrine de la jeune femme. Elle sentait que cette histoire naissante allait se terminer d’une façon brutale et stupide. Son appartement français lui avait été prêté par une amie, il faudrait que Julien enquête pour la retrouver... Mais pourquoi le ferait-il alors qu’il lui aurait été plus simple de la questionner avant son départ ? Elle réalisa qu’elle avait au contraire tout fait pour l’empêcher de connaître son adresse.
Genoffa se laissa tomber sur son lit.
- Si je veux le revoir, je devrai le contacter moi-même.
Mais pour lui dire quoi ? Qu’il lui plaisait ? Qu’elle était seule depuis trop longtemps ? Jamais elle n’avait eu à faire ça avec un homme. Jamais elle ne pourrait. Jamais elle ne voudrait.
- Cette histoire est peut-être déjà terminée et bientôt, je n’en aurai aucun souvenir, aucune photo, aucun ami qui nous ait rencontrés ensemble, aucun cadeau qu’il m’aurait offert…
Genoffa bondit et se rua vers sa panière pour en sortir la combinaison déchirée puis, s’en servant comme oreiller, elle se coucha et l’inonda de larmes. Quand l’effet réconfortant du chagrin commença à agir, elle décida de laver le vêtement pour le conserver en souvenir. C’est en en vidant les poches qu’elle trouva le moyen de revoir Julien...

La journée de Julien commença par une injustice. Son réveil fut projeté à l’extrémité de la pièce alors que l’affichage « 04h00 » témoignait de son innocence. Le garçon identifia alors la sonnerie de son téléphone.
- Allô ?
- Bonjour Julien, c’est Genoffa.
Julien se leva brusquement, à la fois réjoui et surpris.
- Genoffa ? Qu’est-ce qui t’amène ?
C’était bien la dernière chose à demander à quelqu’un que l’on est heureux de retrouver, et la jeune femme ne le lui pardonna pas ; sa voix devint plus froide.
- J’ai trouvé une nouvelle piste pour notre affaire.
- Une nouvelle piste ? A quoi bon ? Ce que nous avons déjà trouvé prouvait que tu avais raison.
- Cette preuve est au fond de la Seine, il me faut autre chose pour ma thèse. Mais je vois que ça ne t’intéresse plus, je vais chercher seule.
- Non, non ! Raconte-moi, qu’as-tu trouvé ?
- Tu te rappelles le dessin d’enfant que j’ai découvert dans le bunker ?
- Oui, tu l’as encore ?
- Il était dans ma poche, il y a quelque chose écrit en anglais au dos ; je vais te le lire, peux-tu traduire ?
«« To Major H. D. Trevors,
Hi Dad ! I’ve found a good book in the drawer. I exchange it with a picture I drew for you. Mother say I must go school now, I hope you are ok for the book.
Mike
»».
- Etonnant !
- Quoi ?
- Je croyais qu’un militaire américain de l’époque avait apporté un dessin de son enfant à son bureau mais, d’après ce texte, l’enfant l’a probablement dessiné sur place. Il écrit qu’il l’a échangé contre un livre trouvé dans le bureau de son père.
- Qu’est-ce qu’un enfant ferait dans un site militaire ?
- Une visite de l’épouse ; a priori, elle aussi était peut-être militaire.
- Mais alors, nous connaissons quelqu’un qui savait ce qui se trouvait dans cette pièce !
- Comment cela ?
- L’enfant signe Mike et s’adresse à son père appelé Trevors ; il suffit de chercher un Mike Trevors aux Etats-Unis, et il nous conduira à son père.
- Tu as une idée du nombre de Mike Trevors vivant aux Etats-Unis ? De plus son père est peut-être mort...
- Et monsieur Dorval de la D.G.S.E. préfèrerait que je ne trouve rien de nouveau, je comprends.
- Mais non enfin… Attends !
- Quoi encore ?
- Du temps de leur présence, les Etats-Unis avaient créé une école américaine dans un château près de Saint-Germain-en-Laye, pour accueillir les enfants de leurs militaires. Depuis, c’est devenu un lycée international. Peut-être ont-ils gardé des archives permettant de retrouver ce Mike Trevors. Je t’envoie l’adresse par sms.
- D’accord, on s’y retrouve dans une heure.
- Ce sera fermé, disons plutôt 9h00. Mais je ne crois pas qu’ils accepteront de nous donner ce type de renseignement.
- Certainement pas si tu viens avec tes grandes chaussures comme le jour où nous sommes allés au musée.
- Mes gros sabots tu veux dire ?
- Oui. Cette fois-ci nous procéderons à ma façon ; il faut que nous ayons l’air d’un couple inoffensif. Gare ta voiture à distance et habille-toi en conséquence...
S’habiller en conséquence ? Julien se demandait pourquoi tout le monde croyait que les espions se déguisaient, alors que la plupart d’entre eux utilise sa fonction réelle comme couverture. D’autant que les Services français étaient réputés internationalement pour leur pingrerie. Julien n’aurait pu continuer d'assurer ses fonctions si sa Société ne faisait pas de bénéfices.
Images Chap.16.jpg
Le couple se retrouva dans la résidence privée qui jouxtait le château. Julien avait choisi un pantalon neutre avec un polo Lacoste sur lequel était noué un pull marine. La jeune femme l’attendait près de sa voiture ; elle portait une petite robe noire très sage, mais un peu trop décolletée pour une mère de famille. Le choix était judicieux, il s'adaptait à tout interlocuteur, rassurant pour une femme, attirant pour un homme.
Le second effet eut des conséquences immédiates ; alors qu’elle lui tendait la joue, Julien lui vola un long baiser. La jeune fille apprécia et se laissa faire en fermant les yeux, mais s’écarta dès qu’elle les eut ouverts à nouveau.
- Arrête ! Les enfants nous regardent.
- Et alors ? Nous sommes sensés être un jeune couple.
- Oui, mais pas les amants du pont de l’Alma.
- Du Pont Neuf…
- Si tu veux…Attends-moi, je vais interroger leur surveillant.
Après un bref dialogue, Genoffa fit signe à Julien, puis ajusta son foulard sur son décolleté, lui faisant indirectement comprendre que le proviseur était une femme.

La dame était âgée et distinguée, courtoise, mais ferme pourtant.
- Bien sûr, madame, nous avons gardé les listes de nos anciens élèves. Vous êtes de la famille ?
- Non, nous cherchons simplement à retrouver la trace de l’un de ces enfants.
- Dans ce cas je ne peux rien pour vous, ces renseignements ne sont pas publics.
Genoffa donna un coup de coude à Julien pour lui rappeler qu'il était temps pour lui d'intervenir. Après un instant d’hésitation, il prit tendrement sa main et récita son texte.
- Tu vois, je te l’avais bien dit, ton intention était gentille, mais ça ne peut pas se faire.
- Je comprends, mais je suis tellement déçue.
La curiosité est un levier très puissant, et il ne mit pas longtemps à agir.
- Excusez-moi si je suis indiscrète, madame, mais quelle était votre intention ?
Genoffa lui tendit le dessin.
- Nous avons emménagé récemment dans un des immeubles qui avait été construits par les Américains, et nous y avons trouvé ceci. Je pensais qu’il serait bien qu’il retourne à son auteur.
Le proviseur observa le dessin d’un air un peu ému. Puis lui rendit.
- Malheureusement, vous comprenez que je sois tenue par la confidentialité.
- Mais…
Julien interrompit la jeune fille ; il savait juger les gens, la femme qu’il avait en face de lui était quelqu’un de gentil et droit. Ces personnes disent rarement non, mais quand elles le font, c’est définitif. Il toucha le ventre de Genoffa et lui parla doucement.
- Je vous remercie de nous avoir reçus, madame ; viens, nous afficherons ce dessin avec ceux du futur petit.
- Attendez !
Le couple qui avait commencé à partir se retourna.
- Oui ?
- Si vous voulez, nous pouvons le mettre dans son dossier, ainsi s’il veut un jour le récupérer…
- Vous avez encore son dossier ? S’étonna Genoffa.
- Vous savez, les Américains n’ont pas notre culte du souvenir. Pour les études, seul le diplôme final les intéresse. Presque tous nous ont laissé le reste...
- Le reste ?
- Les devoirs, les réalisations personnelles, le contenu de leurs casiers… Notre local d’archives est dans un bâtiment annexe ; c’est à une centaine de mètres d’ici, ça ne sera pas trop difficile dans votre état ?
- Mon état ?
Julien eu l’esprit plus vif.
- Ne vous inquiétez pas madame, nous ne connaissons l’heureux événement que depuis une semaine.
La directrice sourit et les guida le long du mur qui protégeait le parc de la résidence. Au carrefour situé une centaine de mètres plus bas, ils pénétrèrent dans une maison désaffectée ornée d’une tête de cerf. Le proviseur les fit patienter devant le comptoir d’une salle d’archive. Après un temps de recherche dans les rayonnages, elle revint avec une boîte qu’elle ouvrit sur un plan de travail. N’ayant pas été invitée à entrer, Genoffa tenta :
- Pouvons-nous en voir le contenu ?
- Pas sans l’accord de la famille, vous le comprenez bien.
- Dommage, j’aurais aimé voir les autres œuvres de ce garçon, il dessine admirablement bien.
- Oui, je comprends. Mais ne soyez pas déçue, je ne vois dans cette boîte que des documents écrits, des devoirs ou des exposés, rien de très personnel, si ce n’est, peut-être…
- Peut-être ?
- Une bande dessinée... C’était interdit pendant les cours, je suppose qu’on la lui aura confisquée et qu’il a oublié de la réclamer. Donnez-moi le dessin, je vais le ranger dans la boîte.
Genoffa lui tendit le papier, Julien décida qu’il était temps d’être plus direct.
- Le garçon a écrit quelque chose au dos du dessin, il parle d’un livre.
Le proviseur rangea le dessin dans une pochette transparente et lut le texte.
- Effectivement, mais il n’y a aucun livre dans cette boîte, désolée.
Constatant la déception qui se lisait sur le visage de Genoffa, elle proposa :
Nous avons une pièce dans le château où sont exposées les réalisations artistiques de nos élèves. Peut-être y en a-t-il une de cet enfant ? Souhaitez-vous les voir ?
- Je croyais que c’était réservé à la famille ?
- Pas les œuvres destinées à être exposées.
- Alors nous vous suivons.
Le proviseur verrouilla la porte de l’annexe et accompagna ses hôtes jusqu’au château.
- Si ça ne vous dérange pas, j’attendrai dehors, dit Julien. Je ne suis pas amateur de colliers de nouilles et j’ai besoin d’une cigarette.
- Mais ! Tu ne fum… Heu, bien sûr. Attends-moi près de la voiture, je ne serai pas longue.
Genoffa avait compris in extremis ce que son compagnon avait en tête. Le proviseur la précéda dans l’escalier qui conduisait au dernier étage d’une tour crénelée. Dans une pièce circulaire, parfaitement éclairée par plusieurs fenêtres, se trouvaient exposées les œuvres naïves de nombreux écoliers. La directrice présenta l’exposition avec une certaine fierté.
- Voici, madame, ce que nos élèves Américains ont réalisé de plus beau.
Genoffa simula un regard émerveillé pour dissimuler ses pensées : « Maintenant, ma fille, il va falloir gagner du temps ».
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6172
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par archibald »

Je reprends la lecture , passionnante au demeurant, de cette nouvelle après , je l'avoue, avoir été perturbé par la lecture de ce passage:

Kronos a écrit :
24 janv. 2020, 17:56
.../...

XIII – Le donjon..../...

- Regardez les tapisseries qui sont derrière eux, elles content l’Histoire d’Esther.
- Esther ?
- Un personnage de la Bible qui fut épousée par le roi de Perse et usa de son influence pour sauver le Peuple juif. Cette histoire a été illustrée par sept tapisseries dont quatre sont dans ce château.
Julien contempla à nouveau les tirages.
- On n'en voit que trois sur les photos.
- Si, regardez bien, on en voit juste une petite partie sur cette photo.

Genoffa sortit son i-phone pour consulter le site internet du château. Il donnait une description précise des quatre tapisseries. Elle cita dans l’ordre le nom des quatre œuvres exposées. Julien ne sut pas les reconnaître mais une idée lui vint en tête.
- Quel est le nom de la seule qui ne soit pas visible ?

.../...…

Tiens tiens , me dis-je? Une série de 4 tapisseries dans un château ? Je m'en vais chercher cela ( me dis-je dans mon français rustique )...
Comme jusqu'à présent on tourne autour de la Roche-Guyon sans jamais en dire le nom ( à part dans le prélude) , j'ai pensé que 'était une volonté de laisser dans le flou l'endroit où se passe une bonne partie de l'action.
Donc j'ai cherché dans le Château de Saint Germain , car celui ci est cité plusieurs fois, pour me rendre compte que les 4 tapisseries sont au château de La Roche-Guyon.
Trouver le nom de ces tapisseries n'a pas été facile non plus, (Je n'ai pas de téléphone portable !)
J'ai fini par trouver ceci:
Histoire d’Esther
Entre 1736 et 1742, le peintre Jean-François de Troy (1679-1752) réalise sept cartons qui serviront de modèles aux Gobelins pour tisser en sept panneaux l’histoire d’Esther. La commande de la duchesse d’Enville a été réalisée à partir de ces cartons utilisés depuis 1738. Très appréciée, la série complète des sept tableaux inspirés de la Bible illustrait les principaux épisodes de l’histoire d’Esther, mais la duchesse n'en a cependant retenu que quatre. Cette histoire est celle d'une jeune orpheline juive d’une grande beauté qui devint reine des Perses en épousant le roi Assuérus. Avec l’aide de son cousin et père adoptif, Mardochée, celle-ci sauva le peuple Juif alors en exil, dont le grand vizir Aman avait décidé l’extermination. La tapisserie représentée ici (n° 7) figure dans le grand salon du château de La Roche-Guyon (les n° 4, 5 et 6 n'ont pas été commandées par la duchesse d'Enville).

N° 4 : L'évanouissement d’Esther
Mardochée apprend la nouvelle et prévient Esther du destin funeste de son peuple : il faut qu’elle agisse. Cependant personne n’est autorisé, sous peine de mort, à déranger le roi sans y avoir été invité. Esther prend son courage à deux mains, décide de braver les interdits et de plaider la cause de son peuple auprès d’Assuérus, mais s’évanouit. Le roi, touché par le désespoir de son épouse, tend vers elle son sceptre d’or, épargne ainsi la mort à Esther et accède à sa requête.

N° 5 : Le repas d'Esther
Esther invite Assuérus et Aman à un festin. Le premier demande à son vizir quelle est, à son avis, la récompense la plus appropriée pour une personne méritante. Aman, qui pense qu’il s’agit de lui, suggère de lui offrir une entrée triomphale dans la capitale. Mais c’est Mardochée que le roi souhaite honorer et Aman se voit donc chargé d’organiser le triomphe de son plus sévère rival.

N° 6 : Le triomphe de Mardochée
Aman se voit contraint de faire défiler Mardochée revêtu d’habits d’apparat et monté sur un cheval.

N° 7 : La Condamnation d'Aman (livre d'Esther VII 8-10)
Donnant un festin en l’honneur de son oncle, Esther dévoile ses origines juives à Assuérus et avoue également le traitement que leur réservait Aman. Ce dernier supplie Esther de le sauver. Mais Assuérus, voyant la scène, croit qu’Aman s’attaque à Esther et le condamne à être pendu (cf. chateaudelarocheguyon.fr).
Le repas d'Esther peut indiquer une salle à manger , le reste ?
Bref ? Je me pose la question suivante: Pourquoi cette volonté de ne pas ne pas dire le nom de certains lieux ?
En plus qu’aujourd’hui nous visitons un nouveau Château (le Château d'Hennemont ) avec cette visite au lycée international de Saint-Germain-en-Laye.

Du coup, j'ai tout relu depuis le début , pour me faire une carte avec les différents lieux évoqués ! :lol:
[size=85Le couple s’arrêta dans un commerce pour acheter une carte plus précise de la région.
« Regardez, voici la première colline en amont du pont...
- Je pense plutôt que le camp était sur la suivante.
Pourquoi ? Parce qu’elle est plus haute ?
- Non, à cause de son nom.[/size]
J'ai trouvé une grotte du Camp de César en aval de La Roche-Guyon. Est bien cela ?
Chapitre XV – Uxellodunum
Impressionnant , le choc des barges !
:MJ:
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
Kronos
Modérateur
Modérateur
Messages : 2951
Enregistré le : 05 août 2010, 12:10

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par Kronos »

Tu aurais pu t'éviter de faire des recherches car tout est dans les Pièges de Miloch, en ce qui concerne La Roche-Guyon, les tapisseries et les détails qui apparaissent peu à peu
Et oui, c'est une volonté délibérée pour laisser toute l'action dans le flou quant aux lieux visités
Ceux qui connaissent s'y reconnaîtront instantanément... Pour les autres, ils n'ont qu'à se laisser bercer par la magie du conteur
Mais quelqu'un s'est-il demandé le pourquoi du choc des barges ??? Qui met toutes les preuves à l'eau ???
Ca, c'est une question qu'elle est bonne !
La réponse, en fin d'émission...
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6172
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par archibald »

Kronos a écrit :
30 janv. 2020, 09:09
Tu aurais pu t'éviter de faire des recherches car tout est dans les Pièges de Miloch, en ce qui concerne La Roche-Guyon, les tapisseries et les détails qui apparaissent peu à peu
.../...
Que je suis donc sot ! Je n'y ai pas pensé :lol:
Kronos a écrit :
30 janv. 2020, 09:09
.../...
Mais quelqu'un s'est-il demandé le pourquoi du choc des barges ??? Qui met toutes les preuves à l'eau ???
.../...
Mais pas suffisamment pour ne pas envisager que ce choc titanesque n'es pas accidentel et qu'il y a probablement un traitre ou une traitresse sur le fly boat ...
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
Kronos
Modérateur
Modérateur
Messages : 2951
Enregistré le : 05 août 2010, 12:10

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par Kronos »

Comme Archibald et Alhellas ont déjà posté quelques images, aimeriez-vous, lecteurs assidus, que je joigne à mon tour à chaque chapitre des illustrations ? Non ?!
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6172
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par archibald »

Kronos a écrit :
30 janv. 2020, 16:13
Comme Archibald et Alhellas ont déjà posté quelques images, aimeriez-vous, lecteurs assidus, que je joigne à mon tour à chaque chapitre des illustrations ? Non ?!
oh que oui !
:MJ: :samo: 8-)
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
Alhellas
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 397
Enregistré le : 08 juil. 2014, 09:55
Localisation : Haute-Savoie
Contact :

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par Alhellas »

OUI !! c'est ce que j'avais commencé à faire de mon côté... :oops:
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6172
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par archibald »

Alhellas a écrit :
30 janv. 2020, 21:51
OUI !! c'est ce que j'avais commencé à faire de mon côté... :oops:
Idem :lol:
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
Alhellas
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 397
Enregistré le : 08 juil. 2014, 09:55
Localisation : Haute-Savoie
Contact :

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par Alhellas »

Il faudra envoyer tout ça à Kronos... ce sera amusant de comparer. Pour ma part, n'étant pas dessinateur pour deux sous, je prends ce que je trouve sur internet...
Je rajoute des illustrations au fur et à mesure, par paquets ayant trait au chapitre concerné
Avatar du membre
Kronos
Modérateur
Modérateur
Messages : 2951
Enregistré le : 05 août 2010, 12:10

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par Kronos »

Chapitre XVII – Le Chronoscaphe

Julien avait repéré un secrétariat à côté du bureau du proviseur. Il savait que c’était en général l’endroit où l’on conservait les doubles des clefs. Un peu plus loin se trouvait le centre de documentation. L’endroit avait été déserté pendant la récréation, des élèves y avaient laissé leurs affaires. Julien choisit la plus belle trousse et s’en empara ; il s’isola en vue du secrétariat et attendit.
Quelques minutes après le retour des enfants, il entendit deux gamines se chamailler bruyamment, s’ensuivit immédiatement un grand chahut que tentait de couvrir la voix d’un professeur, puis, enfin, la secrétaire sortit de son bureau pour aider son collègue.
Julien entra discrètement. Son œil aguerri constata qu’il n’y avait aucune armoire à clefs. Avec des gestes vifs et précis il ouvrit les tiroirs et armoires ; rien… Restait l’option qu’il craignait : l’armoire forte.
Dans la galerie, Genoffa avait atteint les limites de la patience de son hôtesse. En dernier ressort, pour gagner encore un peu de temps, elle avait demandé l’autorisation de photographier les différentes œuvres avec son i-phone.
- Vous avez déjà photographié celui-ci madame, et les autres au moins deux fois, je vais vous demander de prendre congé s’il vous plaît, j’ai du travail qui m’attend.
Le langage poli ne cachait pas que la proposition ne souffrait aucune discussion. Genoffa s’excusa et suivit le proviseur en direction de son bureau, espérant que Julien ait eu le temps de consulter le dossier du petit Mike.

En s’approchant du coffre, Julien retrouva le sourire. L’armoire en question était du dernier modèle ; le plus sécurisé. Il était équipé d’une serrure à combinaisons rotatives, pratiquement inviolable. D’expérience, il savait que très peu de personnes maîtrisaient son utilisation, la plupart du temps les détenteurs la laissaient donc ouverte, de peur de ne pas réussir à entrer la combinaison. Pour le cas présent, il avait eu raison.
Dans l’armoire, les clefs étaient soigneusement étiquetées ; il prit celle des archives. S’apprêtant à sortir, il fut arrêté par des bruits de talons sur les dalles du couloir.
Le proviseur posa ses clefs sur son bureau et proposa à Genoffa de l’accompagner jusqu’à la sortie, mais le bruit de chahut qui s’éternisait attira son attention.
- Excusez-moi madame, je dois aller voir ce qui se passe, vous retrouverez la sortie ?
- N’ayez crainte, je comprends, et je vous remercie pour votre accueil.
- C’est naturel, vous retrouverez votre mari dans la cour, je pense, saluez-le de ma part.
A ces mots, elle se dirigea d’un pas ferme en direction du centre de documentation, laissant Genoffa seule près du bureau sur lequel étaient posées les clefs. A ce moment, Julien entra.
- Ah ! Tu es là ? Tu as pu entrer ?
- Non, pas encore.
- Mais qu’as-tu donc fait depuis ? Bon, j’ai les clefs, le proviseur ne les a pas rangées ; allons-y maintenant.
- Non, ça va se remarquer ! J’ai les doubles, laisse les originaux ici et sort comme prévu. Je te retrouverai dans une demi-heure à la petite pizzeria qui se trouve en bas de la rue.

Dans un établissement qui avait subitement retrouvé son calme, Julien progressa furtivement jusqu’à la sortie et traversa la résidence pour rejoindre le bâtiment des archives. Il trouva rapidement le dossier de Mike. D’un geste professionnel il consulta tous les documents sans changer leur classement ; rien d’intéressant. Et surtout, pas de livre ! Il regarda sa montre, décida de ne pas insister et rangea les documents, mais il s’interrompit soudainement quand il eut la bande dessinée entre les mains.
- J’ai déjà vu cette image !
Il fouilla dans le dossier pour retrouver le dessin de Mike, puis le compara à la couverture du livre. Il était clair que le garçon avait cherché à la recopier sur son dessin, pourtant, outre la qualité du dessin, il y avait une différence. En haut à droite l’écolier avait dessiné un logo de l’O.T.A.N. en trois dimensions. Au même endroit, sur le livre, se trouvait une sorte d’engin équipé d’un siège. La forme de l’engin était improbable, pourtant Julien était persuadé de l’avoir déjà vu. Il feuilleta les premières pages et obtint sa réponse. Sur une des planches plusieurs vignettes représentaient un donjon médiéval aux formes caractéristiques.
- Le château de Rommel !
Julien se souvenait maintenant ; une reproduction grandeur nature de cet engin était exposée dans les souterrains, mais il n’y avait pas porté attention, ce jouet ne pouvant avoir de rapport avec le maréchal allemand.
Son chrono bipa pour la deuxième fois, indiquant qu’il avait dépassé le temps qu’il s’était alloué. Il chercha rapidement le nom que le dessinateur avait donné à l’engin, rangea consciencieusement la boîte avec tout son contenu et évacua la masure. Lorsqu’il fut dans la rue, il nota sur son calepin : « Chronoscaphe ».

Le couple se retrouva devant un repas servi sur la terrasse d’un restaurant italien situé en contrebas du château. Genoffa, vexée que l’on ait pu la croire enceinte se contenta d’un antipasti. La jeune femme avait l’air extrêmement déçue de sa visite ; elle avait retiré son foulard pour le protéger des taches de sauce. Julien essaya de changer de sujet.
- Je n’avais jamais remarqué que tu portais une croix.
- Menteur.
Elle resserra son décolleté puis saisit machinalement sa croix, laissant ainsi remonter un pénible souvenir.
- Tu sais, cet Américain qui m’a interrogée… Avant de mourir, il m’a donné un exemplaire de la Déclaration d’Indépendance des Etats-Unis. Il semblait y tenir comme moi à ce collier.
Images Chap.17.jpg
Elle fouilla dans son sac et lui donna un papier froissé maculé de taches de sang séché. Le visage de Julien s’assombrit.
- Je connaissais cet homme, il était très efficace, mais indépendant, ne rendant compte à ses chefs qu’en fin de mission.
- Il ne pourra plus le faire maintenant.
- C’est une chance pour nous.
- Je n’ai pas réussi à comprendre le rôle des Américains dans cette histoire. Leur intérêt pour cette affaire date-t-il d’aujourd’hui, ou étaient-ils déjà impliqués du temps du petit Mike ? Penses-tu qu’ils cherchent à cacher la vérité ou à la découvrir ?
Julien s’essuya les lèvres, déplia le document pour le lire et, sans le quitter des yeux, répondit :
- Connais-tu la vraie raison pour laquelle les Etats-Unis autorisent leur peuple à détenir des armes ?
- Les lobbies des armes, l’auto-défense ?
- Non, dit-il en lui présentant une ligne du document. Tout vient d’une phrase de ce texte : «« Il est de leur droit et de leur devoir de rejeter un tel gouvernement »».
Suivant ce précepte de la Déclaration d’Indépendance, la Constitution des Etats-Unis prévoit que le Peuple soit armé pour pouvoir assumer éventuellement ce devoir.
- Mais tout les Etats du Monde ont un raisonnement opposé !
- C’est pour cela qu’ils ne comprennent rien aux Américains. La France en premier lieu, qui préféra perdre plusieurs batailles contre les Anglais plutôt que de former son peuple au maniement de l’arc. Nous n’appliquerons jamais la première phrase de notre hymne, les Américains, eux, font confiance à leur peuple, peut-être parce-que leur seule révolution n’a pas dégénéré.
- Ah oui ? Et les révoltes indiennes et la Guerre de Sécession ?
- S’il est un point sur lequel les Américains et les Amérindiens ont toujours été d’accord, c’est qu’ils ne faisaient pas partie du même Peuple. Quant à la Sécession, elle n’avait rien à voir avec une révolution, mais elle est au cœur de notre sujet.
- Pourquoi ?
- Pour l’autre partie de la phrase, celle qui concerne le droit. La force des Américains dans tout ce qu’ils entreprennent, que ce soit le pire ou le meilleur, est d’être certains de leur bon droit. S’ils s’apercevaient que leur nation a une origine illégitime, tout ce sur quoi se base leur unité et leur volonté volerait en éclat.
- Admettons, et alors ?
- Relis ton document, une grande partie de son texte vise à justifier que les Américains étaient bien en droit de briser leur allégeance. Et seul le comportement du roi d’Angleterre permet cette justification.
- Nous y voilà à nouveau. S'il était reconnu que ce roi était un usurpateur, leurs arguments contre les Britanniques tomberaient.
- Je pense que c’est en effet ce qu’ils craignent.
- Pourquoi donc ? Ils n’auraient qu’à détruire les preuves, ce ne serait pas la première fois qu’ils mentiraient au Monde.
- Tu te trompes, nous ne parlons pas ici d’un champ de pétrole ou d’une arme nucléaire. Il ne s’agirait pas de défendre des intérêts vitaux, ni même la survie de leur Nation, mais de quelque chose de plus intime : sa naissance. Un peu comme si tu apprenais que celui qui t’a élevé n’est pas ton père, tu voudrais la vérité et l’opinion du Monde t’indiffèrerait.
- Tu veux dire que, si un roi revendiquait la place de George III, ils se sentiraient obligés de s’y soumettre ?
- Plus exactement, ils ne se sentiraient pas en droit de ne pas le faire. Sauf à pouvoir lui reprocher les mêmes choses.
- Mais quel roi pourrait-ce être ?
- Je n’en sais rien, ce pourrait très bien être la reine d’Angleterre puisqu’elle n’est pas de la même Dynastie.
- Tu la vois revendiquer les Etats-Unis ? Soyons sérieux !
- Avec un Charles ou un William, je serais d’accord avec toi, mais nous parlons d’Elisabeth II ; ce n’est pas une Lady Di voyant la royauté comme un conte de fées agrémenté de contraintes que la modernité pourrait lever. Elisabeth considère son trône comme une responsabilité héritée de Dieu et de ses ancêtres. Si on lui apprenait que son peuple comprend plusieurs millions d’âmes de plus, elle le prendrait comme une charge supplémentaire qu'elle s'interdirait de refuser.
- Mais le Parlement ?
- Ils pourraient en conserver un en propre, comme l’Australie.
- Mais oui ! Donc ça pourrait se passer en douceur.
- Le problème est que seulement treize états ont déclaré leur indépendance vis-à-vis du Roi Georges, les autres l’ont obtenue du Mexique, de la France ou sont nés indépendants.
- Ça veut dire que l’on verrait une partition des Etats-Unis ?
- De fait, oui, comme pendant la Guerre de Sécession justement.
- Mais Est-Ouest au lieu de Nord-Sud. Tu te rends compte que, partant d’un œil de statue, ton délire nous mène au plus gros bouleversement politique que le Monde ait jamais connu ?
Julien voulut lui dire que ce n’était là qu’une hypothèse, quand un papillon acheva son vol sur le verre de la jeune femme. Tous deux le regardèrent silencieusement, l’air captivés, puis leurs regards se croisèrent. Genoffa rompit le silence.
- Je dois rentrer chez moi.
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6172
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: Nouvelle sur et autour de La Roche-Guyon

Message par archibald »

Le chronoscaphe ! :chonos:
On se rapproche de notre domaine! :p
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Répondre

Retourner vers « Le Piège diabolique »