Une autre lecture de la BD franco-belge

Pour discuter de tout.
Répondre
Avatar du membre
Mitsugoro
Royal fusilier à la tour de Londres
Royal fusilier à la tour de Londres
Messages : 2199
Enregistré le : 08 août 2010, 22:52

Une autre lecture de la BD franco-belge

Message par Mitsugoro »

Bon, à la demande générale, j'ai décidé de reposter mes relevés ! Et pour la peine, vous aurez quelques images en supplément !

Mais d'abord, quelques mots d'introduction:

LEFRANC: la passion métaphysique.

Après maintes tergiversations, j’ai décidé de soumettre à vos yeux d’amateurs éclairés de la BD franco-belge les compte-rendus ici présents consacrés aux albums de Lefranc. Mais ces compte-rendus s’articulent autour d’une thématique particulière : le yaoi à la franco-belge dans l’univers de Jacques Martin. En effet, ma théorie est la suivante : à l’instar de mr Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, Jacques Martin est un yaoïste qui s’ignore. Et à la lumière de cette théorie, fondée sur une lecture basée sur un regard yaoi (en l’occurrence le mien), c’est une toute nouvelle lecture de l’œuvre qui se développe, dans une dimension prouvant plus que jamais l’adage selon lequel la créature finit toujours par échapper à son créateur, et in extenso, la fiction, à son auteur.

Mais d’abord, qu’est-ce que la « yaoi » me direz-vous ? Ce terme désigne, en gros, une branche du shôjô manga, les mangas essentiellement destinés à un public féminin, et dont le scénario est davantage centré sur les intrigues sentimentales que sur des rebondissements événementiels. La particularité majeure du yaoi, est que toutes ces romances sont des romances homosexuelles masculines, créées et lues dans la majorité des cas par des femmes. Certes, Martin est un homme, mais à beaucoup d’égards, sa manière narrative, et les thématiques qui lui sont chères s’apparentent au yaoi, ici à la sauce franco-belge.

On trouve donc chez Martin :

- Une certaine passivité scénaristique, qui tend à s’accroître au fil des ans avec des héros de plus en plus contemplatifs, et une attention d’autant plus accrue pour les aléas de l’âme de ses personnages.
- Des uke (prononcer « ouké ») : ce terme, issu du judo, désigne dans le yaoi le partenaire passif, il sera généralement plus candide et plus jeune que le seme. Chez Martin, Jeanjean et surtout Enak chez Alix sont de parfaits exemples de uke à la mode franco-belge.
- Le seme (prononcer « sémé ») : le partenaire actif, souvent plus imposant physiquement, plus mûr et dominateur. Chez Martin, ce serait plutôt l’apanage des méchants : on peut facilement classer Axel Borg et Arbacès dans cette catégorie.

Notez que ces catégories peuvent être fluctuantes, souvent en fonction du partenaire : ainsi, Lefranc occupera un rôle de seme avec Jeanjean, tandis qu’il sera uke avec Borg, Idem pour Alix, respectivement avec Enak et Arbacès.

C’est tout un art les codes du yaoi !

Autre notion importante issue des codes du manga : le fan-service. Ce terme désigne généralement dans une œuvre de fiction des scènes sans aucune utilité dans l’intrigue autre que celle de satisfaire les fans (d’où le nom). Un exemple courant est celui, classique, de l’héroïne montrée dans une loooongue scène de douche n’ayant d’autre but que de faire profiter les fans amateurs de ses attributs physiques. Les scènes de fan-service n’ont pas nécessairement une coloration sexuelle, mais dans le cas de Jacques Martin, c’est essentiellement autour de cela qu’elles s’articulent avec une surreprésentation de nus masculins, y compris hors du contexte (prétexte ?) de l’antiquité, puisque le fan-service martinien est assez présent chez Lefranc.

Maintenant, la question que tout le monde doit se poser en lisant ces lignes : cette « étude » est-elle sérieuse ou non ? Les deux mon capitaine ! Il ne tient qu’à vous d’adopter ces propos ou non : il ne s’agit de ma part que de proposer une nouvelle lecture de l’œuvre, une lecture alternative, rafraîchissante… et amusante. En ce qui me concerne, nombre d’albums médiocres de la série ont pris, sous la lunette du yaoiste, une coloration nouvelle et plaisante qu’une simple lecture « premier degré » (c'est-à-dire s’en tenant strictement à l’intentionnalité de l’auteur) ne m’aurait pas apporté. Le yaoi peut donner des couleurs à la vie comme à la fiction, pourquoi ne pas en profiter ?

J’emploierai aussi fréquemment dans mes relevés deux néologismes de mon invention : les martinisimes, ou martineries : c’est-à-dire des phrases en apparence anodines mais prenant un relief tout particulier dans une lecture yaoiste des bd de Jacques Martin.

Mais avant toute chose, quelques mots de Martin, à propos de la vie sentimentale de Lefranc (source : « Avec Alix », livre d’entretiens avec Thierry Groensteen) : « Des journalistes m’ont quelquefois posé des questions insidieuses sur ce ménage de garçons, auquel il faut d’ailleurs adjoindre Edouard, le majordome qui apparaît au début de L’Ouragan de Feu, et sur lequel j’ai fait l’impasse depuis lors. On ne doit pas oublier qu’au début des années 50, les femmes étaient encore bannies des bandes dessinées, et surtout des bandes réalistes. Le Lombard n’aurait jamais accepté un Lefranc marié ni, à fortiori, un Lefranc vivant en concubinage avec une compagne. Par ailleurs, une femme entraverait considérablement la disponibilité de mon héros. (…) »

Il n’y a pas que le Lombard à être de cet avis. Et j’aime bien le terme « disponibilité »… Voici déjà une première martinerie.

Là ça se gâte :

« Depuis peu, j’essaie d’introduire des femmes dans ses aventures, mais je dois rester très prudent. Lorsqu’une série est lancée sur des rails, il est très difficile de l’en faire dévier. Les lecteurs ne l’acceptent pas. »

Ouais, surtout quand ça prend des dimensions mégalithiques dans le surréalisme comme dans les derniers albums, Jacques !

Maintenant, quelques mots sur Axel Borg :

« Il fallait à Lefranc un adversaire à sa mesure. Axel Borg, avec son physique original, son élégance, ses manières aristocratiques, sa détermination froide et sa foncière immoralité (Nd Hatsu : il « s’adoucit » quand même un tantinet au fil des albums), possède l’envergure souhaitable. (…) Contrairement à Arbacès (Nd Hatsu : le sublime méchant des premiers Alix), Borg ne recherche pas le pouvoir, mais l’argent. Il est moins cérébral et plus jouisseur (sic !). »

Puis un aveu intéressant :

« De même que Lefranc partage mon attrait pour le ski et pour les voitures sportives, Axel Borg a hérité de mon amour du luxe et de la beauté. Je mets un peu de moi-même dans chacun de mes personnages, qu’ils soient parmi les « bons » ou les « mauvais ». »

Enfin, un extrait de l’analyse de Thierry Groensteen à propos de la relation Borg/Lefranc :

« Axel Borg et Guy Lefranc sont comme les deux faces d’une même médaille. Pour tous les deux, la vie est un perpétuel défi. Ils courent l’aventure pour dépasser la finitude humaine, pour échapper à sa dérisoire contingence. La fuite en avant, l’activité débordante, la pression du danger servent de remèdes et d’exutoires à leur angoisse métaphysique. La fureur de vivre définit ces deux natures faustiennes : appétence de vitesse et de savoir chez Lefranc, appétence de plaisir et de puissance chez Borg. (Hum ! Le lexique employé frise le martinisme ! Je dirai même qu’à ce niveau, il lui fait des bigoudis.)
En somme, Borg est un Lefranc qui a mal tourné. Puisée à la même source, sa volonté s’est pervertie et muée en ambition personnelle. Quand Lefranc s’épanouit en se dédiant à la communauté, Borg ne trouve à s’affirmer que dans l’élaboration désespérée de ses projets égocentriques. Le premier est une force généreuse, expansive et centrifuge ; le second, une force dévoreuse, aspirante et centripète. De là ils s’attirent comme par aimantation. (Borg le reconnaît lui-même dans les albums, et je considère ces dernières réflexions comme une variation dans la définition du rapport seme/uke !)

J’ajouterai pour ma part ceci : l’élément récurrent dans les deux grandes œuvres de Jacques Martin, c’est-à-dire Alix et Lefranc, est le triangle amoureux, s’articulant entre le héros (uke/seme), son jeune comparse (uke), et le méchant (seme), d’âge plus mûr (et non pas blet !). En l’occurrence dans Alix : Alix/Enak/Arbacès, et dans le cas de Lefranc, Lefranc/Jeanjean/Borg. La différence majeure étant que, alors qu’Arbacès n’a jamais réussi à « séduire » Alix (mais il faut dire qu’il disparaît trop vite de la série et ne réapparaît que trop loin dans un ou deux albums, et d’ailleurs, pourquoi diable mets-je des guillemets à « séduire » ?), le trio de Lefranc a lui, évolué petit à petit jusqu’à « l’effacement » de Jeanjean, au profit du couple Lefranc/Borg. L’inverse d’Alix en somme.

A présent, passons en revue les différents albums…
Modifié en dernier par Mitsugoro le 31 oct. 2010, 02:33, modifié 1 fois.
Qui ose souiller de ses souliers la loge du grand Mitsugoro ?
Avatar du membre
Mitsugoro
Royal fusilier à la tour de Londres
Royal fusilier à la tour de Londres
Messages : 2199
Enregistré le : 08 août 2010, 22:52

Re: Lefranc

Message par Mitsugoro »

(J'ai choisi délibérément le double-post pour alléger la présentation.)

La grande menace :

C’est là que tout commence ! Et cela dès la page 12 avec la première rencontre entre Lefranc et Jeanjean. Lefranc apparaît ici comme étant pour le moins… frigide. Et le graphisme de Martin, encore obligé à l’époque d’imiter le style de Jacobs qui n’était pas du tout le sien, ne fait qu’en rajouter. Notez l’approche pour le moins… spontanée de Jeanjean, alors scout.

Jeanjean : « Pardon, M’sieur ! Vous n’auriez pas cinquante francs pour moi ?... Je dois visiter le château pour obtenir un badge et j’ai perdu mes sous… Vous seriez si gentil… »
Lefranc : « Hum ! C’est très mal de perdre son argent et d’en demander à un inconnu… surtout pour un louveteau ! Allons, voici : Mais ne recommence plus ! »
Jeanjean : « Oui, M’sieur… Merci, M’sieur… »
Lefranc : « Et on ne dit pas « M’sieur » mais « Monsieur ». Tu n’es plus un bébé, que diable ! »
Jeanjean : « Oui, M’sieur… »

Vous le saviez, vous qu’ils se prostituaient les louveteaux ? :p Nan je déconne, enfin bref, de prime abord, c’est pas gagné, mais le martinisme reprend le dessus dès le bas de la page quand Jeanjean tombe dans le vide suite à une bousculade sur un pont et qu’ « une poigne vigoureuse » le retient par sa pèlerine. J’adore le lexique martinien.

L’approche continue page suivante où quand Lefranc demande son nom à Jeanjean, dont le vrai nom est Jean Le Gall, celui-ci répond en lui donnant son surnom, semblant exprimer un désir de rapprochement !

Les soupçons se confirment page 17 où un (faux) journaliste s’adresse à Lefranc d’une manière à la fois équivoque et directe : « Voyons, nous n’allons pas nous quitter ainsi… Permettez-moi de vous offrir quelque chose… Au « Belvédère », par exemple… »

Et là, qui intervient sous le prétexte fallacieux d’être reconduit au camp scout ? Jeanjean bien sûr, qui nous démontre sa maîtrise du double-sens martinien : « Hep, M’sieur Lefranc… Et moi ?... Vous m’oubliez !?... »

Ensuite, après avoir été victime d’une tentative d’enlèvement due à sa grande… spontanéité (il monte dans la voiture d’un inconnu, quand je vous disais que les scouts se prostituent là-dedans !), Jeanjean est retrouvé inconscient par Lefranc au bas des escaliers d’un parc, et dans un état assez proche d’un fan-service martinien primitif:
Lefranc : « C’est bien lui ! Que lui est-il arrivé ? Il est blessé au front… Ses vêtements sont déchirés… »

Mais tout cela n’est que menu-fretin face à l’évènement majeur de l’album, se produisant page 24 : LA RENCONTRE LEFRANC / BORG !!!

Et le festival commence dès les premiers mots qu’Axel Borg adresse à Lefranc :
« (…) Mais… si je ne me trompe… voilà le reporter Lefranc ! Quelle heureuse rencontre ! »

Donc déjà, il connaît sa tête, et on sait comment case suivante :

« (…) Permettez-moi de me présenter : Axel Borg, industriel ; fervent lecteur de votre journal et grand admirateur de vos prouesses, Monsieur Lefranc ! »
Lefranc : « Euh… Trop aimable...Voici l’inspecteur Renard… »
Borg (sans un regard pour Renard) : « J’attache ma monture et je suis à vous. Je me ferai un plaisir de vous guider dans ces ruines. »

Tenez, page 26, une magnifique perle martinienne : « (…) Eh, mais Müller et Borg… …ont l’air de se connaître intimement ! »

Puis les choses s’accélèrent : Jeanjean est enlevé par Borg et ses complices, afin de faire chanter Lefranc. Borg est très content des prouesses artistiques de son photographe, page 39 :
Photographe : « Ah ! Patron, je vous cherchais… Voici les épreuves que vous m’avez demandé de tirer… » (Gloire au lexique martinien !)
Borg : « Voyons ça ! »
(Case suivante)
Borg : « Parfait ! C’est très réussi, Lecomte… (…) »

Page 39, Borg montre les photos à Lefranc, notez que déjà, ça commence à chauffer entre eux :
Lefranc : « Axel Borg ! Vous ici !?!... Quelle imprudence ! »
Borg : « Vous voyez que je ne recule devant rien pour avoir le plaisir de… »
Lefranc : « …de vous faire arrêter ! C’est ce qui va vous arriver à l’instant… »
Borg : « Du calme ! Asseyez-vous, et jetez un coup d’œil sur ces intéressantes photos… »
(Cases suivantes)
« Lefranc regarde intensément la photo. »

Alors là je tiens à signaler qu’il y a au moins cinq photos dans la série, mais qu’une seule est visible, et montre Jeanjean alité avec des bandages, et évidemment, la question qui se pose est : que montrent les autres photos ? ;p En tous cas ça donne encore plus de relief à la réaction de Lefranc ci-après :

Image
C'est sûr, Borg ne fera pas carrière dans la photo.

Tout ceci n’empêche nullement Borg de passer définitivement à l’offensive page 41/42 en kidnappant Lefranc durant son sommeil, celui-ci émerge finalement vêtu d’une magnifique robe de chambre rose sombre (imaginez du rose fuschia, mais en plus foncé), en inaugurant une magnifique tradition martinienne propre à Lefranc : Lefranc se réveillant sous les yeux d’Axel Borg. Celui-ci poussera même le vice jusqu’à lui apporter le petit-déjeuner au lit dans Opération Thor. ^^

Image
Le début d'une longue série...

Connaissez-vous le jeu vidéo Red Ninja ? Là-dedans, on incarne une kunoichi (ou ninja féminin) qui use de ses charmes pour berner les gardes. Lefranc a du y jouer, puisque c’est grâce à un subterfuge où il emploie ses qualités de uke qu’Axel Borg trouve un de ses hommes de main ligoté et bâillonné dans le lit que le reporter occupait précédemment. Et admirez la perfection martinienne du plan d’évasion de Lefranc raconté par le garde :
(Flash back)
Garde à Lefranc, allongé : « Cesse donc de pleurnicher espèce de poule mouillée ! Tu me casses les pieds, entends-tu ?... Mais ma parole… »
Le reste est classique… Aaah, les joies du héros en prison…

Et encore une petite perle martinienne page 60 !
Borg : « (…)Ha, ha, ha, on ne prend pas Axel Borg comme cela !... »
(Ca c’est sûr il faudra attendre l’Apocalypse pour qu’il puisse enfin ( ! ) conclure avec Lefranc !)

Mais nous touchons à la fin de l’album, qui se révèle encore riche en révélations puisqu’on découvre le péché mignon de Lefranc : un net penchant pour l’uniforme, voyez sa conversation avec un officier :
Officier : « Merci Lefranc, vous êtes un chic type. Je souhaite vous revoir souvent mais dans des circonstances plus calmes ! »
Lefranc : « Moi aussi. Enfin, cette aventure aura eu au moins un mérite : celui de nous être rencontrés et appréciés. »

Et comme pour parachever ses propos, on voit, dans l’avant-dernière case, un quidam sauter au cou d’un policier pour le moins intimidé:

Image

C’est beau, non ?
Qui ose souiller de ses souliers la loge du grand Mitsugoro ?
Avatar du membre
Mitsugoro
Royal fusilier à la tour de Londres
Royal fusilier à la tour de Londres
Messages : 2199
Enregistré le : 08 août 2010, 22:52

Re: Lefranc

Message par Mitsugoro »

L’ouragan de feu

Tout commence comme un album de Jacques Martin avec une valise violette dès la première page.

Image
(Bon d'accord, dans l'édition présente elle fait plus Bordeaux mais je n'ai pas rêvé !)


Jeanjean a été enlevé, et la question est : que lui font les bandits pour qu’il « crie comme un possédé » ? Indice : cette bande dessinée est réalisée par un homme dont la spécialité est de glisser des petits éphèbes à poil partout dans ses albums.

On est d’ailleurs de plus en plus « inquiet » quand Lefranc retrouve son petit ami p 22 :
« Jeanjean !... Jeanjean !... N’aie pas peur, c’est moi Lefranc… Laisse cette couverture et suis-moi. Vite ! »

« Mais l’enfant en proie à une forte émotion se jette dans ses bras. »

Lefranc : « Oui ! Oui !... Moi aussi je suis heureux de te revoir, mais le temps presse… (…) »

Les uke ont une faculté de récupération hors du commun, Lefranc étant lui-même un uke à ses heures pas perdues pour tout le monde (c'est-à-dire à temps plein), il n’a aucune peine à concilier sa ukeitude (impliquant sa maîtrise du martinisme intempestif) avec l’instant présent page 23 :
Lefranc : « Donne-moi la main ça irait mieux (…) »

Ah, si tous les uke du monde voulaient se donner la main…

Sur ces entrefaites, Borg entre en scène p 30, et se trouve aussitôt une bonne motivation :
Fischer (son « employeur ») : « (…) ce fichu journaliste Lefranc qui… »
Borg : « Qui cela !... LEFRANC !?!... Vous avez bien dit : LEFRANC ? »

(Quand j’y pense, maintenant il faudrait dire Leuro.)

On découvre par ailleurs que (une fois n’est pas coutume ?) Lefranc fait chambre à part avec Jeanjean, et ça ne réussit ni à l’un ni à l’autre, puisque les bandits, commandés par Axel Borg, en profitent pour rekidnapper Jeanjean page 39. Le triangle amoureux se met en place :

Lefranc : « AXEL BORG ! »
Borg : « Pour vous servir, mon cher !... Quelle coïncidence ! Vous ici !... Ha ! Ha ! Ha !... On se croirait en plein mélodrame, n’est-ce pas ?... Mais malheureusement, je n’ai guère le temps de poursuivre cette charmante conversation : ce sera pour plus tard… Passons aux choses… »

C’est pas ce que vous croyez il le questionne au sujet de Jeanjean, mais comme Lefranc répond d’une manière peu gracieuse :

Borg : « Toujours aussi aimable, je vois. (…)»

Les choses se complexifient l’espace de la page 41 : un carré amoureux ?
Renard à Lefranc, rescapé d’un incendie : « Alors ? Vous vouliez vous transformer en Jeanne d’Arc au bûcher ?... »

Au fait, on a enfin un peu de fan-service page 45 ! On se demandait où étaient passés les petits éphèbes à poil, et résultat on a Lefranc en maillot de bain !

Image

Image

Image

Image
Lefranc: a buffet of manliness.


Et dans le même temps, on découvre que Borg est aussi un maître du martinisme :
Borg : « Maintenant, à nous deux, professeur Le Gall ! »
Je sais, ça ne veut pas signifier grand-chose, mais vous savez, le contexte martinien n’aide pas vraiment à se débarrasser d’un certain mauvais esprit…

Et comment ne pas être bouleversé quand, page 61/62, Jeanjean, au péril de sa vie, part secourir l’homme de sa vie inanimé ?

http://s2.noelshack.com/old/up/61-f1a4cd3329.jpg

http://s2.noelshack.com/old/up/62-00aeaf2d22.jpg
Un renversement des rôles étonnant (et prophétique ?) pour le Lefranc "période seme"...


A la fin de l’album, hélas, Jeanjean perd son oncle, la seule famille qui lui restait, dans une terrible explosion, mais ne vous inquiétez pas outre mesure quant à son avenir, car, page 64 :
Lefranc : « (…) Tu resteras désormais avec moi !... N’aie aucune crainte, je ne t’abandonnerai jamais !... »

Et enfin, dans la dernière case, comme une conclusion magnifique :

Lefranc : « Ce ne sera qu’un mauvais moment à passer !... Après cela, Jeanjean, je te promets que nous irons nous reposer quelque part où rien ne rappellera le drame auquel nous venons d’être mêlés… Mais pour cela, peut-être faudra-t-il aller bien loin !... »

Plus bouleversante encore est la réponse de Jeanjean : « Peu importe !... Que ce soit pour trouver le calme, ou même pour vivre de nouvelles aventures, avec toi j’irais jusqu’au bout du monde !... »
Qui ose souiller de ses souliers la loge du grand Mitsugoro ?
Avatar du membre
leally
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 233
Enregistré le : 06 août 2010, 07:53
Localisation : Baulers

Re: Lefranc

Message par leally »

Mitsugoro a écrit :

Plus bouleversante encore est la réponse de Jeanjean : « Peu importe !... Que ce soit pour trouver le calme, ou même pour vivre de nouvelles aventures, avec toi j’irais jusqu’au bout du monde !... »
C'est ça, la force de l'amour pur et juvénile! :mrgreen:
Bye-ciao!
Avatar du membre
Mitsugoro
Royal fusilier à la tour de Londres
Royal fusilier à la tour de Londres
Messages : 2199
Enregistré le : 08 août 2010, 22:52

Re: Lefranc

Message par Mitsugoro »

N'est-ce pas ?

Je continuerai régulièrement la remise en ligne des relevés, n'hésitez pas à commenter ! ;)
Qui ose souiller de ses souliers la loge du grand Mitsugoro ?
Avatar du membre
Pykov
Gardien de la base d'Ormuz
Gardien de la base d'Ormuz
Messages : 1962
Enregistré le : 05 août 2010, 11:22
Localisation : Normandie (Orne)

Re: Lefranc

Message par Pykov »

j'avais, en son temps :oops: , manifesté mon admiration pour ces post et je bisse d'enthousiasmeImage...je trouve si ce n'est déjà fait que tu devrais, Mitsu, te plonger dans la lecture des 2 livres d'Antoine Bello: "les falsificateurs" et "les éclaireurs"...crois-en un vieux bédéphile sympa (comme les routiers) :p
Il est de notoriété publique que la véritable passion des Hobbits est la boustifaille. C'est une rumeur plutôt injuste car nous avons aussi développé un intérêt certain dans le brassage de la bière et le fumage de l'herbe a pipe.
Avatar du membre
Mitsugoro
Royal fusilier à la tour de Londres
Royal fusilier à la tour de Londres
Messages : 2199
Enregistré le : 08 août 2010, 22:52

Re: Lefranc

Message par Mitsugoro »

Pykov a écrit :j'avais, en son temps :oops: , manifesté mon admiration pour ces post et je bisse d'enthousiasmeImage...je trouve si ce n'est déjà fait que tu devrais, Mitsu, te plonger dans la lecture des 2 livres d'Antoine Bello: "les falsificateurs" et "les éclaireurs"...crois-en un vieux bédéphile sympa (comme les routiers) :p
? Je ne connais pas. De quoi ça parle ?
Qui ose souiller de ses souliers la loge du grand Mitsugoro ?
Avatar du membre
Mitsugoro
Royal fusilier à la tour de Londres
Royal fusilier à la tour de Londres
Messages : 2199
Enregistré le : 08 août 2010, 22:52

Re: Lefranc

Message par Mitsugoro »

En effet, il y a eu un "clash", auquel Jacobs fait d'ailleurs référence dans son célèbre dessin le montrant en train de travailler sous la coupe d'un Tintin fantomatique. Le cambrioleur, c'est Jaques Martin !

Sinon je ne compte pas m'occuper tout de suite de Michel Vaillant et Steve Warson, je dois déjà reposter les Lefranc et les relevés d'autres séries sont actuellement en cours de préparation ! :mrgreen:

A part ça, contente de te revoir, Longtarin !

Image
Qui ose souiller de ses souliers la loge du grand Mitsugoro ?
Avatar du membre
catallaxie
Modérateur
Modérateur
Messages : 2184
Enregistré le : 05 août 2010, 10:19
Localisation : Ensoleillée

Re: Lefranc

Message par catallaxie »

C'est qu'il est sensible Longtarin. :mrgreen:
Mes ventes (contact en MP):

ERV (virgin)
Gondwana ( BNP)
Malédiction 1 (BNP)
EO La machination Voronov
Affaire du collier (album BP)
Ex-libris Mortimer Voronov
Avatar du membre
Mitsugoro
Royal fusilier à la tour de Londres
Royal fusilier à la tour de Londres
Messages : 2199
Enregistré le : 08 août 2010, 22:52

Re: Lefranc

Message par Mitsugoro »

Le mystère Borg

Ce que l’album intitule « le mystère Borg » n’est certainement pas l’intérêt de ce dernier pour Lefranc, qui, comme on le voit dès la page 11, n’est pas spécialement discret sur ses obsessions :

Un complice parle à Axel Borg : «( …) Comment ?... Lefranc. Oui, Lefranc… »
Borg : « QU’EST-CE QUE TU DIS ?!? »
- C’est son nom, je vous assure, patron… (…) »

Et pendant que Borg évacue sa frustration, Jean-Jean copine avec un uke de son âge, Hans. Le récit de cette romance de vacances s’étale sur plusieurs pages :

P 15, Lefranc dans son rôle de marieur : «( …) Jean-Jean, reconduis-le, ce sera plus gentil. »

P 21 : Hans, ayant vu qu’il y avait mammouth sous gravillon entre Lefranc et Jeanjean : « (…) Donnez-moi vos skis, je vais les ranger… Si, si, Jeanjean est très fatigué… (…) »

On apprend page 25 qu’Axel Borg est dans le coin. Jeanjean n’est pas reconnu tout de suite par Borg… (bien que recouvert d’une substance blanchâtre équivoque… non c’est de la neige)
Jeanjean à Lefranc : « Mais à ce moment tu as crié mon nom ; alors lui (Borg); il a hurlé à ses hommes de s’emparer de moi. »

Image
Remarquable audace de Jacques Martin osant évoquer l'art du bukkake dans les pages de Tintin !


Que ne ferait-on pas par amour ? Et puis, Borg ne crache pas non plus sur un petit uke de temps en temps, souvenez-vous, dans la grande menace, les photos… Ce n’est pas un seme pour rien.

Mais pourquoi manger des merles quand on a une grive venant toute seule à votre table sur un plateau d’argent ? Lefranc vient trouver Borg de son propre chef dans son repaire page 31…
Borg : « Ce cher vieil ami Lefranc !... Soyez le bienvenu ici !... Vous autres, laissez-nous seuls, je vous rappellerai. »

(Case suivante.)
« Vous m’examinez d’un air étrange ?... Mais oui, c’est bien moi, Axel Borg, en chair et en os… et en parfaite santé ! Mais, asseyez-vous donc. »

Lefranc le croyait mort, c’est dire s’il est content ! Jugez-en plutôt :

Lefranc : « A dire vrai, il y a quelques jours, je n’imaginais pas vous revoir : je vous croyais disparu à jamais. Quant à vous, vous avez tout fait aussi pour m’envoyer dans un autre monde encore tout récemment, n’est-ce pas ?... »

Aaah, l’éternelle efficacité du double sens martinien quand il s’agit de parler d’ascension au septième ciel… Et si vous voulez une déclaration, c’est tout de suite, avec en prime une métaphore de la relation seme-uke :

Borg : « Eh oui !... Nous sommes vraiment comme deux molécules qui s’attirent et se détruisent mutuellement, enfin je veux dire que l’une doit détruire l’autre ; c’est dans l’ordre… Un whisky ?... »

Lefranc : « Merci, non. »

(Case suivante.)
Borg : « Ah ! C’est vrai, j’oubliais ! Vous ne buvez pas d’alcool, vous ne fumez pas, vous ne mentez jamais, vous ne jouez pas et trichez encore moins ; bref, vous êtes parfait ! Le vrai redresseur de torts, le jeune premier sans reproche !... Dites, cela doit être assommant de ne pas avoir de défauts ? »

(Case suivante, Axel Borg, en tant que très probable ancien uke, sait de quoi il parle.)

Lefranc : « Vous faites erreur ; j’ai des défauts, mais je n’en fais pas étalage. »

Assume Guy !

Lefranc : « Toutefois, ce n’est pas pour ce genre de conversation que je suis venu ici, vous vous en doutez… (…) »

C’est très amusant de voir comme les coupes des passages se rapportant stricto sensu au scénario peuvent donner lieu à des transitions intéressantes :

Borg : « Mais comme vous êtes subtil, mon cher Lefranc !... »

Lefranc : « Ecoutez-moi bien, Axel Borg. Je suis venu ici, avec tous les risques que cela comporte, pour vous faire une proposition concrète… »

Manque de pot pour Axel, Lefranc lui fait juste un ultimatum à la con… Pas toujours très vif Lefranc, malgré sa maîtrise certaine du martinisme.

Et Borg de se marrer aussitôt - pour cacher sa déception ? -. (il manque d’ailleurs d’exploser de colère dans ce passage…)

On continue tout en finesse page 32 avec une image suggestive d’un tank avec un loooong canon :
Image

Notez dans cette case la jolie définition de Borg sur l’aspect contre-nature que revêt la situation d’un uke se comportant comme un seme couplée à un rejet inconscient de sa vraie nature.

La métaphore guerrière se file sur plusieurs cases :

Borg : « (…) … Mes hommes ont des ordres très stricts… et ils ont le revolver très facile et très rapide !... »

(Case suivante.)
Lefranc : « Je n’en doute pas, Axel Borg… (…) car « mes hommes » aussi tirent très vite… et de beaucoup plus loin… »

La… tension continue de monter page 34, avec un échange marqué par le rapport de forces seme/uke :
Lefranc : « (…) Je spécule toujours sur la petite lueur d’humanité qui -sait-on jamais ?- pourrait se réveiller en vous !... »
Borg : « N’y comptez pas !... Vous devriez savoir que, lorsque son intérêt est en jeu un homme comme moi devient sauvage, intraitable et cruel. »

Je crois qu’il n’est pas nécessaire que je commente davantage.

Allez, pour le plaisir :
Image
(La réplique est en hors-champ : que se passe-t-il donc ?)

Page 40/41, Lefranc part à la poursuite de Borg, et se trouve être… « véritablement déchaîné », si bien qu’Axel, dans un nouvel élan métaphorico-freudien tente de le planter avec un bâton de ski au bas de la page 41…

Image
Aaaah, un bâton, un bâton, un bâton... http://www.noelswf.info/7.html

Quant à l’inspecteur Renard, le flic typé des premiers albums, on découvre qu’il en est aussi page 51, sauf qu’il est plutôt du genre client, voyez par vous-même :

Renard : «(…)… Euh ! …Au fait, vous êtes libre cet après-midi ?... »
Gondolier à moteur : « Si, si, Signor… Aujourd’hui, demain… Tout le temps que vous voulez. Mario est à votre service. »
Renard : « Bon !... Pour demain on verra !... Tâchons toujours de nous mettre d’accord sur un prix raisonnable. »

Pendant ce temps-là, Borg (déguisé) soliloque page 57 dans sa galerie d’art. Le lexique qu’il emploie pour ses peintres préférés (qui d’ailleurs comme tout bon peintre de la Renaissance qui se respecte, mettaient des hommes nus un peu partout avec l’alibi du sacré mais je m’égare) est pour le moins… martinien : « (…) Adieu, fougueux Giorgone !... Adieu, superbe Canaletto !... Adieu, délicieux Véronèse !... Adieu, charmant Bellini… Et celui-là !... (case suivante) Mon préféré ! Caravaggio ! (…) »

Enfin, tout est bien qui finit à peu près bien, et Borg étant arrêté, Lefranc s’accorde le repos du guerrier :

« (…) Cela me rappelle qu’il est temps d’aller le (Jeanjean) rassurer à l’hôtel…(…) »

La prochaine update, sur le Repaire du Loup, arrivera plus tard. J'aimerais en faire une nouvelle version, en tenant compte des remarques formulées par Archibald (que je remercie encore) dans le topic de l'ancien forum !
Qui ose souiller de ses souliers la loge du grand Mitsugoro ?
Avatar du membre
Pykov
Gardien de la base d'Ormuz
Gardien de la base d'Ormuz
Messages : 1962
Enregistré le : 05 août 2010, 11:22
Localisation : Normandie (Orne)

Re: Lefranc

Message par Pykov »

Image
Il est de notoriété publique que la véritable passion des Hobbits est la boustifaille. C'est une rumeur plutôt injuste car nous avons aussi développé un intérêt certain dans le brassage de la bière et le fumage de l'herbe a pipe.
Avatar du membre
abbas
Gardien de la base d'Ormuz
Gardien de la base d'Ormuz
Messages : 1108
Enregistré le : 08 août 2010, 10:23

Re: Lefranc

Message par abbas »

C'est super ces post, ça me donne envie de lire les derniers que je n'ai pas regardé du tout, merci Mitsu :D :D :D .
Avatar du membre
Mitsugoro
Royal fusilier à la tour de Londres
Royal fusilier à la tour de Londres
Messages : 2199
Enregistré le : 08 août 2010, 22:52

Re: Lefranc

Message par Mitsugoro »

Merci pour vos encouragements !

Abbas: j'avoue que je n'ai pas encore pu lire les albums les plus récents comme Noël Noir ou le Châtiment, mais bon... un jour peut-être ?
Qui ose souiller de ses souliers la loge du grand Mitsugoro ?
Avatar du membre
Pykov
Gardien de la base d'Ormuz
Gardien de la base d'Ormuz
Messages : 1962
Enregistré le : 05 août 2010, 11:22
Localisation : Normandie (Orne)

Re: Lefranc

Message par Pykov »

Mitsugoro a écrit :Merci pour vos encouragements !
Vivement "L'Arme Absolue" ;)
Il est de notoriété publique que la véritable passion des Hobbits est la boustifaille. C'est une rumeur plutôt injuste car nous avons aussi développé un intérêt certain dans le brassage de la bière et le fumage de l'herbe a pipe.
Avatar du membre
catallaxie
Modérateur
Modérateur
Messages : 2184
Enregistré le : 05 août 2010, 10:19
Localisation : Ensoleillée

Re: Lefranc

Message par catallaxie »

C'est toujours marrant de lire tes analyses. ;)
Mes ventes (contact en MP):

ERV (virgin)
Gondwana ( BNP)
Malédiction 1 (BNP)
EO La machination Voronov
Affaire du collier (album BP)
Ex-libris Mortimer Voronov
Avatar du membre
Longtarin
Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR
Messages : 211
Enregistré le : 11 sept. 2010, 00:55

Re: Lefranc

Message par Longtarin »

Mitsugoro a écrit :
Sinon je ne compte pas m'occuper tout de suite de Michel Vaillant et Steve Warson, je dois déjà reposter les Lefranc et les relevés d'autres séries sont actuellement en cours de préparation ! :mrgreen:



Image
Au lieu de preter les livres des autres , tu devrais ecrire les tiens ;)

:D :D :D
Avatar du membre
Mitsugoro
Royal fusilier à la tour de Londres
Royal fusilier à la tour de Londres
Messages : 2199
Enregistré le : 08 août 2010, 22:52

Re: Lefranc

Message par Mitsugoro »

Les gars, les filles, j'ai une très mauvaise nouvelle: mon ordi vient de me claquer entre les doigts, et je ne sais pas si je pourrais seulement récupérer mes données ! Du coup, il est possible que tous les textes soient perdus. A moins d'un miracle, ou qu'une bonne âme ici présente ait sauvegardé les anciens documents des anciens forums, je crains que la suite des évènements ne soit fort compromise. Il faut dire que je suis assez dégoûtée de voir des heures de travail peut-être irrémédiablement perdues.

Je prie ma bonne étoile... :cry:
Qui ose souiller de ses souliers la loge du grand Mitsugoro ?
Avatar du membre
Pykov
Gardien de la base d'Ormuz
Gardien de la base d'Ormuz
Messages : 1962
Enregistré le : 05 août 2010, 11:22
Localisation : Normandie (Orne)

Re: Lefranc

Message par Pykov »

Mitsugoro a écrit :
Je prie ma bonne étoile... :cry:
Nous avec ;) , il faut probablement mettre un cierge à Bill aussi 8-)
Il est de notoriété publique que la véritable passion des Hobbits est la boustifaille. C'est une rumeur plutôt injuste car nous avons aussi développé un intérêt certain dans le brassage de la bière et le fumage de l'herbe a pipe.
Avatar du membre
Mitsugoro
Royal fusilier à la tour de Londres
Royal fusilier à la tour de Londres
Messages : 2199
Enregistré le : 08 août 2010, 22:52

Re: Lefranc

Message par Mitsugoro »

Bon, bah, c'est la merde: je viens d'avoir mon devis, ça me coûterait plus de 1000 euros pour récupérer mes données ! :(

Aussi je lance un appel désespéré ! Si des bonnes âmes sur ce forum auraient, par extraordinaire, conservé mes relevés de Lefranc, qu'ils se manifestent par mp !
Qui ose souiller de ses souliers la loge du grand Mitsugoro ?
Avatar du membre
Malko
Serveur au Centaur Club
Serveur au Centaur Club
Messages : 69
Enregistré le : 11 août 2010, 19:00

Re: Lefranc

Message par Malko »

Comment dit-on "palsambleu" ou "fichtre" en espagnol? ;)
Répondre

Retourner vers « Black Swan Inn »