L'onde Septimus dans les médias

Scénario : Jean DUFAUX
Dessin : Antoine AUBIN et Etienne SCHREDER
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par rigolissimo »

Le Figaro, mardi 10 décembre 2013

Blake et Mortimer : les mauvaises ondes de Septimus

Delcroix, Olivier

BANDE DESSINÉE - Splendide sur le plan graphique, le nouvel album des aventuriers britanniques distille pourtant un ennui certain. La faute en incombe principalement au scénario qui néglige les héros de la série.

C'est le plus gros tirage de la bande dessinée cette année, après Astérix chez les Pictes. Quelque 500.000 exemplaires du 22e tome des aventures de Blake et Mortimer, L'Onde Septimus, viennent, en effet, d'être mis en vente, ce qui est censé tomber à pic pour les fêtes de Noël.

D'emblée, il faut reconnaître que le dessin d'Antoine Aubin et d'Étienne Schréder est virtuose. On n'a jamais été aussi prêt [sic] du graphisme original d'Edgar P. .Jacobs. N'en déplaisent à Ted Benoît, à André Juillard, au regretté René Sterne et à son épouse Chantal de Spiegeleer, Aubin et Schréder ont su capter le trait légèrement amidonné du Maître, ses cadrages spectaculaires, son génie de la mise en scène BD. Malgré la dizaine de planches finales dont on sent qu'elles ont été «expédiées» pour tenir les délais d'impression, le dessinateur impressionne par sa maîtrise et ce classicisme discrètement modernisé qu'il imprime à nos deux héros «so british». [Aarghh.]


Blake et Mortimer absents de la couverture

Et l'on s'en rend compte dès la couverture de cette suite de La Marque Jaune, artistement composée: au coeur d'un laboratoire géant enfoui dans les profondeurs de Londres, trône un Orlik halluciné portant un pull à col roulé noir orné de la célèbre Marque jaune. Autour du fauteuil de torture de «Guinea Pig» , se tiennent une dizaine de professeurs Septimus portant parapluie et chapeau melon. L'image est saisissante. Elle intrigue autant qu'elle fait froid dans le dos.

Le seul problème, c'est qu'elle révèle aussi le talon d'Achille de tout l'album: ni le capitaine Blake, ni le professeur Mortimer ne figurent sur la couverture (hormis sur le logo montrant les deux personnages dans un rond en haut à gauche du livre). C'est bien le principal défaut de L'Onde Septimus. L'excellent Jean Dufaux, qui signe là son premier scénario pour la saga, ne se passionne guère pour les deux héros créés par Jacobs, qui l'encombrent plus qu'autre chose.

Olrik et Septimus, véritables héros de l'aventure

Ce qui intéresse surtout le scénariste de la série Jessica Blandy, c'est le personnage d'Olrik. L'âme damnée de la série, le séduisant méchant aux moustaches cirées, auquel on a longtemps dit que Jacobs s'y identifiait (plus qu'à Blake et Mortimer), tient une place de choix dans cet album. Ainsi que la flopée de professeurs Septimus qui surgissent sur la couverture comme les cybernautes de la mythique série britannique Chapeau melon et Bottes de cuir.

L'autre référence évidente de L'Onde Septimus, c'est Quatermass and The Pit (Les Monstres de l'espace, 1967) un classique du film de science-fiction signé Roy Ward Baker et mettant en scène le professeur Bernard Quatermass (sorte de sosie de Mortimer) aux prises avec un vaisseau martien découvert au cœur du métro londonien. Dufaux agrège l'intrigue principale de cette série B produite par les studios de la Hammer et s'amuse consciemment à y ajouter les références jacobsiennes: sa passion pour le fantastique, son obsession pour les sous-sols et autres catacombes, sans oublier une appétance certaine pour la mise en scène opératique de l'action et les ornements royaux qui font tout le sel d'un bon Blake et Mortimer.

Un évident manque de rythme et d'action

Le seul problème, c'est qu'à ce cocktail relevé, Dufaux oublie d'ajouter l'essentiel, outre la présence déterminante des deux héros, l'action! Dans L'Onde Septimus, Blake et Mortimer ne sont que l'ombre d'eux-mêmes. Le capitaine Francis Blake n'apparaît dans l'album qu'à la dixième page. Idem pour Mortimer qui ne montre le bout de sa barbe rousse qu'à la page 14. Le comble, c'est qu'ils parviennent lors de chacune de leur apparition à freiner l'action, qui n'est déjà pas foudroyante.

Si Hergé avait l'habitude de concevoir ses albums comme de véritables films, ceux de Jacobs tenaient plus de la tradition théâtrale. D'où l'importance des didascalies et autres bulles parfois interminables. Dans La Marque jaune, cette abondance de dialogues et d'apartés narratifs ajoutaient au charme de l'intrigue. Dans L'Onde Septimus, c'est tout le contraire. Le rythme de l'ouvrage en pâtit sérieusement.

En réalité, il fallait une certaine dose d'inconscience pour oser s'attaquer au chef-d'oeuvre de Jacobs, La Marque jaune. Le nouvel album des repreneurs de Blake et Mortimer paient peut-être cette tentative par trop audacieuse. Damned! [hmmm] Les mauvaises ondes de Septimus ont finalement réussi à distiller un profond ennui au cœur de cette aventure dont les héros ont été dépossédés. Loin du Serment des cinq Lords, précédent ouvrage si cursif et revigorant. Par l'enfer, vivement que Blake et Mortimer redeviennent les héros de leurs aventures!
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6184
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par archibald »

Voilà une critique bien construite et qui ne mâche pas ses mots ...
Olivier Delcroix a écrit :D'emblée, il faut reconnaître que le dessin d'Antoine Aubin et d'Étienne Schréder est virtuose
Le problème d'avoir signé le dessin à deux , c'est qu'on ne dissocie pas les deux auteurs , dans le bon comme dans le mauvais !
Olivier Delcroix a écrit :Blake et Mortimer absents de la couverture
Oui , mais ce n'est pas la première fois !! ;)
Par exemple les espadons et l'affaire du collier où Olrik faisait déjà la Une !
Olivier Delcroix a écrit :Le comble, c'est qu'ils parviennent lors de chacune de leur apparition à freiner l'action, qui n'est déjà pas foudroyante.
Foudroyante ! :D Bien choisi le terme
Le Canard Enchainé aurait peut être titré : "On ne s'éclate pas avec l'éclateur" :lol:
Je pense que Dargaud n'enverra plus d'albums gratuits à Olivier Delcroix :p

PS : Décidément faut que je voie Quatermass and the pit ! :?:
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
jimmyraker
Agent du MI-5
Agent du MI-5
Messages : 124
Enregistré le : 20 août 2010, 15:53

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par jimmyraker »

une interview de dufaux dans le carrefour savoir de décembre. (cliquez pour agrandir.)

Image

Image

Avec l'aimable autorisation de Brieg F. Haslé.
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par rigolissimo »

Le Figaro Littéraire, jeudi 12 décembre 2013

Les affreux ne meurent jamais

Étienne de Montety

C'EST décidé, chez Blake et Mortimer, l'horloge de Big Ben s'est arrêtée en 1950 : l'année de La Marque jaune. Au fil des albums, le célèbre titre est devenu le mètre étalon des aventures des deux célèbres Britanniques. À l'instar des héros, les affreux ne meurent jamais. Aucune surprise, donc, à voir réapparaître le triste Jonathan Septimus et son dangereux télécéphaloscope qui, comme son nom l'indique, permet de s'introduire à distance dans le cerveau d'un être humain pour le mener à la baguette.

Où l'on apprend que le professeur Mortimer a pris en main l'inquiétant appareil pour tenter de mettre l'Onde Mega dans le droit chemin : au service des malades psychiques.

Ses expériences contrarient un étrange quatuor acharné à lui nuire. Qui sont-ils ? Fidèles à la tradition, le colonel Blake et le professeur Mortimer s'engagent sur deux pistes, l'une policière, l'autre scientifique, avant de se retrouver. À quoi voit-on la modernisation d'une série installée dans les conventions (Olrik, Nasir, Basam-Damdu) ? À sa féminisation désormais acquise : en cours d'enquête, Mortimer fréquente une fascinante lady Rowana. À l'allusion faite à l'actualité du moment : on y voit une parade conduite par la toute jeune reine Elizabeth en uniforme. Enfin, la référence explicite faite par Mortimer à La Guerre des mondes, de H. H. G. Wells, scelle officiellement l'union de la littérature d'anticipation et de la bande dessinée.
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6184
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par archibald »

Une phrase qu'on entend souvent de nos jours et qu'aurait pu mettre Étienne de Montety en fin de son "article " : enfin , j'dis ça , j'dis rien ! :D
Mais ce n'est pas le seul ...
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par rigolissimo »

archibald a écrit :Une phrase qu'on entend souvent de nos jours et qu'aurait pu mettre Étienne de Montety en fin de son "article " : enfin , j'dis ça , j'dis rien ! :D
Mais ce n'est pas le seul ...
Oui, l'Étienne ne s'est pas foulé.
Avatar du membre
Erca
Modérateur
Modérateur
Messages : 2269
Enregistré le : 09 août 2010, 02:03
Localisation : Paris

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par Erca »

Étienne de Montety a écrit :C'EST décidé, chez Blake et Mortimer, l'horloge de Big Ben s'est arrêtée en 1950 : l'année de La Marque jaune.
1953, pas 1950 : je renvoie M. de Montety au dossier sur la chronologie. Mais c'est peut-être trop en demander... :mrgreen:
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par rigolissimo »

PALMARÈS du MATIN

Les livres les plus vendus du 02/XII au 07/XII

TOUS RAYONS CONFONDUS

 1. [bédé] Le Chat, vol. 18. La Bible selon le Chat - Philippe Geluck, Casterman
 2. [bédé] Blake et Mortimer, vol. 22. L'onde Septimus - Jean Dufaux, Antoine Aubin & Etienne Schréder, Dargaud
 3. [bédé] Astérix chez les Pictes - Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, Ed. Albert René
 4. [essai] Du bonheur. Un voyage philosophique - Frédéric Lenoir, Fayard
 5. [roman] Au revoir là-haut - Pierre Lemaitre, Albin Michel
 6. [roman] Ainsi résonne l'écho infini des montagnes - Khaled Hosseini, Belfond
 7. [roman] L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea - Romain Puértolas, Le Dilettante
 8. [bédé] XIII, vol. 22. Retour à Greenfalls - Yves Sente & Iouri Jigounov, Dargaud
 9. [bio] Dölf Ogi: c'est formidable! - Georges Wüthrich et André Häfliger, Attinger
10. [roman] L'analphabète qui savait compter - Jonas Jonasson, Presses de la Cité

BD-HUMOUR

 1. Le Chat, vol. 18. La Bible selon le Chat - Philippe Geluck, Casterman
 2. Blake et Mortimer, vol. 22. L'onde Septimus - Jean Dufaux, Antoine Aubin & Etienne Schréder, Dargaud
 3. Astérix chez les Pictes - Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, Ed. Albert René
 4. XIII, vol. 22. Retour à Greenfalls - Yves Sente & Iouri Jigounov, Dargaud
 5. Thorgal, vol. 34. Kah-Aniel - Rosinski & Sente, Le Lombard
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par rigolissimo »

Midi Libre 19/XII/2013

Une belle idée de l'éditeur que cet étui réunissant les tomes 6 et 22 des aventures de Blake et Mortimer; soit le tout nouvel opus de la série L'onde Septimus (Dufaux - Aubin) et la mythique Marque jaune. Judicieux puisque le premier cité intervient chronologiquement juste après le plus célèbre album d'E-P. Jacobs. Une intégrale autour de l'onde Méga, du mystérieux Guinea Pig, avec toujours de si britanniques ambiances...

L'étui Marque Jaune, Onde Septimus, édition Blake et Mortimer
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par rigolissimo »

Libération du 19/XII/2013

Livres, jeudi 19 décembre 2013, p. 8

Comment ça s'écrit

Blake et Mortimer en ordre de marque

Mathieu Lindon

Cet hiver a vu triomphalement paraître Astérix chez les Pictes, le premier album d'Astérix dont ni René Goscinny ni Albert Uderzo ne sont auteurs. Nick Rodwell, le mari de la veuve de Hergé, a pour sa part déclaré qu'il serait bon qu'un nouveau Tintin paraisse en 2052, ce qui est voir loin. Pourquoi en 2052 ? Parce que Hergé est mort en 1983, que les soixante-dix ans de domaine public prendront donc fin en 2053, et qu'il lui semble bon de lancer auparavant un album dans les gencives d'éventuels continuateurs des aventures du petit reporter, dans l'espoir juridiquement pas assuré d'ainsi prolonger ce domaine public (Hergé avait réclamé que les aventures de son héros s'achèvent à sa mort). Et paraît maintenant l'Onde Septimus, une nouvelle aventure de Blake et Mortimer. A priori, c'est une nouvelle de moindre envergure, puisqu'il s'agit déjà du dixième album à paraître sans rien avoir à voir avec Edgar P. Jacobs (le onzième si on compte, mais le cas est un peu différent, le deuxième volume des Aventures du professeur Sato entièrement dessiné par Bob de Moor qui fut quand même le collaborateur du créateur de Blake et Mortimer).

Edgar P. Jacobs est né en 1904 et mort en 1987. Blake et Mortimer naissent en 1946 et il publie la dernière de leurs aventures signées de lui en 1977, le premier volume du Professeur Sato. Il ne va pas plus loin, fatigué et ayant en particulier reçu un coup en voyant apparaître au cinéma la Guerre des étoiles qui lui donne le sentiment de faire de «la science-fiction de papa» : son avenir lui paraît démodé. En 1996, une nouvelle vie éditoriale est proposée au professeur Mortimer et au capitaine Blake quand paraît l'Affaire Francis Blake scénarisée par Jean Van Hamme et dessinée par Ted Benoit. Depuis, les albums se succèdent régulièrement.

L'Onde Septimus (scénario de Jean Dufaux, dessins d'Antoine Aubin et Etienne Schréder) se présente comme une sorte de remake, d'ailleurs loin d'être honteux, de la Marque jaune, sans doute le titre le plus célèbre de la série (plus encore que le Mystère de la grande pyramide et le Secret de l'espadon). La couverture est spectaculaire, qui voit Olrik attaché à une chaise dans son attitude de guinea pig (cobaye) qui lui était si familière dans le fameux album. Autour de lui, onze incarnations du professeur Septimus, le génial inventeur diabolique qui meurt à la fin de la Marque jaune.

Or le succès de Blake et Mortimer n'a jamais été comparable à celui de Tintin et Astérix du vivant de Jacobs (on suppose qu'aucun des titres du créateur de la série n'a, ne serait-ce que de loin, atteint dans son année de sortie les chiffres de vente réservés à ceux de ses continuateurs). La prolifération des Septimus est aussi celle des lecteurs et la Marque jaune est devenue une vraie marque dont il s'agit de gérer le copyright (il y a également en vente, outre un calendrier et un agenda, une eau de parfum et un thé Blake et Mortimer). On attend des scénaristes et des dessinateurs qu'ils se fondent dans l'entreprise, comme tout nouvel employé.

Indépendamment des réserves que peut susciter cette aventure éditoriale, il y a quelque chose de sympathique dans cette volonté de poursuivre indéfiniment les récits de Blake et Mortimer. La fascination qu'exercent les bandes dessinées sur des enfants et des adolescents s'exprime souvent dans le bonheur d'une relecture perpétuelle. L'Onde Septimus se présente de soi-même comme une relecture de la Marque jaune, par les auteurs cette fois, et c'est comme si une boucle était bouclée.
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6184
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par archibald »

Mathieu Lindon a écrit :.../...L'Onde Septimus se présente de soi-même comme une relecture de la Marque jaune, par les auteurs cette fois, et c'est comme si une boucle était bouclée.
Une relecture ????
On se demande si l'auteur de l'article a fait au moins une lecture de l'un des albums?!
Enfin il a au moins compté les Septimus de la couverture ... :lol: :lol: :lol:
Mathieu Lindon a écrit :.../...professeur Septimus, le génial inventeur diabolique qui meurt à la fin de la Marque jaune....
... album dans lequel on l'appelait Docteur Septimus !
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
Erca
Modérateur
Modérateur
Messages : 2269
Enregistré le : 09 août 2010, 02:03
Localisation : Paris

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par Erca »

rigolissimo a écrit :Edgar P. Jacobs est né en 1904 et mort en 1987. Blake et Mortimer naissent en 1946 et il publie la dernière de leurs aventures signées de lui en 1977, le premier volume du Professeur Sato. Il ne va pas plus loin, fatigué et ayant en particulier reçu un coup en voyant apparaître au cinéma la Guerre des étoiles qui lui donne le sentiment de faire de «la science-fiction de papa» : son avenir lui paraît démodé.
J'ai un vague souvenir de cette histoire mais je ne me souviens plus où l'avoir lue... Quelqu'un saurait dire où ?
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar du membre
Mr Smith
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 444
Enregistré le : 10 août 2010, 23:28
Localisation : Finisterae

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par Mr Smith »

Erca, ces propos sont rapportés par Didier Pasamonik (l'Agence BD) dans le documentaire de Francis Gilery "E.P. jacobs : Blake ou Mortimer ? "('2005). ;)
A ce sujet, je te renvoie aux 3 articles de mon blog Hangar N°7 où je conteste quelque peu cette vision dévalorisante de l'œuvre de Jacobs (posts avec liens dans la section du forum consacré à "L'Enigme de L'Atlantide" ) ... :arrow:
Modifié en dernier par Mr Smith le 25 déc. 2013, 13:26, modifié 1 fois.
NB : inscription au forum (en 2010) sous le pseudo "HUDSON", suite en tant que "Mr Smith", animateur du blog "Hangar N°7" sur à E.P. Jacobs.

Image
http://hangar7.canalblog.com/

http://steedsecrets.canalblog.com/
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par rigolissimo »

Le Temps (Suisse)

Culture/Livres, samedi 21 décembre 2013

Dix albums immanquables, la sélection de notre critique

Les choix de notre chroniqueur

Marc-Antoine Mathieu:Le Décalage (Delcourt). La série Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves, combien de fois l'ai-je écrit, touche au sublime. Alors, décalez-vous avec cet album chamboulé, où rien ne fonctionne comme prévu, qui vient de recevoir le Prix Töpffer international de la Ville de Genève.

Joseph Lambert:Annie Sullivan & Helen Keller (Cambourakis/Ça et là). L'éprouvant et magnifique combat d'Annie Sullivan pour sortir une petite fille sourde, muette et aveugle de son isolement, lui apprendre que tout porte un nom et communiquer par des signes pianotés sur sa main, dans une petite ville de l'Alabama en 1886. Helen Keller deviendra une écrivaine et activiste célèbre. Avec une prodigieuse tentative de recréer par le dessin les représentations intérieures de la petite handicapée.

Cosey: Celle qui fut (Le Lombard). Cosey est toujours ponctuel au rendez-vous de l'excellence. Une douce histoire de retrouvailles, une nouvelle symphonie en jaunes et bleus et un hommage à la bande dessinée en filigrane (LT du 21.9.2013).

Rutu Modan:La Propriété (Actes Sud BD). Mica va découvrir que le voyage qu'elle entreprend à Varsovie avec sa grand-mère n'a pas pour seul but d'aller récupérer un appartement spolié par les nazis pendant la guerre. La dessinatrice israélienne livre une tragicomédie familiale savoureuse et pleine de notations sensibles.

Tom Tirabosco et Christian Perrissin:Kongo (Futuropolis). Joseph Conrad en tirera son célèbre roman Au Coeur des ténèbres. L'évocation du premier voyage de l'écrivain en Afrique, qui lui permet de découvrir la triste réalité de la « propriété privée » du roi des Belges Léopold II, dans une ambiance oppressante et délétère. [Scénariste a s sans doute lu Conrad, mais des histoiriens comme Jean Stengers?]

Chloé Cruchaudet:Mauvais Genre (Delcourt). Paul Grappe, marié, déserteur en 1914, devient Suzanne pour échapper à la guillotine. Une histoire extraordinaire, qui explore les ambiguïtés sexuelles [très à la mode, voir aussi Bichon, pas un hasard à mon avis] et finit en drame. La dessinatrice s'inspire du travail de deux historiens, et laisse aussi courir son inspiration romanesque. Mais la réalité est parfois si invraisemblable qu'elle n'a pas su comment insérer de manière crédible le fait que Paul/Suzanne a même été championne de parachutisme!

Antoine Aubin, Etienne Schréder et Jean Dufaux:Les Aventures de Blake et Mortimer T22: L'Onde Septimus (Dargaud). La copie ne vaudra jamais l'original mais, né avec Edgar P. Jacobs, je suis presque inconditionnel de cette reprise plutôt réussie. Et cette suite tendance fantastique de la sublime Marque jaune, signée Jean Dufaux, est une des meilleures de la nouvelle série avec Olrik en premier rôle et Mortimer en apprenti sorcier.

Zep:Une Histoire d'hommes (Rue de Sèvres). Zep nous mène là où on ne l'attend pas, avec un dessin réaliste loin de Titeuf et une histoire d'anciens rockers, qui part l'air de rien dans des directions inattendues: le choc et la surprise sont d'autant plus forts que l'intrigue pouvait paraître presque banale au départ.

Woodrow Phoenix:Bande d'arrêt d'urgence (Actes Sud L'An 2). Un constat impitoyable. Chaque année, la route tue 1,2 million de personnes dans le monde: « Une voiture représente votre mort potentielle », dit l'auteur anglais de ce pamphlet percutant, mais « comment en sommes-nous arrivés à trouver ce risque acceptable? » . Des cases sans le moindre personnage, déshumanisées, uniquement composées de portions de route et de signalisations routières vues à travers votre pare-brise.

Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen: Souvenirs de l'empire de l'atome (Dargaud). Un grand complot intersidéral sur la Terre dans les années 50 (et plus tard, et plus tôt...), fomenté par la planète Shayol (bien plus tard...), un écrivain de science-fiction en contact avec l'avenir (ou en plein délire?). Délicieux zigzags, flash-back (et flash-forward), allers et retours entre rêve (vraiment?) et réalité (laquelle?), le tout délicieusement mis en images dans un style atome rétro. Que demander de plus?
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par rigolissimo »

Tribune de Genève

Voix et chapitres, samedi 21 décembre 2013, p. 23

«La marque jaune» bis

Contocollias

Sous le sapin, c'est un must. Le nouveau Blake et Mortimer redonne vie à La marque jaune, l'épisode le plus mythique de la saga créée par Edgar P. Jacobs. Ressuscitant l'inquiétant Septimus et approfondissant la personnalité d'Olrik, Jean Dufaux signe - pour la première fois - un scénario qui reflète certaines de ses obsessions [malheureusement]. Jacobsien en diable [hmm], le dessin d'Aubin emporte l'adhésion [oui!]. PH. M.
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6184
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par archibald »

Contocollias (Tribune de Genève) a écrit :..../...Sous le sapin, c'est un must..../...
... et un argument de vente . Voilà Noël ....si vous manquez d'idée , pourquoi pas un B&M ?
Le prochain , prévu pour 2014 , ne faillira pas à la tradition ...
La sortie d'un album de Blake et Mortimer, n'est plus un événement en soi ... :(
Je me demande même si on en a parlé au 13 heures de Jean-Pierre Pernaut ?
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar du membre
shamelord
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 382
Enregistré le : 10 août 2010, 11:31
Contact :

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par shamelord »

J'imagine l'intro de Pernaut :

"Sans transition... retour sur des héros qui ont ravi les grands et les petits. Black et Mortimé sont nés sous la plume du sympathique Edgar P. Jacobs en Belgique, cette ancienne province française du nord de l’Hexagone. Voici l'une de ces petites entreprises bien de chez nous que l'on croyait perdue mais qui résiste toujours à l'envahisseur nippon. Alors que la déferlante jaune des mangas tente d'envahir l'occident chrétien, ces deux sympathiques Anglois de la perfide Albion ont commencé à résister aux tyrans orientaux dès 1947. Une aventure qui s'est poursuivie entre Brucelles et Paris pendant près de 65 ans en faisant fi du soit-disant progrès social de notre époque. Notre envoyé spécial est allé enquêter dans les studios artisanaux des auteurs Jean Dufaux et Antoine Aubin, qui font vivre encore aujourd'hui de la science fiction à papa de l'oncle Edgar. Un artisanat du terroir qui mérite largement d'être sauvegardé. Voici le retour de ces amoureux du gaullisme élisabéthain, héritiers de l'Entente Cordiale, auxquels les jeunes Français sont toujours attachés !" :p
Quel vlek !
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par rigolissimo »

Le Matin

Economie, dimanche 22 décembre 2013, p. 24

La marque Blake et Mortimer est devenue une vraie «cash machine» [By Jove ! Exit la « vache à lait »[1] ?]

Ivan Radja

La couverture de «L'onde Septimus» est presque un aveu: autour d'Olrik vissé à sa chaise de Guinea Pig, référence à «La marque jaune», se dressent onze docteurs Septimus. L'archétype du savant génial et totalement barré, cher à Edgar P. Jacobs (1904-1987), se démultiplie même à l'intérieur de ce 22e tome, comme les lecteurs, comme les clins d'oeil aux épisodes fondateurs de la série. La machine est en marche et se déploie sur tous les fronts: calendrier, agenda, thé et même parfum Vétiver. Meilleure vente chez Payot, la BD finit 3e à la Fnac France, juste derrière le Goncourt, et devant «Astérix chez les Pictes».

Cet opus est du reste l'occasion pour une nouvelle équipe d'intégrer l'entreprise. Le scénariste Jean Dufaux et les dessinateurs Antoine Aubin et Etienne Schréder fonctionneront en alternance avec le tandem Yves Sente-André Juillard. Jean Van Hamme, qui reprit le flambeau avec «L'affaire Francis Blake» en 1996, n'a pas pour projet immédiat de scénariser un nouvel opus. «Le tome 23, réalisé par Sente et Juillard, est d'ores et déjà prévu pour 2014», annonce Gilles Devaux, porte-parole de Dargaud Suisse. La cadence de parution s'accélère. Dargaud aurait tort de s'en priver, qui a racheté les droits de la série en 1992, en misant sur le long terme. «On a payé assez cher pour l'époque», reconnaît dans Les Echos Claude de Saint-Vincent, aujourd'hui directeur général du groupe Media Participations.

Le pari est vite gagné: «L'affaire Francis Blake» se vendra à 610 000 exemplaires, redonnant souffle aux albums précédents qui s'écouleront à 1 million d'exemplaires. Cet ordre de grandeur est devenu la norme: le premier tirage de «L'onde Septimus» est de 500 000 exemplaires. Chaque tome de la série se vend désormais entre 400 000 et 500 000 exemplaires, et le fonds tourne autour de 250 000 à 300 000 exemplaires par an. «On peut estimer que les ventes totales de la série depuis sa création avoisinent les 25 millions d'exemplaires», précise Gilles Devaux.

----

http://www.cbanque.com/vocabulaire/vache-a-lait

[1] Produit, activité ou entreprise dégageant des profits élevés, le plus souvent grâce à une rente de situation.
Modifié en dernier par rigolissimo le 22 déc. 2013, 02:46, modifié 1 fois.
Avatar du membre
rigolissimo
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 314
Enregistré le : 09 août 2010, 05:08

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par rigolissimo »

Paris-Normandie
Eure Dimanche; Liberté Dimanche; Dieppe Dimanche
Loisirs, dimanche 22 décembre 2013, page Eure 22

Au Centaur Club...

Le 6 décembre dernier sortait le 22e tome des aventures de Blake et Mortimer, « L'onde Septimus », avec son lot de têtes de gondoles et de commentaires avisés. Ne rajoutons donc pas de pierres à un édifice déjà bien solide, et attardons-nous plutôt, une fois n'est pas coutume, sur deux produits dérivés mis en vente dans le sillage de l'album : l'Eau de parfum Vétyver et le Thé earl grey du Centaur Club Blake et Mortimer.

Cette double initiative de Parfums137 pourrait paraître artificielle si l'on ne savait pas que ses créateurs sont des fans de Blake et Mortimer, et qu'ils se sont inspirés de l'univers très British imaginé par Edgar P. Jacobs pour composer ce thé noir aromatisé à la bergamote et cette eau de parfum formulée également sur une base de bergamote. Le Centaur Club a dorénavant une boisson (si l'on omet quelques alcools du meilleur cru !) et une odeur ! Les deux coffrets sont édités en série limitée à 1 000 exemplaires, et accompagnés d'un ex-libris.

À retrouver sur www.parfums137.com
Coffrets collector Blake et Mortimer.
Eau de Parfum 42 euros /Thé earl grey 18 euros.
Avatar du membre
archibald
Modérateur
Modérateur
Messages : 6184
Enregistré le : 30 août 2010, 08:37

Re: L'onde Septimus dans les médias

Message par archibald »

shamelord a écrit :J'imagine l'intro de Pernaut :

"Sans transition... retour sur des héros qui ont ravi les grands et les petits. Black et Mortimé sont nés sous la plume du sympathique Edgar P. Jacobs en Belgique, cette ancienne province française du nord de l’Hexagone. Voici l'une de ces petites entreprises bien de chez nous que l'on croyait perdue mais qui résiste toujours à l'envahisseur nippon. Alors que la déferlante jaune des mangas tente d'envahir l'occident chrétien, ces deux sympathiques Anglois de la perfide Albion ont commencé à résister aux tyrans orientaux dès 1947. Une aventure qui s'est poursuivie entre Brucelles et Paris pendant près de 65 ans en faisant fi du soit-disant progrès social de notre époque. Notre envoyé spécial est allé enquêter dans les studios artisanaux des auteurs Jean Dufaux et Antoine Aubin, qui font vivre encore aujourd'hui de la science fiction à papa de l'oncle Edgar. Un artisanat du terroir qui mérite largement d'être sauvegardé. Voici le retour de ces amoureux du gaullisme élisabéthain, héritiers de l'Entente Cordiale, auxquels les jeunes Français sont toujours attachés !" :p
:lol: :lol: :lol: Tu travailles à TF1 ? :D
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Répondre

Retourner vers « L'Onde Septimus »